Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

Hommage au dernier garde-champêtre de Fontenay-aux-Roses

Samedi 14 octobre 2017 à 11H00, le maire Laurent Vastel dévoilera une plaque attribuant au marché le nom de halle Million-Rousseau, en hommage au dernier garde-champêtre de la ville.

garde-champêtre de Fontenay-aux-RosesLes Fontenaisiens qui ont grandi dans notre ville, avant les années 80-90, se souviennent de ce personnage atypique qui se déplaçait dans les rues de Fontenay-aux-Roses en uniforme. Pierre Million-Rousseau a été l'une des personnes qui nous marquait, nous les enfants de cette commune qui n'était déjà plus un village. Pourtant, il était notre garde-champêtre, il représentait une certaine forme d'autorité que nous respections.

Je me souviens que lorsqu'il parlait de nous à mes parents, il nous appelait "les petits enfants de la France" avec beaucoup d'affections.

Je me souviens aussi très bien qu'il a habité juste à côté de la maison familiale, lorsqu'il a été à la retraite, boulevard de la République. Je le voyais alors chaque jour, donner un coup de balaie devant son petit logement, allant balayer aussi le trottoir devant le centre municipal de santé.

C'est un hommage légitime et nécessaire, pour cette figure emblématique de la ville. Le dernier garde-champêtre de Fontenay-aux-Roses a occupé cette fonction pendant 54 ans. Il a été au service de la commune et de ses habitants, en arpentant les rues muni de son tambour. Il doit rester dans notre mémoire locale et il est bien normal de donner son nom au marché couvert de notre ville. Halle Million-Rousseau, ça résonne si bien !

million-rousseau.jpg

15/11/2015

Déclaration du maire, Laurent Vastel

A la suite des événements tragiques du 13 novembre 2015 à Paris, le maire Laurent Vastel et les élus du conseil municipal adressent leur soutien aux familles des victimes.

Le tragique événement qui s’est produit hier à Paris n’a pas d’équivalent dans l’histoire récente de notre pays. Je pense d’abord aux victimes et à leurs familles et témoigne au nom des élus de Fontenay aux Roses tout notre soutien en ce terrible jour.

Comme l’a souligné le président de la République il s’agit d’un acte de guerre. Il a été organisé, planifié, et réalisé comme une opération de guerre. Il s’agit avant tout d’un acte de barbarie, d’un crime condamnable par les tribunaux internationaux et qui foule au pied toutes les règles et conventions de guerre.
Nous sommes sans doute à un moment crucial de notre histoire.
Je pense que le président de la république a exprimé sous cette expression inexacte le sentiment que nous partageons tous, à savoir que notre pays est en guerre.

« …vous pensez que c’est vous qui désignez l’ennemi. Or, c’est l’ennemi qui vous désigne. Et s’il veut que vous soyez son ennemi, vous pouvez lui faire les plus belles protestations d’amitié. Du moment qu’il veut que vous soyez l’ennemi, vous l’êtes. Et il vous empêchera même de cultiver votre jardin » Julien Freund, in « l’essence du politique »

La situation créée par cette agression nous impose de réagir en deux phases :

D’une part une phase à court terme de sécurisation de notre ville, dont la sécurité et l’ordre public incombent au maire et aux services municipaux. Le décret d’état d’urgence a été promulgué cette nuit et ce texte règlemente les réunions sur la voie publique, interdisant notamment les manifestations, et assouplit de nombreuses règles afin de faciliter l’action des forces de police. Le maintien en activité des différents services de la Ville a été examiné ce matin, au vu de la fermeture générale observée dans toutes les villes du département, nous avons décidé de fermer les différentes activités, sportives, culturelles ou pouvant être assimilées à une école, comme le conservatoire de musique pendant le week-end. Nous nous adapterons lundi en fonction de la situation et des consignes transmises par le préfet.

Dès lundi, le plan vigipirate est restauré à son niveau « Alerte Attentat », imposant de nombreuses contraintes dans les écoles. Les services travaillent ce weekend pour mettre en place les éléments de sécurité nécessaire et passer les consignes.

L’adaptation du dispositif au fur et à mesure de l’actualité sera nécessaire à tout moment. J’ai décidé de créer de ce fait une cellule de crise qui associera outre le conseiller municipal délégué à la sécurité Jean-Claude Porcheron qui la pilotera, l’élu d’astreinte hebdomadaire et le Directeur général des services. Ils me rendront compte directement des éventuelles décisions à prendre.

Je vous rappelle que l’objectif des terroristes est de déclencher la terreur. Je vous demande instamment de ne pas contribuer à amplifier les peurs et les angoisses en relayant des informations non vérifiées auprès de nos concitoyens. Ce type de propos ne faisant qu’aider les terroristes.

Le conseil municipal de lundi 16 novembre est maintenu. Les abords en seront sécurisés. Il n’est pas question de laisser les terroristes décider du fonctionnement de notre pays, et certaines délibérations doivent être prises avant le 30/11 pour des motifs de délais administratifs légaux sauf à pénaliser fortement notre commune.

L’autre partie de cette première phase est celle de l’émotion, de la tristesse et de la douleur. Rendons hommage et pleurons les victimes de cette barbarie. Trois jours de deuil national ont été décidés par le Gouvernement, les drapeaux sont en berne et lundi, lors du conseil, je proposerai à toutes les personnes présentes de nous unir dans un instant de recueillement à la mémoire des victimes.

Enfin, viendra la deuxième phase qui sera celle de la réaction nationale à apporter à cette agression, et des conséquences pratiques de tels actes sur les adaptations de notre vie quotidienne en tant que collectivité locale. Ce débat nous amènera sans doute à nous poser la question de ce qui est constitutif de notre identité nationale et de ce qui amène chacun, dans le cadre d’une décision qui est personnelle et indépendante des origines ethniques, culturelles et religieuses, ou de lieu de naissance, à décider d’appartenir ou non à cette communauté de destin qui est celle de la nation française.

Vive la France, vive la nation, vive la république laïque et démocratique!

Laurent Vastel
Maire de Fontenay-aux-Roses
Conseiller départemental des Hauts-de-Seine

 

fontenay aux roses,attentat,maire,laurent vastel,déclaration

03/09/2013

La stèle des victimes de la déportation à nouveau vandalisée

Le Mémorial symbolisant la résistance contre les crimes nazis a été dégradé. Cela fait la seconde fois (juillet 2012) que ce monument est victime du non respect et du mépris de certaines personnes.

Ce monument se trouve sur la coulée verte et constitue le lieu des commémorations concernant les crimes nazis contre les juifs (Râfle du Vel d'Hiv notamment). Cette oeuvre baptisée "l'Homme Debout" a été réalisée par Philippe Scrive et installée en ce lieu en 2008.

Ce matin, on pouvait constater que d'une part le monument lui-même a été abimé (disparition de la statue qui se trouvait au centre du monument) et d'autre part que l'ensemble du terrain était parsemé de déchets de toute nature (bouteilles vides, restes de nourritures, papiers ... ). Un lampadaire a même été arraché et se trouve couché au sol.

Cet événement est inacceptable. Comme vous le savez, je suis très attaché au devoir de mémoires et ces actes me touchent au plus haut point.

Ce qui me révolte d'autant plus, c'est que cet événement vient s'inscrire à la suite de la longue liste des faits qui se sont produits dans Fontenay-aux-Roses, ces derniers mois. Pascal Buchet a beau dire que notre ville est une ville calme, mais les Fontenaisiens ressentent nettement ce qui se passe. Ils ne sont pas dupes.


 

image1.jpg

image2.jpg

image3.jpg

image4.jpg

image5.jpg

image6.jpg



22/10/2011

Le devoir de mémoire et le respect pour nos combattants

Ce matin, à la mairie, je participais à la réunion du Comité d'Entente qui regroupe les associations de combattants et de devoir de mémoire. La préparation des prochaines commémorations est l'occasion de rappeler quelques principes simples, mais essentiels, du devoir de mémoire.

Nous l'avons évoqué ce matin, lors de cette réunion, les associations qui composent le Comité d'Entente ne sont pas des associations comme les autres. Les membres de ces associations ne viennent pas chercher un service, un plaisir ou un loisir. Ils sont là parce que eux-mêmes ont combattu et ils sont là pour nous rappeler que beaucoup sont morts pour notre pays et notre liberté. Ces associations participent, en étroite collaboration avec l'ensemble des collectivités locales et l'Etat, à la nécessité du souvenir, au devoir que nous avons de nous souvenir.

A l'occasion des différentes commémorations qui se déroulent tout au long de l'année, nous rendons un hommage au courage et au sacrifice de ces personnes qui ont choisi de défendre les grandes valeurs sur lesquelles la France est bâtie. Pour chacun d'entre eux, nous devons le respect.

Les commémorations ne doivent pas être l'occasion de mener des combats politiques qui n'ont certainement pas leur place dans ces manifestations de recueillement et d'hommage. Elles doivent, au contraire, être dignes et sans arrière pensée.

2497887021.jpg

Au mois de novembre, nous avons deux rendez-vous :

  • Commémoration du 9 novembre 1970 (anniversaire du décès du Général de Gaulle)
  • Commémoration du 11 novembre 1918 (armistice de la première guerre mondiale)