Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2012

Le marché, un an après son inauguration

Grand projet de l'actuelle mandature, le marché aux comestibles a été inauguré il y a presque un an. Le moment est donc venu de faire un premier bilan de ce projet dont le coût global a été de 8 millions d'Euros.

En tout premier lieu, on peut s'interroger sur l'activité globale du marché. Si le nombre de commerçants a augmenté, l'activité commerciale de ceux-ci est très décevante. En effet, depuis la rentrée, plusieurs commerçants me disent qu'ils subissent une baisse sensible de leur chiffre d'affaires à Fontenay-aux-Roses. Notre première réaction consiste à leur répondre que c'est la crise, que les gens réduisent leur consommation pour se consacrer à ce qui est strictement nécessaire. Et bien, non. Car sur les autres marchés, auquels ils participent, ces commerçants ne constatent pas du tout cette baisse de chiffre d'affaires. C'est donc une particularité de notre ville.

Ensuite, je reviens sur la délibération N°3 du Conseil municipal du 11 octobre 2012, concernant la prolongation du délai de garantie de nombreux lots attachés à la construction du nouveau marché. Il semble que le marché connaissant un certain nombre de problèmes de finition ou de défauts de construction, la mairie a fait le choix de prolonger le délai de garantie de ces lots (exemple de défaut constaté : lire les brèves fontenaisiennes du 4 octobre 2012).

On le sait, des projets de construction de cette ampleur ne sont jamais sans problème de finition. Par contre, il est curieux de constater que cela concerne une majorité de lots (2, 3, 4, 6, 9, 10, 11 et 13) de ce projet. Un an après sa mise en service, il est quand même inquiétant de s'apercevoir que le nombre de ces problèmes non résolus reste aussi important.

Il appartient donc à la mairie de faire le nécessaire pour que cette situation se résolve rapidement et pour que ce marché aux comestibles puisse répondre aux attentes des Fontenaisiens. Mais au-delà, il me semble important qu'il y ait une véritable réflexion sur l'activité commerciale elle-même, permettant à la fois la satisfaction des commerçants et une réponse adéquate aux besoins des consommateurs de notre ville. Ce qui ne semble pas avoir été fait à ce jour.

11/09/2012

Abandon du projet d'installation d'un LIDL à Fontenay-aux-Roses

La direction de la chaîne de magasins LIDL a décidé, finalement, de ne pas venir s'installer à Fontenay-aux-Roses.

En réalité, la direction de LIDL indique que l'installation d'un magasin sur le territoire de Fontenay-aux-Roses ne correspond plus à la politique d'implantion du groupe qui privilégie actuellement des ouvertures de magasins de plus grande taille. Je souhaite qu'une confirmation du côté de la municipalité nous soit rapidement communiquée.

lidl.jpg

Sans revenir sur les conditions opaques de ce projet (annonce d'un projet bouclé lors d'un Conseil de quartier, sans consultation des habitants et sans en avoir informé l'opposition), l'abandon de cette implantation pose quelques questions sur le devenir de ce terrain actuellement à l'abandon entre la rue Paul Langevin et la rue Jean Moulin (au carrefour des Mouilleboeufs) et sur les aspects financiers pour notre ville.

En effet, 1,2 millions d'Euros étaient inscrits au budget 2012 pour la vente de ce terrain à LIDL. C'est autant de recettes qui vont faire défaut au budget de la commune.

Fontenay-aux-Roses se retrouve maintenant avec ce terrain sur les bras. Comment l'utiliser ?

Je propose que ce terrain soit utilisé afin d'y créer soit une pépinière d'entreprises permettant à de nouvelles sociétés de s'épanouir et de se développer sur notre commune, soit d'y installer une zone d'activité artisanale. Dans les deux cas, notre ville pourrait bénéficier d'un regain de dynamisme économique qui nous fait tant défaut actuellement.

Nous voyons tous des entreprises s'installer ou bien des constructions de bureaux se faire dans les villes avoisinantes ... mais pas à Fontenay-aux-Roses. Nous avons là une occasion d'inverser cette tendance. Ce terrain est d'ailleurs idéalement bien placé, puisque à proximité du RER Robinson et devant un carrefour qui relie plusieurs communes.

Bien entendu, dans le cadre de la Démocratie participative, il serait intéressant que les habitants de Fontenay-aux-Roses soient consultés sur le devenir de ce terrain.

 

- Pour en savoir plus sur l'annonce de ce projet

 

26/08/2012

Un été à Fontenay-aux-Roses

A quelques jours de la rentrée, il est bon de revenir sur quelques événements ou quelques faits qui se sont produits cet été, à Fontenay-aux-Roses. Il convient de les signaler, car ils sont le reflet de l'évolution de notre société ou bien de notre commune.

 

inauguration,clairefontaine,fontenay-aux-roses,pascal buchet,contravention,distribution de tractsAu début du mois de juillet, le Mémorial symbolisant la résistance contre les crimes nazis a été dégradé. Ce monument se trouve sur la coulée verte et il s'agit d'une oeuvre baptisée "l'Homme Debout" (réalisée par Philippe Scrive et installée en ce lieu en 2008). Elle a été vandalisée dans la nuit du 3 au 4 juillet. Les deux morceaux de bois supérieurs avaient été descellés, la pierre surplombant la sculpture cassée. Et le cercle d’acier a disparu.


Au lendemain du weekend du 14 juillet, les Fontenaisiens qui prenaient le RER à la station Fontenay-aux-Roses ont découvert que les poubelles publiques avaient été vandalisées. Il s'agit des poubelles qui sont fixées aux arrêts de bus (avenue Lombart). Elles ont été brûlées et sont restées ainsi une petite semaine sur la voie publique.

17-07-2012_poubelles1.jpg     17-07-2012_poubelles2.jpg

 

25-08-2012_tags-insultes01.jpgUn immeuble donnant sur la nouvelle place devant le château Laboissière a été largement dégradé par des tags, à la prose très éloquente. Ainsi, depuis la mi-août, les Fontenaisiens peuvent lire "Nike la BA.C", "béze la france" et autres "vive l'algérie" ... Outre le fait que ces inscriptions sont de grandes tailles, rédigées avec une orthographe discutable, sur une place fraîchement aménagée et face au nouveau marché (donc à la vue de tous), ces dégradations et la violence qu'elles sous-entendent à l'encontre de notre pays et des forces de l'ordre sont inacceptables.

25-08-2012_tags-insultes02.jpg       25-08-2012_tags-insultes03.jpg

 

25-08-2012_naturesauvage01.jpgCet été, les Fontenaisiens ont aussi constaté les effets  du slogan "Fontenay, ville verte grandeur nature" inscrit sur la couverture du Fontenay Mag de juillet-août 2012. Ainsi, on peut lire dans le journal municipal que "le plan de désherbage mis en oeuvre par la ville permet de cartographier tous les espaces verts laissés volontairement à la nature sauvage ... cette nature sauvage qui s'intégre parfaitement à son milieu urbain". C'est ainsi que les rues de Fontenay-aux-Roses sont apparues envahies par les mauvaises herbes, aux pieds des arbres non-entretenus et dans les caniveaux, lui conférant un aspect que vous êtes beaucoup à me signaler comme peu bucolique. Monsieur le maire nous répliquera certainement que l'opposition municipale est peu sensible au caratère sauvage de la nature. Mais, en réalité, qu'en pensent les Fontenaisiens ?

25-08-2012_naturesauvage02.jpg

05/06/2012

Logements sociaux et opacité à la commission d'attribution

Nous ne sommes pas opposés aux logements sociaux, contrairement à ce que veut faire croire la municipalité actuelle. Bien au contraire, nous souhaitons une véritable mixité sociale dans notre ville et surtout une transparence légitime au niveau de la commission d'attribution des logements.

Rappel de ce qu'est le logement social
- Le logement social locatif est un logement financé en partie par l'Etat et qui fait l'objet d'une convention avec un organisme HLM (Habitation à Loyer Modéré) appelé bailleur social. Ce dernier en est le propriétaire et surtout le gestionnaire.
- Les montants des loyers appliqués sont imposés aux bailleurs sociaux, ainsi que les plafonds de ressources des locataires.

Le principe de réservations de logements sociaux
1445971275.JPGPour financer la construction ou bien la réhabilitation des logements, les bailleurs sociaux empruntent de façon spécifique et sollicitent l'aide de l'Etat, des collectivités territoriales et du 1% logement. En contrepartie de cette aide, les bailleurs sociaux accordent à ces structures (appelées les réservataires) un certain nombre de logements. Les réservataires proposent alors eux-mêmes les candidats lors de l'attribution de ces logements.

La situation à Fontenay-aux-Roses
793457810.jpgDans notre ville, nous avons 40% de logements sociaux (ce qui représente plus de 3.700 logements). La mairie s'étant portée garante d'emprunts contractés par les bailleurs sociaux, elle bénéficie de 20% des logements lors d'une opération de construction ou de réhabilitation. Depuis plusieurs années, la ville s'est donc portée garante de plusieurs projets d'envergure (plus de 100 millions d'Euros de garantie d'emprunts) et obtient en contrepartie la réservation de nombreux logements.

S'ajoutent à ce parc de logements ceux dont l'Etat est réservataire, puisque le Préfet a confié au maire la gestion du traitement de la demande et des propositions d'attributions de logements appartenant au contingent préfectoral.

On le voit, la ville de Fontenay-aux-Roses se retrouve donc à gérer les attributions d'un grand nombre de logements sociaux. Tout se passe alors au sein de la Commission d'attribution de façon très opaque. D'abord, malgré plusieurs demandes de l'opposition, nous n'arrivons pas à obtenir avec précision le nombre de logements concernés. Ensuite, il n'y a aucun élu de l'opposition autorisé à siéger à cette commission. Enfin, nous n'avons aucune information quant aux critères appliqués, le traitement des difficultés sociales et l'accueil d'urgence. Tout se passe donc sous la houlette de la majorité municipale et face à l’ampleur supposée de la demande locale, cette opacité est la porte ouverte au soupçon de favoritisme et de clientélisme à des fins purement politiques.