Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2014

Pascal Buchet n'est pas crédible !

Après 20 ans comme maire, le bilan de Pascal Buchet est tellement maigre qu'il est obligé d'écrire des contre-vérités ou de s'approprier des réalisations réussies par d'autres dans ses derniers tracts (création de logements étudiants à l'ENS, création des lignes de bus 294 et 394, suppression des surloyers,  tramway T6 … ).

tract-buchet-credible.pngC'est le début du tract que l'Union Pour Fontenay-aux-Roses distribue actuellement sur la ville. Pascal Buchet distribue actuellement des documents qui transforment la réalité de son bilan. Il était important de rectifier ces inexactitudes volontaires. Je vous laisse découvrir ce tract.

Mais au-delà du document et de ce qui y est écrit, il apparaît que Pascal Buchet est contraint de travestir la réalité de son bilan car il voit bien que sa situation est difficile. Ces élections municipales sont marquées par la crainte de perdre, crainte qui semble se confirmer au fur et à mesure de nos rencontres avec les Fontenaisiens. Il y a une véritable volonté de changement, après 20 ans d'une gestion qui se caractérise par l'échec et le déclin pour Fontenay-aux-Roses.

Philippe Ribatto et l'Union Pour Fontenay-aux-Roses représentent les meilleures chances de cette alternance nécessaire et attendue.

tract-buchet-credible2.png

 

 

03/02/2014

Quelle est l'activité commerciale qui se développe le plus à Fontenay-aux-Roses ?

C'est le titre du tract que nous l'Union Pour Fontenay-aux-Roses distribue actuellement sur la ville.

pascal buchet,fontenay-aux-roses,union pour fontenay,philippe ribattoLa vie des commerces de proximité à Fontenay-aux-Roses est l'un des grands échecs de la gestion du maire actuel et de son équipe. Aujourd'hui, il sollicite un nouveau mandat de 6 ans. Comment Pascal Buchet, qui n'a pas réussi ces 20 dernières années, pourrait-il faire mieux les 6 prochaines ? Ce constat nous l'avons fait depuis longtemps et nous y réfléchissons depuis plusieurs années. Il y a quelques années, j'avais organisé une réunion thématique avec un invité dont la ville est souvent citée en exemple de réussite d'implantation et de développement des commerces de proximité : Jean-Loup Metton, le maire de Montrouge.

Il y a actuellement sur notre ville 19 commerces fermés, en attente de trouver preneur. Certains le sont depuis 3 ou 4 ans. Ce phénomène touche tous les quartiers de Fontenay-aux-Roses : le centre ville, Scarron, Les Blagis ...

La liste conduite par Philippe Ribatto présentera prochainement ses 50 propositions. Parmi celles-ci, le développement, la promotion et la mise en place de commerces de proximité sera l'une de nos priorités. Pour ne plus voir ces boutiques fermées à Fontenay-aux-Roses !

 

commerces,échec,pascal buchet,fontenay-aux-roses,union pour fontenay,philippe ribatto

03/01/2013

La ville où il fait bon vivre continue de perdre des habitants !

Comme chaque année, l'INSEE publie les chiffres concernant l'évolution de la population dans les Hauts-de-Seine. Alors que dans le département le nombre d'habitants continue d'augmenter, à Fontenay-aux-Roses c'est l'inverse qui se produit, comme les années précédentes.

Les chiffres de l'INSEE sont sans appel : la population augmente dans le département (+11 292 habitants en un an) selon les résultats du recensement partiel effectué en 2012. Sur les 36 communes de notre département, 25 voient le nombre d'habitants augmenter, dont le Plessis-Robinson qui attire le plus de personnes, mais aussi Bois-Colombes, Châtillon et Châtenay-Malabry.

Par contre, une fois de plus, Fontenay-aux-Roses se caractérise. Notre commune enregistre le plus de départs pour les villes dont la population diminue. La ville où il fait bon vivre, selon Pascal Buchet, est la ville du département où la population baisse le plus.

C'est un élément de plus à inscrire au bilan de l'actuelle municipalité et qui confirme le déclin dans lequel s'inscrit notre ville depuis 19 ans.

  • Les commerces ferment et ne sont pas remplacés.
  • Les habitants ayant un pouvoir d'achat nécessaire au dynamisme économique de notre ville partent.
  • La mise en cause de la mixité sociale en refusant toute construction en accession à la propriété favorise les départs des habitants de notre ville, notamment les jeunes familles qui ne trouvent pas à se loger lorsque le nombre d'enfants augmente.

Il s'agit d'un véritable problème de fond quant à l'avenir de Fontenay-aux-Roses. Depuis 19 ans, l'actuelle municipalité n'a aucune vision d'ensemble du développement de notre commune. Si Fontenay était vraiment une ville agréable à vivre, la population ne diminuerait pas.

Alors, j'entends déjà la réponse du maire : "c'est le choix de la stabilité pour lutter contre la densification". L'emploi du mot "densification" étant destiné à faire peur.

En réalité, nous sommes face à deux conceptions du développement urbain de Fontenay-aux-Roses. D'un côté l'immobilisme et le déclin, défendus par l'équipe actuelle. De l'autre, la volonté de dessiner un avenir à notre ville, en rendant aux Fontenaisiens des rues propres, des logements adaptés à toutes les catégories sociales et des commerces variés au dynamisme bénéfique à tous.

Ce débat sera essentiel lors des prochaines élections municipales, en 2014, pour en finir avec ce déclin que nous subissons depuis 19 ans.

 

Pour mémoire : le nombre d'habitants à Fontenay-aux-Roses avait diminué de -1,8% en 2011 et de -1,36% en 2012. (sources INSEE).

11/09/2012

Abandon du projet d'installation d'un LIDL à Fontenay-aux-Roses

La direction de la chaîne de magasins LIDL a décidé, finalement, de ne pas venir s'installer à Fontenay-aux-Roses.

En réalité, la direction de LIDL indique que l'installation d'un magasin sur le territoire de Fontenay-aux-Roses ne correspond plus à la politique d'implantion du groupe qui privilégie actuellement des ouvertures de magasins de plus grande taille. Je souhaite qu'une confirmation du côté de la municipalité nous soit rapidement communiquée.

lidl.jpg

Sans revenir sur les conditions opaques de ce projet (annonce d'un projet bouclé lors d'un Conseil de quartier, sans consultation des habitants et sans en avoir informé l'opposition), l'abandon de cette implantation pose quelques questions sur le devenir de ce terrain actuellement à l'abandon entre la rue Paul Langevin et la rue Jean Moulin (au carrefour des Mouilleboeufs) et sur les aspects financiers pour notre ville.

En effet, 1,2 millions d'Euros étaient inscrits au budget 2012 pour la vente de ce terrain à LIDL. C'est autant de recettes qui vont faire défaut au budget de la commune.

Fontenay-aux-Roses se retrouve maintenant avec ce terrain sur les bras. Comment l'utiliser ?

Je propose que ce terrain soit utilisé afin d'y créer soit une pépinière d'entreprises permettant à de nouvelles sociétés de s'épanouir et de se développer sur notre commune, soit d'y installer une zone d'activité artisanale. Dans les deux cas, notre ville pourrait bénéficier d'un regain de dynamisme économique qui nous fait tant défaut actuellement.

Nous voyons tous des entreprises s'installer ou bien des constructions de bureaux se faire dans les villes avoisinantes ... mais pas à Fontenay-aux-Roses. Nous avons là une occasion d'inverser cette tendance. Ce terrain est d'ailleurs idéalement bien placé, puisque à proximité du RER Robinson et devant un carrefour qui relie plusieurs communes.

Bien entendu, dans le cadre de la Démocratie participative, il serait intéressant que les habitants de Fontenay-aux-Roses soient consultés sur le devenir de ce terrain.

 

- Pour en savoir plus sur l'annonce de ce projet