Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2011

Informations concernant le démantèlement du site nucléaire de Fontenay-aux-Roses

Depuis 1995, les installations nucléaires de Fontenay-aux-Roses font l'objet d'une dénucléarisation. Un programme d'assainissement et de démantèlement qui nécessite une information des Fontenaisiens.

04-02-2011_CEA.jpgLes installations nucléaires du CEA de Fontenay-aux-Roses sont à l'arrêt et un programme est actuellement mené pour démanteler et asssainir le site. Les Fontenaisiens ont le sentiment d'avoir peu, voir pas du tout, d'information concernant les risques éventuels liés à cette dénucléarisation.

Pourtant, il existe une Commission Locale d'Information (CLI) qui est chargée d'une mission de suivi, d'information et de concertation en matière de sécurité nucléaire, de radioprotection et d'impact des activités nucléaires sur les personnes et l'environnement. La CLI de Fontenay-aux-Roses regroupe divers membres : des élus, des associations, des représentants des syndicats, des représentants du monde économique et des membres ayant une voix consultative (services de l'Etat, le CEA, l'Autorité de sûreté nucléaire).

La CLI de Fontenay-aux-Roses crée un cadre d'échanges et d'informations entre ses différents membres, afin de prévenir la population concernée sur les risques d'accidents majeurs. Elle est également associée à l'élaboration du plan de prévention des risques technologiques.

Alors que la ville de Fontenay-aux-Roses est bien entendu directement concernée, nous n'avons pourtant aucune information de la part de la municipalité sur ce programme d'assainissement nucléaire, comme si ce problème n'intéressait pas. Pourtant, lors de différentes rencontres avec des habitants proches du site du CEA, au Panorama ou au Val Content, des questions se posent et des inquiétudes apparaissent, liées à l'absence d'information. 

Heureusement, le Président de la CLI Fontenay-aux-Roses, Stéphane Jacquot, met en place des moyens de communication, à destination de la population. Ainsi, pour en savoir plus, je vous invite à visiter le site que la Commission Locale d'Information a ouvert : http://www.cli-far92.fr/.

Vous pouvez également consulter cette vidéo de la visite du site de Fontenay-aux-Roses par la CLI Fontenay-aux-Roses :

 

20/01/2011

L'affaire du Conservatoire : un exemple de plus de l'absence de concertation

L'affaire du Conservatoire est un nouvel exemple de la façon dont la Mairie de Fontenay-aux-Roses conçoit concertation et démocratie locale.

L'association "Conservatoire Soubise" a pour origine, une fois de plus, le manque d'information et de concertation concernant le projet de vente du site de l'actuel conservatoire qui se trouve rue du Docteur Soubise. Ce projet touche directement à la qualité de vie de ce quartier.

De quoi s'agit-il ? Les activités de l'actuel conservatoire seront transférées au Château Laboissière et le terrain sera vendu pour réaliser un projet de bâtiments collectifs. Avec le terrain de la maison contigüe au conservatoire, il s'agit d'un terrain global de 1948m². Si un tel projet voyait le jour, il y a un risque réel de densification de ce quartier, avec des conséquences importantes comme l'augmentation du trafic et du stationnement dans des rues étroites. La fermeture du conservatoire signifie également la suppression d'une animation au coeur du quartier Soubise.

La démocratie locale mise en place par la majorité municipale est une fois de plus défaillante, dans cette affaire. En juin 2010, une réunion de quartier avait évoqué le devenir du Conservatoire sans donner beaucoup de détails. Puis, la Mairie n'a laissé filtrer aucune information. Jusqu'au Fontenay Magazine de décembre dernier, dans lequel le projet est alors apparu comme très avancé, voir finalisé. On le voit, la démocratie participative qui devait permettre aux Fontenaisiens d'être acteurs de leur ville, n'est toujours pas au rendez-vous.

Que veulent les habitants du quartier Soubise ? Tout simplement, maintenir les locaux du Conservatoire à un usage public, au service des habitants de la ville. Il serait tout à fait possible d'y installer une Maison des Associations, une crèche, le club Pré-ado, des activités culturelles ou sociales ... bref, utiliser ces bâtiments qui s'y prétent parfaitement dans l'intérêt général des Fontenaisiens.

La seule volonté de l'association "Conservatoire Soubise" est avant tout la préservation de la qualité de vie et du patrimoine de Fontenay-aux-Roses. Ce quartier souhaite simplement conserver la vie et l'animation que l'activité du Conservatoire lui apporte. Construire de nouveaux logements, c'est à la fois densifier (plus de 9200 habitants/Km², ce qui est déjà élevé) et endormir ce quartier.

Ce que souhaitent les habitants du quartier, c'est d'abord une véritable concertation avec le Maire. Ce dernier aurait tout intérêt à mettre en conformité ses grands principes concernant la démocratie participative avec ses actes. En effet, le dialogue avec les habitants est préférable pour que le quartier du Conservatoire ne deviennent pas le théatre d'une affaire du type Boris Vildé (la Cour Administrative d'Appel de Versailles vient d'ailleurs de rejeter les appels du jugement du 26 mars 2009 déposés par la Mairie de Fontenay-aux-Roses et la société EFIDIS).

 

Pour information : Si vous souhaitez adhérer à l'association "Conservatoire Soubise", vous pouvez télécharger le bulletin d'adhésion.

13/01/2011

L'aménagement de la place du Général de Gaulle : quelle identité voulons-nous pour notre ville ?

La place du Général de Gaulle est la place centrale de Fontenay-aux-Roses. Elle est le coeur de notre ville, l'image de la vie et de l'identité de notre commune. Une réflexion sur son aménagement va prochainement débuter.

La refonte du centre ville est en cours et connaît différentes phases. La première phase sera achevée en septembre 2011 par la fin de la construction du nouveau marché. Une seconde phase sera ensuite lancée concernant l'aménagement de la place du Général de Gaulle. Il s'agit de cette place centrale, avec ses marronniers, qui fait face à la mairie et qui remonte jusqu'au Château Laboissière.

D'abord, l'équipe municipale n'a pas de vision globale de l'aménagement du centre ville et elle effectue des modifications, des transformations et des adaptations par petites touches, sans cohérence particulière, sans shéma directeur de ce que pourrait devenir notre commune dans les 10 ou 20 ans. Le résultat, c'est que nous risquons de voir peu à peu un centre ville sans aucune identité.

Ainsi, on construit dans un coin le nouveau marché, sans réfléchir à son positionnement par rapport à une continuité ou une logique commerciale. Ainsi, à proximité du Château Laboissière, patrimoine historique, on veut construire des logements sociaux difficiles à intégrer dans une cohérence architecturale de la place et dans l'esprit village de Fontenay-aux-Roses. Ainsi, on souhaite aménager la place du Général de Gaulle sans se demander comment elle peut s'intégrer dans l'environnement et ce qu'elle peut apporter à la vie des Fontenaisiens. Ainsi, on veut créer des places de parking sans se soucier des contraintes de la circulation automobile dans le centre ville ...

Je suis convaincu que le centre ville (et donc la place du Général de Gaulle), c'est l'identité de notre ville. Et la vrai question à se poser est : quelle identité voulons-nous donner à Fontenay-aux-Roses ? En fait, nous sommes à peu près tous d'accord, nous voulons un centre ville dynamique, vivant, avec des activités commerciales et avec des espaces verts. Nous voulons que la place centrale soit un espace de convivialité et de rencontres, avec de la culture, avec des jeux pour les enfants, avec des spectacles ou des expositions temporaires. Nous voulons en fait, que cette place soit un véritable espace de vie.

Jacqueline Segré, qui sera probablement notre prochain maire, dans quelques mois, nous dit que l'aménagement de la place du Général de Gaulle est en phase de réflexion, mais qu'aucune position n'est arretée. Alors, il serait intéressant qu'une véritable concertation se mette en place, qu'une réflexion soit menée par les élus, les services techniques, les associations et les citoyens, par exemple dans le cadre d'un groupe de travail ... et que nous définissions un projet avec une vision d'ensemble de notre centre ville.

place-general-de-gaulle.jpg

22/12/2010

Le Point Chaud, une nouvelle fois victime d'une effraction

L'épicerie "Le Point Chaud", dans le quartier des Blagis, a été une nouvelle fois victime d'une effraction. Le magasin a été saccagé, des produits alimentaires et de l'alcool ont été volés.

22-12-2010_pointchaud-1.jpgCela s'est déroulé hier soir, aux environs de 22H00. Les intrus ont forcé la porte à l'arrière du magasin, qui donne sur le parc. Une fois à l'intérieur, ils ont arraché les caméras vidéo de surveillance et ils ont ensuite saccagé le magasin. Les voyous sont repartis en emportant de l'alcool et des produits alimentaires.

J'ai rencontré ce matin la personne qui tient cette épicerie. Elle m'a expliqué combien l'activité de son commerce est difficile et ne lui permet pas de vivre décemment de son travail. C'est la troisième fois que son magasin est victime de ce genre d'agression (cela s'est déjà produit en décembre 2008 et mai 2009), avec destruction d'équipements à l'intérieur, mais aussi des portes et des vitrines, ainsi que des vols de marchandises.

22-12-2010_pointchaud-2.jpgA chaque fois, son activité commerciale est pénalisée et les démarches à effectuer auprès des assureurs et de l'Office Public HLM (propriétaire des murs) sont lentes et difficiles. Pour un petit commerce de ce genre, le préjudice est énorme. Ces effractions à répétition constituent une menace réelle et forte de fermeture.

J'ai rencontré cependant un homme qui m'a fait part de sa volonté de continuer son activité. Il ne veut pas baisser les bras car il a conscience que, si son épicerie ferme, c'est tout le quartier qui en subira les conséquences.

Après le braquage du tabac de la place de l'Eglise, samedi dernier, et les différentes agressions à répétition dont sont victimes les commerçants de Fontenay-aux-Roses, il est temps que la municipalité s'occupe réellement de ce problème, en concertation avec les commerçants de notre ville et les forces de police.

Les événements de ce type sont de plus en plus nombreux et je vous invite à vous reporter aux articles qui traitent de ces problèmes de sécurité dans notre ville.