Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2010

Nouveau braquage à Fontenay-aux-Roses

Hier soir, aux alentours de 19H20, le tabac des Blagis a été braqué par deux hommes armés. Au-delà de cette agression supplémentaire sur notre ville, il nous appartient, à nous responsables politiques et d'associations, de réfléchir à de réelles solutions face à cette situation.

Après le braquage de La Poste à Scarron (il y a un an), du Carrefour Market rue Boucicaut et de la bijouterie rue Dolivet (en septembre dernier), il faut bien admettre que ce qui s'est passé hier soir aux Blagis n'est pas lié à ce seul quartier. Il s'agit d'un problème qui couvre l'ensemble de la ville de Fontenay-aux-Roses et au-delà.

Appelé par des personnes du quartier, je me suis rendu dès hier soir sur place et également ce matin. J'ai rencontré des habitants, des commerçants et des responsables d'associations afin de savoir ce qu'ils pensent de cette nouvelle agression et, plus largement, comment ils perçoivent la vie de leur quartier.

Plusieurs remarques m'ont été formulées.

- D'abord le sentiment d'abandon et d'isolement par rapport au reste de la ville est largement ressenti, surtout depuis la fermeture de l'Escale qui a rompu une forme de lien social. Les habitants sont demandeurs de plus de services et de présence de l'autorité, pouvant apporter une vie de quartier plus vivante et plus sécurisée. Ainsi, un point de La Poste (par exemple au tabac) ou l'ouverture d'une annexe de la police municipale seraient bien accueillis.

- Ensuite, il n'y a pas de fort sentiment particulier d'insécurité. Les gens pensent que les braqueurs d'hier soir ne sont certainement pas du quartier, voir de la ville. Cependant, une présence policière plus forte semble souhaitée, car il existe quand même des problèmes d'incivilités et de petite délinquance.

- Enfin, certains pensent que c'est aux habitants du quartier de participer à la sérénité et à la qualité de vie de la cité. Des associations vivantes et dynamiques manquent sur le terrain. Et comme tout est lié, la présence et l'engagement des habitants permettraient de limiter, là aussi, quelques problèmes.

police-municipale.jpgMais, comme je l'ai déjà écrit sur ce blog, je pense qu'en matière de sécurité, la police municipale a un rôle essentiel à jouer, et cela sur l'ensemble de notre commune. Du seul fait de son rayon d'action, la police municipale est la police de proximité par excellence. Il suffit de lui donner des moyens et des missions qui correspondent à cette présence sur le terrain, au côté des Fontenaisiens. Bien entendu, elle ne doit pas se substituer à la police nationale, mais elle doit avoir les moyens d'assurer avec efficacité un premier niveau de prévention et d'intervention.

D'autres solutions peuvent également être proposées. En réalité, la question de la sécurité dans nos communes nécessite une réflexion de fond, avec les habitants, les associations, les structures de l'Etat, et en regardant les expériences menées dans d'autres villes. Il nous appartient donc d'en débattre tous ensemble !

Commentaires

J'ai personnellement participé au débat sur la sécurité dans notre ville et ai proposé à notre maire de mettre plus d'éclairage dans nos rues et d'installer des caméras vidéo à certains endroits, mais il ne veut rien entendre !!! D'après lui, Fontenay serait la ville la plus sûre du département, alors laissons faire....

Écrit par : Anne Bullet | 05/11/2010

Juste pour info, là où s'est déroulé le braquage du tabac, il y a des caméras vidéos sur les toits des immeubles. ça ne les a pas empéché de venir : les braqueurs étaient masqués par des écharpes ou des foulards. La seule chose à faire, vraiment efficace, c'est une présence de la police, des rondes et occuper le terrain.

Écrit par : Barahona des Blagis | 06/11/2010

Bonjour,

J'ai été l'un des témoins direct de cet abominable bracage.

D'abord, je tiens à préciser que je ne chargerais pas les jeunes de la cité car notre environnement est devenu plus calme depuis la fermeture du Cyber Café.

Pourquoi s'attaquer directement à des personnes qui cherchent à vivre dignement et surtout à participer au lien social de notre cité. Le sentiment d'abandon ne vient pas uniquement de la mairie mais de l'ensemble des pouvoirs publics.

Ce n'est pas uniquement en demandant à des patrouilles de polices de tourner dans notre quartier que le problème sera réglé. Ces braqueurs, on leur fait croire que s'habiller en style de marque classe font d'eux un beau mec. Quand je regarde certaines personnalités du Catch américian montrant leur coprs musclé utilisant des produits "classe" afin d'afermir leur corps pour le rendre beau, cela me réconforte... mais quel est le prix d'un tel produit ? Trop cher pour ces gosses. Alors, il rejète un système injuste entendant leur parent n'être plus encapacité financière de les élever.

Un braqueur ne nait pas "braqueur" ; il le devient. Il le devient à cause de son environnement familial, de son environnement scolaire, où tout le monde semble vouloir abandonner la jeunesse de notre pays.

Ce n'est pas tout de demander. Il faut aussi participer. Ou alors je propose en effet l'augementation de 140% des effectifs de la police nationale, de 350% des effectifs de la police municipale et donc le doublement des impots locaux.

Un econseillère municipale a dit un jour : "Qaund on veut quelque chose on va le chercher". Apparremment cet phrase marche bien dans certains domaine, puisqu'ils ne seront peut-être pas arrêté ou alors ils auront déjà consommer leur butiN

Si nous voulons la sécurité, il faut se la créer.

Si nous voulons des jeunes avec un avenir brillant, il faut leur permettre de s'en sortir.

Dans notre citén nous avons des jeunes qui ont réussit des études brillantes. Nous avons un bac + 6 en commerce international qui vit par moment aux States ou au Québec et qui a étudié à Londre tout en travaillant pour de grandes enseignes de magasins.

Nous avons une future avocate qui se spécialisera dans le droit du travail.

Mais ces jeunes ont été poussé par leur mère car sa foi lui a permit d'éduquer ses enfants.

Bravo à cette mère seule qui consacre aussi beaucoup de temps à son pays d'origine : Haïti.

Par cobnséquent, il faut motiver ses enfants et surtout leur donner la possibilité de croire en eux. Pour cela il faut croire en soi avant tout. Le reste des croyances ne constiutnet plus qu'un accessoire.

C'est à nous, citoyen de notre vile et de notre pays de répondre à ce problème et il faut arrêter de croire que notre pays est riche et utiliser les moyens nécessaires afin que la sécurité soit plus présente.

Arrêtons de dire aussi "c'est la faute à..." car la faute est collective, qu'on soit de droite ou de gauche, chrétiens ou musulmans, avec ou sans foi, il faut surtout croire que c'est nous qui devons faire.

AGISSONS.

Écrit par : MGF | 06/11/2010

Bonjour,

j’ai trouvé une analyse intéressante sur le sentiment d’insécurité et je voulais connaître votre avis sur ce point :

http://www.delitsdopinion.com/1analyses/sentiment-dinsecurite-ideologies-fantasmes-ou-realite-4044/

qu’en pensez-vous ?

cordialement

Écrit par : PAsquier | 18/11/2010

@ PAsquier

Le lien que vous mettez est passionnant : étude basée sur des enquêtes, analyse de la violence urbaine dans l'histoire et du sentiment (subjectivité ou pas) de la violence ...
Bravo pour ce document qui appelle à s eposer des questions.

Merci.

Écrit par : Benoît Telanga | 18/11/2010

Les commentaires sont fermés.