Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2014

Pascal Buchet n'est pas crédible !

Après 20 ans comme maire, le bilan de Pascal Buchet est tellement maigre qu'il est obligé d'écrire des contre-vérités ou de s'approprier des réalisations réussies par d'autres dans ses derniers tracts (création de logements étudiants à l'ENS, création des lignes de bus 294 et 394, suppression des surloyers,  tramway T6 … ).

tract-buchet-credible.pngC'est le début du tract que l'Union Pour Fontenay-aux-Roses distribue actuellement sur la ville. Pascal Buchet distribue actuellement des documents qui transforment la réalité de son bilan. Il était important de rectifier ces inexactitudes volontaires. Je vous laisse découvrir ce tract.

Mais au-delà du document et de ce qui y est écrit, il apparaît que Pascal Buchet est contraint de travestir la réalité de son bilan car il voit bien que sa situation est difficile. Ces élections municipales sont marquées par la crainte de perdre, crainte qui semble se confirmer au fur et à mesure de nos rencontres avec les Fontenaisiens. Il y a une véritable volonté de changement, après 20 ans d'une gestion qui se caractérise par l'échec et le déclin pour Fontenay-aux-Roses.

Philippe Ribatto et l'Union Pour Fontenay-aux-Roses représentent les meilleures chances de cette alternance nécessaire et attendue.

tract-buchet-credible2.png

 

 

06/09/2013

Des potagers dans la ville

Toutes les initiatives apportant une réflexion sur l'écologie urbaine doivent être soutenues et approfondies. Une association de Fontenay-aux-roses tente de mener une expérience de création de jardins potagers en milieu urbain : je soutiens complétement cette démarche.

A quelques jours du Forum des Associations de notre ville, il est intéressant de constater le dynamisme du milieu associatif à Fontenay-aux-Roses. Diversité d'actions et de projets, richesse humaine et bénéfices pour les Fontenaisiens sont apportés par les quelques 150 associations référencées sur notre commune.

Sans titre 2.jpgIl y a une association que je soutiens particulièrement pour l'originalité de son action dans le domaine de l'écologie urbaine car elle répond à plusieurs objectifs que sont l'amélioration du cadre de vie, l'utilité sociale et urbaine des jardins collectifs. Cette association s'appelle "Cultures Partagées Carottes et ville".

Une première expérience a consisté à mettre en place des jardins potagers selon le principe des jardins urbains (principe datant du 19ème siècle). Ainsi, des petites parcelles sont mises à disposition des habitants qui le souhaitent pour cultiver légumes, salades et toutes plantes que l'on trouve habituellement dans les jardins potagers. Un premier site a été mis en place dans le quartier des Blagis après beaucoup de difficultés. Un second site a été mis en place derrière la cité universitaire (quartier Scarron).

carottes-ville_03.jpg

Ce genre d'expériences ne peut fonctionner qu'avec le soutien des institutions : bailleurs sociaux, région, département et ville.  Cela nécessite des investissements, des conventions juridiques, des engagements et des soutiens. On aurait pu attendre de la part de la mairie de Fontenay-aux-Roses une aide logistique, financière et un appui personnel de la part du maire. Et c'est tout le contraire qui s'est passé : la mairie a mis des bâtons dans les roues de cette association, à tel point que le site du quartier des Blagis risque d'être fermé, alors que les jardiniers amateurs qui y participent reconnaissent le succès de cette opération.

Le tissu associatif de Fontenay-aux-Roses est riche d'idées et d'actions. Il appartient à la municipalité d'encourager et d'aider les initiatives, le bénévolat et le rôle de ces associations.

 

carottes-ville_02.jpgcarottes-ville_01.jpg

03/09/2013

La stèle des victimes de la déportation à nouveau vandalisée

Le Mémorial symbolisant la résistance contre les crimes nazis a été dégradé. Cela fait la seconde fois (juillet 2012) que ce monument est victime du non respect et du mépris de certaines personnes.

Ce monument se trouve sur la coulée verte et constitue le lieu des commémorations concernant les crimes nazis contre les juifs (Râfle du Vel d'Hiv notamment). Cette oeuvre baptisée "l'Homme Debout" a été réalisée par Philippe Scrive et installée en ce lieu en 2008.

Ce matin, on pouvait constater que d'une part le monument lui-même a été abimé (disparition de la statue qui se trouvait au centre du monument) et d'autre part que l'ensemble du terrain était parsemé de déchets de toute nature (bouteilles vides, restes de nourritures, papiers ... ). Un lampadaire a même été arraché et se trouve couché au sol.

Cet événement est inacceptable. Comme vous le savez, je suis très attaché au devoir de mémoires et ces actes me touchent au plus haut point.

Ce qui me révolte d'autant plus, c'est que cet événement vient s'inscrire à la suite de la longue liste des faits qui se sont produits dans Fontenay-aux-Roses, ces derniers mois. Pascal Buchet a beau dire que notre ville est une ville calme, mais les Fontenaisiens ressentent nettement ce qui se passe. Ils ne sont pas dupes.


 

image1.jpg

image2.jpg

image3.jpg

image4.jpg

image5.jpg

image6.jpg



21/06/2013

Comment est géré le sentiment d'insécurité à Fontenay-aux-Roses ?

La série des Conseils de quartier touche à sa fin. Après celui du quartier des Pervenches (29 mai), celui du quartier Ormeaux-Renard (12 juin) et celui du quartier Parc Centre ville (19 juin), un fil conducteur est apparu concernant les problèmes de sécurité et d'incivilités à Fontenay-aux-Roses.

Selon les quartiers, les problèmes mentionnés ne sont pas forcément les mêmes. Mais il a été question de cambriolages en journée ou d'agressions dans la rue (Ormeaux), de trafic de drogues (Boris Vildé, La Cavée, RER), de rodéos nocturnes de scooters (rue Boucicaut, coulée verte), d'attroupements faisant du bruit jusqu'à 4 ou 5 heures du matin (places du Général de Gaulle et de l'Eglise). Les habitants du centre ville constatent, depuis 2 ans, une dégradation de la situation.

Dans les quartiers, les réactions sont différentes en fonction de la nature des problèmes. Mais dans tous les cas de figures, les habitants ressentent  une forte exaspération et un sentiment d'abandon.

Le recours à la police nationale, suite à un appel, ne se traduit pas obligatoirement par une présence sur place, en cas de nuisances nocturnes par exemple. Plusieurs habitants ont téléphoné au commissariat de Chatenay-Malabry (dont nous dépendons) sans pour autant provoquer une intervention des policiers sur le terrain.

Le rôle de la police municipale est fixée par le maire. Il s'agit donc d'un choix politique. Les véritables questions que l'on doit se poser concernent les effectifs (actuellement 8 agents), les créneaux horaires d'activité et les équipements. Pascal Buchet considère qu'une "police municipale n'a pas vocation à faire le travail d'une police de proximité" (c'est à la police nationale de le faire) et ne doit pas avoir des missions de "cowboys".

Je pense justement que c'est tout le contraire. Une police municipale est la police de proximité par excellence, puisqu'elle est sur le terrain et qu'elle est en mesure d'assurer les actions de prévention, et éventuellement d'intervention rapide. Il faut donc redéfinir ces missions, ce que visiblement le maire refuse de faire.

De la même façon, lors de ces Conseils de quartier, la question d'installer des caméras de vidéo surveillance a été posée. Le maire a répondu qu'une caméra va être installée à la gare RER (côté coulée verte), mais qu'ailleurs ça n'a aucune utilité. Pourquoi ne pas en installer sur la place du Général de Gaulle ? Parce que "on ne va pas mettre des caméras pour 2 ou 3 personnes que l'on connait déjà". Cette réponse de Pascal Buchet, à elle seule, est significative du "laisser faire" en la matière.

Je pense que d'autres solutions peuvent être proposées sur ce thème. En réalité, la question de la sécurité dans nos communes nécessite une réflexion de fond, avec les habitants, les associations, les structures de l'Etat, et en regardant les expériences menées dans d'autres villes. Il nous appartient donc d'en débattre tous ensemble et la prochaine élection municipale de mars 2014 en sera une excellente occasion !

 

Autres articles sur la question :
  » Un été à Fontenay-aux-Roses
  » Le Point Chaud victime d'une effraction
  » Nouveau braquage à Fontenay-aux-Roses
  » Sécurité : auto-satisfaction de Pascal Buchet
  » Tir de mortier sur une voiture de Police
  » Effraction à la Maison de quartier