Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2015

Réunion publique dans le quartier Scarron - Sorrières

Réunion publique avec Monsieur le Maire et les élus référents du quartier Scarron-Sorrières, Mardi 13 octobre 2015 à 20H00, École maternelle Scarron.

Comme d'habitude, cette réunion est précédée d'un diagnostic en marchant. De 15H00 à 18H00, le Maire accompagné des élus référents du quartier (Jean-Luc Delerin, Jean-Marie Gasselin et Emmanuel Chambon) et des services techniques fera un tour du quartier afin de relever les désordres éventuels et écouter les remarques et demandes des habitants.

reunion-public-scarron-soorierres.jpg

24/09/2014

Réunion publique dans le quartier Scarron

La municipalité a consacré une journée au contact des habitants du quartier de Scarron Sorrières. Deux étapes : visite à pied l'après-midi pour faire un diagnostique de proximité, réunion publique le soir pour écouter les habitants et expliquer les actions futures à mener sur ce quartier.

fontenay-au-roses,scarron,sorrières,quartier,réunion publique,commerce,proximité,logements,voirie,urbanisme,mixitéLe quartier Scarron-Sorrières se sent à l'abandon depuis des années. C'est pour cette raison que la municipalité, autour du maire Laurent Vastel, veut lutter contre le déclin de ce quartier et souhaite réagir pour lui donner à nouveau ce sentiment du "bien vivre ensemble".

Entouré de nombreux élus, des services techniques, de représentants du bailleur social "Toit & Joie", le maire a effectué un diagnostique pédestre en visitant le quartier pendant près de 3 heures. A partir du square Pajou, nous avons circulé à la rencontre des habitants et des commerçants du quartier. Ils nous ont parlé de sécurité, de dynamisme des commerces de proximité, de rénovation du quartier, de mixité sociale, de voirie, d'espaces verts, de propreté et des relations qu'ils entretiennent avec le bailleur social.

Le soir, à 20 heures, nous nous sommes retrouvés à l'école Scarron pour une réunion publique. Le maire a exposé un certain nombre de problématiques concernant le centre commercial. Est-il viable tel qu'il est aujourd'hui ? Conçu dans les années 60, la visibilité et l'accessibilité du centre ne correspond plus aux critères de vitalité des commerces de proximité en 2014. Différentes solutions ont été évoquées, sachant que rien n'est arrêté. Des études sont en cours, en collaboration avec Toit & Joie, et les Fontenaisiens du quartier seront consultés, notamment au travers du Comité d'habitants.

Nous avons annoncé plusieurs décisions qui seront appliquées rapidement :

  • Installation d'une vidéo surveillance sur le centre commercial fin 2014
  • Mise en place d'un plan pluriannuels pour la réfection de la voirie (rue des Bénards, rue des Saints-Sauveurs courant 2015), remise en état du marquage au sol à différents endroits
  • Début des travaux pour l'installation du cabinet médical dans l'ancien local du marchand de journaux (fin 2014)
  • Afin d'améliorer l'entretien extérieur autour du centre commercial et du square Pajou, nous avons demandé l'élagage des arbres, le ramassage des feuilles et la réparation du dallage (déchaussé à cause des racines)

Nous avons répondu à de nombreuses questions et nous avons voulu faire passer le message que ce quartier ne sera plus laissé à l'abandon. Nous avons une véritable volonté d'étudier avec les habitants de Scarron-Sorrières un projet sérieux, réaliste, alliant urbanisme raisonnable, espaces verts, dynamisme des commerces de proximité, mixité sociale et qualité de vie.

Trois autres réunions sont prévues dans trois autres quartiers, avant la fin de l'année. Elles se dérouleront de la même façon : visite à pied l'après-midi et réunion publique le soir.

 

Ci-dessous, vos nouveaux élus référents, quartier par quartier.

fontenay-au-roses,scarron,sorrières,quartier,réunion publique,commerce,proximité,logements,voirie,urbanisme,mixité

15/02/2013

Bilan : Fontenay-aux-Roses est-elle une ville faite pour les familles ?

Nous sommes pratiquement à un an des élections municipales. Le moment est donc venu de faire un bilan de cette mandature. Aujourd'hui, je souhaite vous parler des crèches à Fontenay-aux-Roses, élément important de la politique familiale de notre commune.

En 2008, le document programme de Pascal Buchet prenait l'engagement de faire de Fontenay-aux-Roses la ville pour les enfants ... nous voulons que les crèches se développent, écrivait-il alors sur ce document. En février 2013, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

 

En 2010, il y avait à Fontenay-aux-Roses :

  • 5 crèches municipales offrant 180 places aux petits Fontenaisiens
  • 2 crèches départementales offrant 84 places aux Fontenaisiens
  • 2 crèches associatives offrant 75 places aux petits Fontenaisiens

Au total, cela faisait environ 339 places de crèches réservées aux enfants de notre ville. En complément de ce dispositif, se trouvait également une crèche départementale familiale (enfants accueillis aux domiciles des assistantes maternelles) qui pouvait accueillir une cinquantaine d'enfants.

 

2013-creches.jpgEn 2013, le nombre de berceaux a diminué. D'une part le département se désengage de la gestion des crèches au profit d'un autre dispositif. La ville reprend donc la gestion de ces crèches dans le cadre d'une convention avec le département, mais ce dernier doit faire des travaux pour être aux normes. Les enfants sont alors accueillis pendant ces travaux dans les locaux de la crèche départementale familiale que la mairie a refusé de municipaliser et qui a fermé.
D'autre part, fin juin 2011, la municipalité a fermé la crèche Sainte-Barbe en supprimant 45 berceaux pour mettre à la place une maison des associations (dont les travaux n'ont toujours pas débuté 2 ans après).

Bilan en 2013, les places en crèches se répartissent de la façon suivante :

  • 6 crèches municipales offrant 240 berceaux
  • 2 crèches associatives offrant 75 places (non financées par la ville)

Au total, cela fait aujourd'hui 315 berceaux pour les petits Fontenaisiens soit une réduction de 7% des places en crèche à Fontenay-aux-Roses.

 

L'actuelle équipe municipale n'a pas tenu son engagement de 2008. Notre ville est déjà la commune des Haut-de-Seine qui perd le plus d'habitants (chiffres INSEE) à cause d'une politique du logement qui ne permet pas l'installation des familles qui s'agrandissent. Ce phénomène est aggravé par l'absence d'une véritable politique de la famille sur notre ville.

La garde et l'accueil des enfants doivent être une priorité. En 2014, nous vous proposons de mettre en place une véritable politique de l'accueil des tout-petits pour le bien-être des familles.

09-02-2011_creche.jpg

 

A lire pour en savoir plus :

03/01/2013

La ville où il fait bon vivre continue de perdre des habitants !

Comme chaque année, l'INSEE publie les chiffres concernant l'évolution de la population dans les Hauts-de-Seine. Alors que dans le département le nombre d'habitants continue d'augmenter, à Fontenay-aux-Roses c'est l'inverse qui se produit, comme les années précédentes.

Les chiffres de l'INSEE sont sans appel : la population augmente dans le département (+11 292 habitants en un an) selon les résultats du recensement partiel effectué en 2012. Sur les 36 communes de notre département, 25 voient le nombre d'habitants augmenter, dont le Plessis-Robinson qui attire le plus de personnes, mais aussi Bois-Colombes, Châtillon et Châtenay-Malabry.

Par contre, une fois de plus, Fontenay-aux-Roses se caractérise. Notre commune enregistre le plus de départs pour les villes dont la population diminue. La ville où il fait bon vivre, selon Pascal Buchet, est la ville du département où la population baisse le plus.

C'est un élément de plus à inscrire au bilan de l'actuelle municipalité et qui confirme le déclin dans lequel s'inscrit notre ville depuis 19 ans.

  • Les commerces ferment et ne sont pas remplacés.
  • Les habitants ayant un pouvoir d'achat nécessaire au dynamisme économique de notre ville partent.
  • La mise en cause de la mixité sociale en refusant toute construction en accession à la propriété favorise les départs des habitants de notre ville, notamment les jeunes familles qui ne trouvent pas à se loger lorsque le nombre d'enfants augmente.

Il s'agit d'un véritable problème de fond quant à l'avenir de Fontenay-aux-Roses. Depuis 19 ans, l'actuelle municipalité n'a aucune vision d'ensemble du développement de notre commune. Si Fontenay était vraiment une ville agréable à vivre, la population ne diminuerait pas.

Alors, j'entends déjà la réponse du maire : "c'est le choix de la stabilité pour lutter contre la densification". L'emploi du mot "densification" étant destiné à faire peur.

En réalité, nous sommes face à deux conceptions du développement urbain de Fontenay-aux-Roses. D'un côté l'immobilisme et le déclin, défendus par l'équipe actuelle. De l'autre, la volonté de dessiner un avenir à notre ville, en rendant aux Fontenaisiens des rues propres, des logements adaptés à toutes les catégories sociales et des commerces variés au dynamisme bénéfique à tous.

Ce débat sera essentiel lors des prochaines élections municipales, en 2014, pour en finir avec ce déclin que nous subissons depuis 19 ans.

 

Pour mémoire : le nombre d'habitants à Fontenay-aux-Roses avait diminué de -1,8% en 2011 et de -1,36% en 2012. (sources INSEE).