Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2014

Fontenay-aux-Roses : lu dans la presse

Fontenay-aux-Roses a susciter quelques articles dans Le Parisien. Voici une petite sélection apportant un éclairage sur la situation de notre ville à l'approche des élections municipales de mars.

 

Clamart et Fontenay-aux-Roses sont des cas délicats : interview de Philippe Sarre (patron des socialistes des Hauts-de-Seine) concernant les investitures socialistes pour les prochaines élections municipales. « Clamart et Fontenay-aux-Roses sont des cas délicats. A Clamart, Philippe Kaltenbach (NDLR : mis en examen dans l'affaire des vidéos et HLM) s'est retiré. Son maintien pouvait être un handicap ... De son côté, Pascal Buchet à Fontenay a été condamné en première instance et en appel pour harcèlement sur une de ses employées (NDLR : sa directrice de communication s'est suicidée en 2007). J'étais un des premiers à dire qu'il devait prendre sa distance avant même les condamnations ... Pascal Buchet n'a pas été condamné pour s'être servi de son mandat pour des malversations financière, pour s'être enrichi ...  ». (Le Parisien, 11 octobre 2013)

 

A Fontenay-aux-Roses, pas d'étiquette pour la liste de Philippe Ribatto. « Il semble déjà avoir largement débuté sa campagne, à grands renforts de tracts, newsletters et réunions d'appartements. Et pour sa première campagne, c'est sans investiture et sans étiquette que Philippe Ribatto … présentera sa liste Union Pour Fontenay-aux-Roses aux prochaines municipales … Dans quelques mois, avec son équipe, il détaillera son programme et ses 50 propositions pour la ville, avec lesquelles il espère battre le maire sortant, Pascal Buchet (PS) élu depuis plus de vingt ans  ». (Le Parisien, 10 décembre 2013)

lp2.jpg


Le maire PS de Fontenay-aux-Roses brigue un quatrième mandat : Pascal Buchet se présente pour un quatrième mandat, après 20 ans de gestion de notre ville. Un article du Parisien rappelle cependant que « … ce proche de Martine Aubry est néanmoins fragilisé par une récente condamnation. Reconnu coupable en première instance puis en appel pour harcèlement moral après le suicide par défenestration de sa directrice de la communication, il a écopé de 6 mois de prison avec sursis en 2012. Condamnation qui lui a déjà coûté les sénatoriales puis les législatives. L'élu avait également dû se résigner à ne pas se représenter à sa propre succession pour le poste de premier secrétaire fédéral du PS des Hauts-de-Seine » (Le Parisien, 24 décembre 2013)

lp1.jpg


Depuis 5 ans, Fontenay-aux-Roses voit sa population diminuer alors que dans l'ensemble du département elle augmente de +3,07%. Ce sont les chiffres de l'INSEE qui, comme chaque année, présente l'évolution de la population dans chaque ville des Hauts-de-Seine. Pour notre ville, que Pascal Buchet appelle « la ville où il fait bon vivre », la diminution de la population est surtout le signe visible du déclin de Fontenay-aux-Roses, car une ville qui perd des habitants et une ville qui s'appauvrit et dont les commerces de proximité disparaissent. « Avec 23.583 habitants, le nombre d'habitants à Fontenay-aux-Roses diminue de -2,5% sur les cinq dernières années. » (Le Parisien, 03 janvier 2014)

17/02/2013

Bilan : qu'apporte la communauté d'agglomération à Fontenay-aux-Roses ?

Une communauté d'agglomération est censée apporter aux villes qui y participent un certain nombre d'avantages : la mutualisation de services rendus à la population, économie sur les coûts, optimisation de la qualité des prestations offertes. Qu'en est-il pour Fontenay-aux-Roses ?

Depuis des années, l'opposition municipale réclame au maire un bilan de la mise en place de la communauté d'agglomération Sud de Seine qui regroupe Bagneux, Clamart, Fontenay-aux-Roses et Malakoff. Jusqu'à ce jour, nous n'avons eu aucune réponse claire et détaillée nous permettant de savoir si les services pris en charge par Sud de Seine apportent efficacité et économie de coûts.

Prenons l'exemple de la médiathèque de Fontenay-aux-Roses, dont la gestion est assurée par Sud de Seine depuis le transfert de compétences de la culture à la communauté d'agglomération.

17-02-2013-media1.jpg

Existe-t-il un réseau de toutes les médiathèques de la communauté d'agglomération ?

L'un des avantages de confier à la communauté d'agglomération la gestion des médiathèques et bibliothèques des quatre villes serait de pouvoir partager les informations entre les différents sites. Cela s'appelle la mutualisation des services. Hors justement, il n'y a aucune mise en réseau des catalogues des bibliothèques des différentes villes. Ainsi, si vous recherchez un ouvrage qui n'existe pas à Fontenay-aux-Roses, vous n'avez pas la possibilité de savoir si il existe à Bagneux, si ce n'est de vous déplacer à Bagneux ou d'effectuer éventuellement une recherche sur internet.

 

Puis-je réserver un ouvrage dans une autre ville de la communauté d'agglomération ?

Dans le même ordre d'idées, les habitants de Sud de Seine bénéficient de la gratuité d'inscription dans les médiathèques et bibliothèques des quatre villes. C'est bien. Par contre, il n'y a aucun prêt d'une médiathèque à l'autre, c'est au lecteur de se débrouiller. Ainsi, il n'est pas possible de réserver un ouvrage qui se trouve à Malakoff et de le recevoir à Fontenay-aux-Roses. Il faut que le Fontenaisien se déplace à Malakoff pour s'inscrire gratuitement à la médiathèque locale, emprunter ses livres et les rapporter là-bas.

 

Existe-t-il une cohérence dans les animations culturelles organisées dans les médiathèques ?

Savez-vous qu'il n'y a pas non plus de concertation quant à la politique culturelle mise en place dans les médiathèques de chaque ville ? Chaque médiathèque fonctionne de façon autonome dans la mise en place des animations et des actions culturelles. Il serait peut-être intéressant que certaines animations soient partagées par les quatres villes.

 

Le transfert de la culture à Sud de Seine permet-elle d'alléger le fonctionnement des services de la ville ?

17-02-2013-media2.jpgOn peut aussi s'interroger sur certaines logiques de fonctionnement. En effet, comme la communauté d'agglomération ne sait pas gérer certains services, Sud de Seine passe une convention avec la ville qui en assurera la gestion. Ainsi, Sud de Seine ne faisant pas la communication de la médiathèque de Fontenay-aux-Roses, elle passe une convention avec le service communication de la mairie qui, avant le transfert, le faisait déjà. A quoi sert de transférer des compétences à la communauté d'agglomération si c'est pour les reconfier ensuite à la ville ?

 

La gestion du personnel des médiathèques en est-elle simplifiée ?

Il n'y a pas d'uniformité dans la gestion du personnel des différentes médiathèques. Ainsi, tout en ayant le statut de la fonction publique territoriale, le personnel de chaque ville a conservé les conditions spécifiques attribuées lorsqu'il dépendait de sa ville. Sans uniformité, chaque service est seul face à la Direction des Ressources Humaines de la communauté d'agglomération.

 

On le voit bien dans cet exemple, le service publique des médiathèques transféré à la communauté d'agglomération n'apporte pas de simplicité et de facilité aux habitants, alourdit sensiblement le fonctionnement de ces services, ajoute des dysfonctionnements qui touchent à la fois les Fontenaisiens et le personnel. Quant à l'optimisation des coûts, nos élus de l'opposition au Conseil municipal poseront une nouvelle fois la question, notamment lors du prochain Débat d'Orientation Budgétaire ce mois-ci et du vote du budget (mars).

 

Pour 2014, nous vous proposerons de mutualiser réellement les services offerts par l'ensemble des villes de Sud de Seine pour permettre plus de simplicité et d'efficacité pour chaque Fontenaisien utilisateur de nos médiathèques. Notre participation à une communauté d'agglomération doit réellement s'orienter vers plus de services aux Fontenaisiens et une réelle économie sur les coûts de fonctionnement de ces services.

17/06/2012

Résultats du second tour de la législative dans notre circonscription

Voici ci-dessous les résultats du second tour de l'élection législative dans la douzième circonscription des Hauts-de-Seine (Clamart, Châtillon, Le Plessis-Robinson et Fontenay-aux-Roses).

Sur l'ensemble de la circonscription, le candidat socialiste l'emporte sur Philippe Pemezec avec 487 voix d'avance. Notre circonscription a toujours été détenue par la Droite et le Centre (à l'exception d'une fois) et elle bascule donc ce soir à gauche. Ce n'est pas une bonne chose.

Au-delà de ce résultat local, l'Assemblée Nationale est dotée d'une majorité nette pour la gauche. Je considère, avec inquiétude, que la politique qui sera mise en oeuvre à partir de maintenant par le Gouvernement risque de nous entrainer vers des difficultés croissantes, tant sur le plan économique que sur le plan social.

Il appartient maintenant à l'opposition de la Droite et du Centre de se refondre, de se réorganiser et de se préparer pour les prochaines échéances locales. Il va nous falloir apprendre à travailler autrement et à nous respecter dans nos différences. Et surtout, nous devrons nous rassembler pour n'avoir qu'un seul objectif : la reconquête de notre ville, de notre canton et enfin de notre circonscription. Nous devons apprendre à faire de la politique autrement, avec nouveauté, ingéniosité. Mais aussi avec tolérance, ouverture d'esprit et en privilégiant l'intérêt de tous.

J'appelle de mes voeux le rassemblement de tous et à la reconstruction d'une opposition enfin unie, mais dans le respect de nos différences.

 

Résultats de la circonscription :
» Clamart :
  Philippe Pemezec : 47,76% / Jean-Marc Germain : 52,23%
» Le Plessis-Robinson :
  Philippe Pemezec : 61,29% / Jean-Marc Germain : 38,71%
» Fontenay-aux-Roses :
  Philippe Pemezec : 41,27% / Jean-Marc Germain : 58,73%
» Châtillon :
  Philippe Pemezec : 46,85% / Jean-Marc Germain : 53,15%

 


  Résultat global

Philippe Pemezec : 49,56% / Jean-Marc Germain : 50,44%
Jean-Marc Germain a obtenu 28.027 voix
et Philippe Pemezec a obtenu 27.540 voix.

 

 

Résultats détaillés de Fontenay-aux-Roses :

435946314.jpg
cliquer sur l'image

05/02/2011

Promotion de Sud de Seine au SIMI : sauf pour Fontenay-aux-Roses

Le SIMI est le salon de l'immobilier d'entreprise. La communauté d'agglomération Sud de Seine, qui regroupe Bagneux, Clamart, Fontenay-aux-Roses et Malakoff y avait un stand.

La communauté d'agglomération Sud de Seine, dans un article, annonce que lors de ce salon "elle a pu promouvoir l'attrait de son territoire. A un moment où les signes de reprise de l'activité se manifestent. Sud de  Seine bénéficie de trois atouts majeurs pour les entreprises".

Ces trois atouts sont les projets immobiliers d'entreprise, les locaux disponibles et les transports. Trois atouts dont ne bénéficie pas notre commune, puisque il n'y a aucune construction d'immeubles ou de locaux d'activités sur Fontenay-aux-Roses et qu'il n'y a aucune implantation de nouvelles entreprises dans les quelques locaux vacants depuis plusieurs années.

Quant aux transports, nous avons certe la chance d'avoir la ligne B du RER, mais avec les dysfonctionnements répétés que tous les Fontenaisiens connaissent et les difficultés que cette ligne génère quotidiennement pour ses usagers. Et en ce qui concerne le tramway T6, il longera notre ville et ne désservira essentiellement que les entreprises basées sur Clamart et la zone du CEA, sans favoriser l'implantation de nouvelles entreprises sur notre commune.

05-02-2011_sud-de-seine.jpgA différentes reprises, nous avons dénoncé l'absence de réelle politique de développement économique sur Fontenay-aux-Roses. Lors de l'inauguration du stand Sud de Seine au SIMI, l'absence de Pascal Buchet -pourtant président de la communauté d'agglomération- est symbolique. Les maires des trois autres communes étaient présents.

Alors oui, peut-être que la présence de Sud de Seine à ce salon a été positif pour Bagneux, Clamart et Malakoff ; mais une nouvelle fois ce n'est pas le cas de Fontenay-aux-Roses.