Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2015

Une ville propre c'est l'affaire de tous et de chacun !

Les Fontenaisiens veulent une ville propre. La municipalité met en place plusieurs actions destinées à répondre à cet objectif. Mais pour que Fontenay-aux-Roses soit véritablement une ville propre, nous avons aussi besoin de chacun d'entre vous.

fontenay aux roses,ville,propre,collecte,déchets,fontenay magazineC'est l'objet de la campagne de communication que la Mairie de Fontenay-aux-Roses lance à partir de ce mois, notamment avec cette affiche que vous trouverez en quatrième de couverture du dernier Fontenay Magazine : une ville propre ? C'est l'affaire de tous ... et de chacun.

En effet, toutes les actions que nous pouvons mener ne suffisent pas à créer un cadre de vie agréable pour notre ville. Le comportement que nous pouvons avoir individuellement, notamment en respectant les règles et les dates de collectes des déchets (encombrants, verts et ménagers ... ) ou en utilisant les déchetteries nous permettront de donner une image valorisée de nos rues.

Pour faire de Fontenay-aux-Roses une ville propre, nous avons pris un certain nombre de décisions. Vous avez déjà constaté que l'état général de propreté de nos rues s'est amélioré ces derniers mois. Prochainement, la situation sera encore meilleure :

  • Nous avons passé un nouveau marché pour le nettoyage de nos rues. Ce marché est plus exigeant quant aux moyens utilisés et quant aux fréquences de passage. Le nouveau prestataire choisi commencera au mois de mai.
  • Nous mettons en place un numéro vert, permettant aux Fontenaisiens de signaler directement la présence de dépôts sauvages d'ordures, de problèmes de voirie. Dès réception de l'appel, un agent est envoyé sur place pour évaluation du problème ou sa résolution directement, en temps réel.
  • Enfin, nous créons une équipe de cantonniers pouvant intervenir rapidement sur le territoire de la commune, avec une forte réactivité.

Si chaque Fontenaisien respecte en plus le calendrier de collecte et utilise les déchetteries, alors Fontenay-aux-Roses sera une ville propre, au cadre de vie agréable et dont nous serons tous fiers, à juste titre.

10/11/2014

Voirie : rendre la ville plus agréable

C'est le titre de l'article du Fontenay Magazine de novembre et qui traite de nos projets en matière de voirie. Au sommaire : état des lieux, priorités, propreté, collectes des déchets ...

fontenay aux roses,propreté,rues,voirie,cantonniers,fontenay magazineL'état de la voirie est fortement dégradé : nids de poule dans nos rues, état lamentable de nombreux trottoirs, propreté qui laisse à désirer, dépôts sauvages de déchets encombrants ... et l'attente des Fontenaisiens est grande sur ce sujet. Cet article du Fontenay Magazine fait à la fois le bilan d'une situation difficile et présente l'ensemble des solutions que nous entendons mettre en œuvre.

Pour répondre aux attentes des Fontenaisiens et mettre un terme au "laisser-aller" des 6 dernières années, nous avons décidé notamment de mettre en place un plan pluriannuel de remise en état de nos rues et de nos trottoirs, de créer à nouveau une équipe de cantonniers, de mettre en place un numéro vert permettant aux Fontenaisiens de nous signaler tout problème de propreté lié à la voirie.

Enfin, la municipalité précédente avait passé un contrat avec une société extérieure pour le nettoyage des rues. Dans un premier temps, nous avons voulu que les prestations prévues soient effectivement réalisées. Malgré ce premier effort, l'amélioration de la propreté de nos rues n'a été que très partielle. Une des raisons est que le niveau de prestations du contrat lui-même est insuffisant pour répondre aux besoins de notre ville. Avec le maire, nous avons décidé de dénoncer le contrat actuel fin octobre et d'en renégocier un autre plus exigeant.

La propreté des rues est une de nos priorités de mandat.

fontenay aux roses,propreté,rues,voirie,cantonniers,fontenay magazine
» Lire l'article

29/11/2011

Assises de la démoratie locale : les raisons d'un échec annoncé

Comme prévu, les assises de la démocratie locale se sont tenues. A grand renfort de communication dans le Fontenay Magazine et de tracts distribués sur le marché, les Fontenaisiens étaient invités à venir en nombre à la grande messe : au final, il n'y avait personne.

Cela se passait au Théatre des Sources, sur une journée entière. Environ une trentaine de participants, les habitués des différentes associations et des élus. Il devait y avoir cinq ateliers ; compte tenu du nombre de participants, il n'y en a eu que trois.

 

Alors, pourquoi un tel échec ?

Pour avoir moi-même participé au groupe de travail préparant le texte de la charte de démocratie participative, je me suis rendu compte que toute cette grande affaire autour de la démocratie locale à Fontenay-aux-Roses ne se décrète pas. La démocratie locale dans une commune comme la notre devrait être naturelle et être le reflet d'un comportement général d'une équipe municipale.

Hors, sur ce dernier point, depuis 1994 et encore plus depuis 2008, l'équipe municipale de Pascal Buchet a fait la démonstration de sa conception de la démocratie locale : absence d'information ou de concertation des habitants sur des projets d'importance, refus du dialogue avec des associations, censure de l'opposition dans le Fontenay Magazine, mépris de l'opposition lors des réunions du Conseil municipal ... La liste n'est pas exhaustive.

Et puis, je pense que la démocratie locale n'intéresse que peu les citoyens dès lors qu'ils ne sont pas confrontés à des problèmes qui les concernent directement. C'est à ce moment là qu'ils se mobilisent, qu'ils se regroupent par exemple en association et qu'ils rentrent en discussion -voir en conflit- avec la municipalité. Mais lorsque nous en sommes à ce dernier point, la démocratie locale a déjà échoué.

 

Alors que faire pour valoriser et développer la démocratie locale ?

En réalité, tout est dans la manière de faire. Ce ne sont pas des assises vouées à l'échec de toute façon ou la rédaction d'une charte de démocratie participative qui changeront quelque chose. C'est une attitude générale basée d'abord sur l'information la plus grande possible sur les sujets qui intéressent les citoyens. Cela peut se faire via le site internet de la ville, le bulletin municipal, les conseils de quartier, des réunions spécifiques d'informations.

Ensuite, naturellement, le dialogue avec les parties concernées (habitants d'un quartier, associations, élus de l'opposition) est essentiel pour faire avancer les idées. L'écoute par l'équipe municipale, avec respect et objectivité, est une base évidente de la démocratie locale. Cette écoute peut se faire dans le cadre des conseils de quartier, d'un forum de discussion sur le site internet de la ville, sur des réunions spécifiques avec les acteurs de tel ou tel domaine.

Il faut aussi provoquer les propositions venant des habitants ou des associations. Tous les projets ne sont pas obligatoirement à l'initiative exclusive de la mairie. Mais les citoyens peuvent avoir des idées de projet que la municipalité, ensuite, peut étudier et valider.

Enfin, c'est l'explication de la décision prise. Cette dernière appartient aux élus, issus des élections municipales et qu'à eux seuls. Par contre, il est essentiel d'expliquer aux citoyens pour quelles raisons (coûts, aspect techniques, faisabilités ... ) telle décision a été finalement choisie par le Conseil municipal. Et de même, il serait intéressant pour les citoyens d'avoir un bilan, au bout de quelques années, de la réalisation de tel ou tel projet. Connaissez-vous le bilan des choix que sont la cuisine centrale, la médiathèque ou le nouveau marché à Fontenay-aux-Roses ?

On le voit, la démocratie locale ne se décrète pas et ne s'impose pas. Il s'agit simplement d'une façon de faire, avec un équilibre entre information, consultation, dialogue et décision finale.

 

Alors, vous me demanderez pourquoi participer à la rédaction d'une charte de démocratie participative à Fontenay-aux-Roses ? Parce que dans notre ville, je pense qu'il n'y a justement pas de démocratie locale. Définir un cadre dans lequel pourrait s'instaurer, s'exprimer et se développer un tel fonctionnement de la vie de notre commune ne peut être qu'un mieux.

Par contre, l'organisation de ces assises de la démocratie locale ne pouvait être qu'un échec. D'ailleurs, je me demande combien ça a coûté à la ville de Fontenay-aux-Roses ?

 

A lire, le compte rendu du Journal de Robinson : Fontenay : le flop de la démocratie locale

21/11/2011

La tribune libre du groupe de la Droite et du Centre : censurée !

A une semaine des Assises de la Démocratie Locale, Pascal Buchet, une nouvelle fois, nous fait la démonstration de sa conception de cette démocratie locale.

Suite à la remise de l'article du groupe de la Droite et du Centre (composé de l'UMP, du Parti Radical et divers droite) au Conseil municipal, pour la tribune libre du Fontenay Magazine de décembre prochain, le Directeur de la communication a envoyé le mail suivant à Muriel Galante-Guilleminot :
"La première partie du texte de votre tribune est incompatible avec le règlement intérieur du conseil municipal qui stipule que les attaques personnelles sont interdites.
En conséquence je vous remercie de bien vouloir nous faire parvenir d’ici vendredi 18 novembre 18 h une version de votre tribune conforme au règlement intérieur.
A défaut seule la partie commençant par « 2008 » sera publiée".

Cela fait la seconde fois en un an, que la tribune libre du groupe est censurée, sur le prétexte fallacieux de l'attaque personnelle. Je vous invite à lire cet article dans son intégrité sur le site www.ump-fontenay.com où il a été mis en ligne afin que vous vous fassiez votre propre opinion. Et vous verrez qu'il n'y a aucune attaque personnelle, mais uniquement des faits publics, publiés largement notamment dans la presse.
Très clairement, il s'agit non pas de l'attaque de la personne de Pascal Buchet (aucun fait sur la vie privée de l'homme), mais bien d'une contestation de l'homme politique et de son action. Cette censure est totalement inadmissible.

Bien entendu, Muriel Galante-Guilleminot a réitéré l'envoi et la demande de publication de l'article dans le Fontenay Magazine, dans son intégrité.

A quelques jours des Assises de la Démocratie Locale, la municipalité socialiste nous démontre bien la valeur qu'elle donne à cette démocratie. Il faudrait que les actes correspondent aux paroles et aux grand principes. Mais je crois bien que cela n'est pas possible ... chasser le naturel, il revient au galop !