Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

Fontenay-aux-Roses pourrait toucher 16 millions d'Euros

La somme paraît énorme et elle l'est : cela représente la moitié du budget annuel de la commune. Décryptage d'une opportunité pour notre commune.

Cette somme de 16 millions d'Euros correspond aux taxes professionnelle et foncière auquelles le CEA, installé sur notre ville, a échappé. Hier, lors d'une audience devant la 7ème Chambre du tribunal administratif de Versailles, le rapporteur public s'est prononcé pour le versement de cette somme à Fontenay-aux-Roses.

Pour quelle raison cette somme considérable devrait être versée à notre ville ? Le débat de fond porte sur la nature des activités du CEA (Commissariat à l'Energie Atomique). En effet, le CEA est spécialisé dans la recherche biomédicale de pointe après des décennies de travaux sur le nucléaire. Selon qu’il s’agit de recherche fondamentale ou appliquée, on paie ou non cet impôt aux villes.

La commune s’est attaquée aux services fiscaux pour qu’ils recouvrent l’impôt. Après des années d’une procédure complexe, la ville a carrément visé l’Etat pour faire reconnaître son préjudice et elle demande la condamnation de l’Etat pour faute, celle de ne pas avoir recouvré 8 M€ de taxe professionnelle pour les années 2000 à 2005 et à peu près autant pour la taxe foncière. La prescription empêche de remonter plus avant. C’est cette démarche judiciaire contre l’Etat qui trouvera son épilogue le 13 juin, lorsque le jugement sera prononcé.

Si le jugement du 13 juin donne satisfaction à notre ville, que faire d'une telle somme ? 16 millions d'Euros, c'est la moitié du budget annuel de Fontenay-aux-Roses. Nous devrons tout d'abord nous réjouir de cette bonne nouvelle. Mais nous devrons également réfléchir à l'usage que la municipalité devrait faire de cette somme. Les utilisations ne manquent pas :

  • Premièrement, il serait souhaitable de baisser les impôts locaux, pour que chaque Fontenaisien puisse bénéficier de cette bonne nouvelle.

  • Ensuite, compte tenu du fonctionnement interne de la mairie, ce serait une bonne chose que les services municipaux et le personnel puissent obtenir beaucoup plus de moyens pour effectuer leurs services aux Fontenaisiens dans d'excellentes conditions.

  • Il serait appréciable que des investissements soient faits par exemple dans l'entretien de la voirie et la propreté de notre ville.

  • Enfin, comme demandé dans les conseils de quartier, donnons plus de moyens à la sécurité de notre ville, en dotant la police municipale de missions et d'équipements accrus.

13/03/2011

Pascal Buchet ou les promesses non tenues

En relisant le programme de Pascal Buchet, je m'aperçois qu'un grand nombre de promesses faites en 2008 n'ont pas été tenues. Pire, l'action de l'équipe municipale va souvent à l'encontre de ses propres engagements. Voici quelques exemples significatifs et non exhaustifs.

Fontenay, la ville pour les enfants ... nous voulons que les crèches se développent. En 2008, 40% des petits Fontenaisiens avaient une place en crèche, en 2011, le ratio sera de 30%. Avec la fermeture de la crèche Sainte-Barbe et la fermeture de la crèche familiale départementale de l'avenue Lombart, ce sont au total 95 places de crèches qui sont supprimées.

Nous renforcerons la démocratie locale et la participation des citoyens. Le nouveau marché, le déplacement du conservatoire, la suppression de la crèche Sainte-Barbe, l'implantation d'une supérette : aucun de ces projets n'a fait l'objet d'information et de concertation avec les associations ou les habitants des quartiers concernés. Les conseils de quartier ne remplissent pas leur rôle de démocratie participative.

Nous continuerons à faire de Fontenay la ville du respect. Des tribunes libres de l'opposition sont censurées. Le maire, pendant le Conseil municipal, met fin de façon arbitraire au temps de paroles des élus de l'opposition. Mais surtout, pour tous ceux qui ont assisté à la destitution du quatrième maire adjoint, Patricia Guyon, cette mascarade tragique et honteuse en plein Conseil municipal n'avait rien de respectueuse.

Un soutien sans précédent au commerce de proximité ... nous favoriserons l'implantation de nouveaux commerces. Aucune création de nouveaux commerces, ni en centre ville, ni dans les autres quartiers, n'a eu lieu. Par contre, plusieurs commerces de proximité ont fermé et n'ont pas été remplacés.

Nous installerons un hôtel artisanal et commercial aux Mouilleboeufs. Au lieu de cela, la création d'une supérette avec parking se fait au détriment du développement de l'artisanat local et du développement des commerces de proximité.

Grâce au CCJL et à l'Escale (Blagis), de nombreux projets, soutenus par la ville, verront le jour. En décembre 2009, la majorité municipale a supprimé l'Escale qui assurait des activités socioculturelles indispensables dans le quartier des Blagis.

13-03-2011_bilan1.jpg   13-03-2011_bilan2.jpg   13-03-2011_bilan3.jpg

 

Je vous invite à relire le programme de Pascal Buchet de 2008 pour continuer ce bilan de mi-mandat. Vous y trouverez quelques autres promesses non tenues (priorité de la propreté de la ville, renforcement de la ponctualité et de la fréquence du RER, soutien à la création de l'emploi local ...). Il nous appartient à nous tous, Fontenaisiens, de choisir notre avenir et de préparer un véritable projet pour notre ville afin de tourner la page de cette équipe qui fait souvent l'inverse de ce qu'elle a promis.

05/02/2011

Promotion de Sud de Seine au SIMI : sauf pour Fontenay-aux-Roses

Le SIMI est le salon de l'immobilier d'entreprise. La communauté d'agglomération Sud de Seine, qui regroupe Bagneux, Clamart, Fontenay-aux-Roses et Malakoff y avait un stand.

La communauté d'agglomération Sud de Seine, dans un article, annonce que lors de ce salon "elle a pu promouvoir l'attrait de son territoire. A un moment où les signes de reprise de l'activité se manifestent. Sud de  Seine bénéficie de trois atouts majeurs pour les entreprises".

Ces trois atouts sont les projets immobiliers d'entreprise, les locaux disponibles et les transports. Trois atouts dont ne bénéficie pas notre commune, puisque il n'y a aucune construction d'immeubles ou de locaux d'activités sur Fontenay-aux-Roses et qu'il n'y a aucune implantation de nouvelles entreprises dans les quelques locaux vacants depuis plusieurs années.

Quant aux transports, nous avons certe la chance d'avoir la ligne B du RER, mais avec les dysfonctionnements répétés que tous les Fontenaisiens connaissent et les difficultés que cette ligne génère quotidiennement pour ses usagers. Et en ce qui concerne le tramway T6, il longera notre ville et ne désservira essentiellement que les entreprises basées sur Clamart et la zone du CEA, sans favoriser l'implantation de nouvelles entreprises sur notre commune.

05-02-2011_sud-de-seine.jpgA différentes reprises, nous avons dénoncé l'absence de réelle politique de développement économique sur Fontenay-aux-Roses. Lors de l'inauguration du stand Sud de Seine au SIMI, l'absence de Pascal Buchet -pourtant président de la communauté d'agglomération- est symbolique. Les maires des trois autres communes étaient présents.

Alors oui, peut-être que la présence de Sud de Seine à ce salon a été positif pour Bagneux, Clamart et Malakoff ; mais une nouvelle fois ce n'est pas le cas de Fontenay-aux-Roses.