Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2014

Pour Pascal Buchet, la campagne se durcit

Un article du Parisien de ce matin annonce que 15 militants de Fontenay-aux-Roses quittent la section du PS. La campagne pour les élections municipales de mars s'annonce de plus en plus difficile pour Pascal Buchet.

L'article commence par cette phrase : La campagne municipale se durcit à Fontenay-aux-Roses. Hier, une quinzaine de militants socialistes de la section ont annoncé leur démission collective du parti. Les 20 ans d'échec du maire Pascal Buchet se traduisent aussi par l'abandon progressif de ses soutiens locaux.

Après le départ d'un certain nombre de membres de l'équipe qui l'accompagnaient, pour certains, depuis 1994 (Madame Segré, Monsieur Dumas, Monsieur Zanolin ... ) et après la constitution d'une liste de son ancien premier adjoint (Dominique Lafon, regroupant déjà quelques élus de l'actuelle équipe municipale), cette démission des militants socialistes de la section fontenaisienne du PS est un nouveau coup dur pour Pascal Buchet.

20 ans c'est trop long. A cela, il faut ajouter l'état déplorable de la commune qui est laissée à l'abandon et dont le déclin est souligné par un nombre de plus en plus grand de Fontenaisiens. Il ne faut pas oublier non plus les condamnations pour harcèlement moral (6 mois de prison avec sursis) qui ont contribué à détruire les relations et le dialogue social avec les personnels municipaux et le manque de confiance de ceux-ci vis-à-vis de la mairie.

S'agit-il d'une fin de règne pour Pascal Buchet ? Tous les ingrédients sont là, bien réels et bien présents. Pour transformer cette nécessité de changement en réalité aux soirs des 23 et 30 mars, je vous invite à voter pour la seule liste en mesure d'assurer l'alternance dans notre ville : l'Union Pour Fontenay-aux-Roses. Car nous sommes le trait d'union entre toutes les listes qui veulent fermer le livre de ces 20 ans d'échecs.

Pour battre Pascal Buchet, il faut voter utile dès le premier tour, il faut voter Philippe Ribatto et pour la liste Union Pour Fontenay-aux-Roses !

31/01/2014

Fontenay-aux-Roses : lu dans la presse

Fontenay-aux-Roses a susciter quelques articles dans Le Parisien. Voici une petite sélection apportant un éclairage sur la situation de notre ville à l'approche des élections municipales de mars.

 

Clamart et Fontenay-aux-Roses sont des cas délicats : interview de Philippe Sarre (patron des socialistes des Hauts-de-Seine) concernant les investitures socialistes pour les prochaines élections municipales. « Clamart et Fontenay-aux-Roses sont des cas délicats. A Clamart, Philippe Kaltenbach (NDLR : mis en examen dans l'affaire des vidéos et HLM) s'est retiré. Son maintien pouvait être un handicap ... De son côté, Pascal Buchet à Fontenay a été condamné en première instance et en appel pour harcèlement sur une de ses employées (NDLR : sa directrice de communication s'est suicidée en 2007). J'étais un des premiers à dire qu'il devait prendre sa distance avant même les condamnations ... Pascal Buchet n'a pas été condamné pour s'être servi de son mandat pour des malversations financière, pour s'être enrichi ...  ». (Le Parisien, 11 octobre 2013)

 

A Fontenay-aux-Roses, pas d'étiquette pour la liste de Philippe Ribatto. « Il semble déjà avoir largement débuté sa campagne, à grands renforts de tracts, newsletters et réunions d'appartements. Et pour sa première campagne, c'est sans investiture et sans étiquette que Philippe Ribatto … présentera sa liste Union Pour Fontenay-aux-Roses aux prochaines municipales … Dans quelques mois, avec son équipe, il détaillera son programme et ses 50 propositions pour la ville, avec lesquelles il espère battre le maire sortant, Pascal Buchet (PS) élu depuis plus de vingt ans  ». (Le Parisien, 10 décembre 2013)

lp2.jpg


Le maire PS de Fontenay-aux-Roses brigue un quatrième mandat : Pascal Buchet se présente pour un quatrième mandat, après 20 ans de gestion de notre ville. Un article du Parisien rappelle cependant que « … ce proche de Martine Aubry est néanmoins fragilisé par une récente condamnation. Reconnu coupable en première instance puis en appel pour harcèlement moral après le suicide par défenestration de sa directrice de la communication, il a écopé de 6 mois de prison avec sursis en 2012. Condamnation qui lui a déjà coûté les sénatoriales puis les législatives. L'élu avait également dû se résigner à ne pas se représenter à sa propre succession pour le poste de premier secrétaire fédéral du PS des Hauts-de-Seine » (Le Parisien, 24 décembre 2013)

lp1.jpg


Depuis 5 ans, Fontenay-aux-Roses voit sa population diminuer alors que dans l'ensemble du département elle augmente de +3,07%. Ce sont les chiffres de l'INSEE qui, comme chaque année, présente l'évolution de la population dans chaque ville des Hauts-de-Seine. Pour notre ville, que Pascal Buchet appelle « la ville où il fait bon vivre », la diminution de la population est surtout le signe visible du déclin de Fontenay-aux-Roses, car une ville qui perd des habitants et une ville qui s'appauvrit et dont les commerces de proximité disparaissent. « Avec 23.583 habitants, le nombre d'habitants à Fontenay-aux-Roses diminue de -2,5% sur les cinq dernières années. » (Le Parisien, 03 janvier 2014)

11/06/2012

Les résultats définitifs de notre circonscription

Voici ci-dessous les résultats définitifs de la douzième circonsciption, qui reproupent les bureaux de vote de Clamart, Châtillon, Fontenay-aux-Roses et du Plessis-Robinson.

On peut constater que sur l'ensemble de la circonscription, la participation de 62% est normale pour une élection législative. Le vote d'hier a essentiellement été un vote utile, cherchant à soutenir les deux principaux candidats UMP et PS : Philippe Pemezec (avec 39,99% des suffrages exprimés) et Jean-Marc Germain (avec 36,54% des suffrages exprimés) sont largement en tête, mais avec seulement 1.912 voix d'écart. Tous les autres candidats sont en-dessous des 7% des suffrages exprimés.

Le résultat du second tour se jouera donc sur les reports de voix et la mobilisation éventuelle des abstentionnistes du premier tour.



  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 89 869    
Abstentions 33 950 37,78  
Votants 55 919 62,22  
Blancs ou nuls 501 0,56  0,90
Exprimés 55 418 61,67  99,10

 

Liste des candidats Voix % Exprimés
Mme Isabelle CHIVILO (ECO) 571 1,03
Mme Jocelyne LE METAYER (FG) 3 498 6,31
M. Jean-Marc GERMAIN (SOC) 20 248 36,54
Mme Sophie WAHNICH (AUT) 184 0,33
M. Robert LARCHER (EXG) 195 0,35
M. Philippe PEMEZEC (UMP) 22 160 39,99
Mme Julia CARRASCO (DVD) 398 0,72
M. Christian DELOM (CEN) 1 940 3,50
Mme Blanche DOUCET (FN) 3 580 6,46
M. Rudolph BIERENT (AUT) 90 0,16
Mme Francine BAVAY (VEC) 2 554 4,61

06/12/2011

Contestation interne au PS : pour le retrait de Pascal Buchet

Pascal Buchet, comdamné pour harcèlement moral en juin dernier, est de plus en plus contesté au sein du PS des Hauts-de-Seine. Ils sont de plus en plus nombreux à demander son départ du poste de premier secrétaire.

Le Parti Socialiste du 92 grogne. Deux faits marquants sont révélés aujourd'hui dans le journal Le Parisien.

D'abord, une trentaine de membres du Conseil fédéral du PS viennent de lui adresser un courrier pour que Pascal Buchet convoque au plus vite une réunion, suite "aux graves difficultés de fonctionnement" que connaît la fédération depuis plusieurs mois". Les signataires de ce courrier sont notamment Philippe Kaltenbach (sénateur et maire de Clamart), Philippe Sarre (maire de Colombes), Martine Gourrier (présidente du groupe PS au Conseil général), deux conseillères régionales, sept secrétaires de section ...

Ce qu'ils demandent ? Purement et simplement le retrait de Pascal Buchet du poste de premier secrétaire. La direction fédérale serait alors provisoirement assurée par un collectif en attendant le verdict du jugement de la cour d'appel de Versailles.

06-12-2011 12;13;39.JPG

Ensuite, à Bagneux, la compagne de Pascal Buchet a reçu l'investiture pour les prochaines élections législatives, lors d'un vote interne dont des conditions sont contestées par le groupe socialiste local. D'après le Parisien de ce matin, ils "dénoncent de nombreux dysfonctionnements, voire plusieurs négligences surprenantes lors du scrutin". Notamment, une vingtaine de personnes aurait été exclue étrangement des fichiers contenant la liste des votants.

 

Pascal Buchet ferait-il de la démocratie interne au PS comme il pratique la démocratie locale à Fontenay-aux-Roses ? Quoi qu'il en soit, tout cela devient véritablement affligeant et je suis persuadé qu'au-delà des dysfonctionnements internes au PS des Hauts-de-Seine, le comportement de Pascal Buchet rejaillit sur l'ensemble de notre ville. Depuis plus d'un an maintenant, la presse écrite et audiovisuelle parle des tristes mésaventures du maire. Quelle image Fontenay-aux-Roses a-t-elle auprès des non-fontenaisiens ? Quelles en sont les conséquences qui rejaillissent sur notre ville, son fonctionnement et sa gestion ?

Il serait temps, comme je l'ai proposé dès le 7 octobre 2010, que Pascal Buchet se mette en retrait de la gestion de notre commune. C'est une question de morale politique. C'est aussi une question de bien être de Fontenay-aux-Roses, de son image et de sa gestion.