Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2013

Comment est géré le sentiment d'insécurité à Fontenay-aux-Roses ?

La série des Conseils de quartier touche à sa fin. Après celui du quartier des Pervenches (29 mai), celui du quartier Ormeaux-Renard (12 juin) et celui du quartier Parc Centre ville (19 juin), un fil conducteur est apparu concernant les problèmes de sécurité et d'incivilités à Fontenay-aux-Roses.

Selon les quartiers, les problèmes mentionnés ne sont pas forcément les mêmes. Mais il a été question de cambriolages en journée ou d'agressions dans la rue (Ormeaux), de trafic de drogues (Boris Vildé, La Cavée, RER), de rodéos nocturnes de scooters (rue Boucicaut, coulée verte), d'attroupements faisant du bruit jusqu'à 4 ou 5 heures du matin (places du Général de Gaulle et de l'Eglise). Les habitants du centre ville constatent, depuis 2 ans, une dégradation de la situation.

Dans les quartiers, les réactions sont différentes en fonction de la nature des problèmes. Mais dans tous les cas de figures, les habitants ressentent  une forte exaspération et un sentiment d'abandon.

Le recours à la police nationale, suite à un appel, ne se traduit pas obligatoirement par une présence sur place, en cas de nuisances nocturnes par exemple. Plusieurs habitants ont téléphoné au commissariat de Chatenay-Malabry (dont nous dépendons) sans pour autant provoquer une intervention des policiers sur le terrain.

Le rôle de la police municipale est fixée par le maire. Il s'agit donc d'un choix politique. Les véritables questions que l'on doit se poser concernent les effectifs (actuellement 8 agents), les créneaux horaires d'activité et les équipements. Pascal Buchet considère qu'une "police municipale n'a pas vocation à faire le travail d'une police de proximité" (c'est à la police nationale de le faire) et ne doit pas avoir des missions de "cowboys".

Je pense justement que c'est tout le contraire. Une police municipale est la police de proximité par excellence, puisqu'elle est sur le terrain et qu'elle est en mesure d'assurer les actions de prévention, et éventuellement d'intervention rapide. Il faut donc redéfinir ces missions, ce que visiblement le maire refuse de faire.

De la même façon, lors de ces Conseils de quartier, la question d'installer des caméras de vidéo surveillance a été posée. Le maire a répondu qu'une caméra va être installée à la gare RER (côté coulée verte), mais qu'ailleurs ça n'a aucune utilité. Pourquoi ne pas en installer sur la place du Général de Gaulle ? Parce que "on ne va pas mettre des caméras pour 2 ou 3 personnes que l'on connait déjà". Cette réponse de Pascal Buchet, à elle seule, est significative du "laisser faire" en la matière.

Je pense que d'autres solutions peuvent être proposées sur ce thème. En réalité, la question de la sécurité dans nos communes nécessite une réflexion de fond, avec les habitants, les associations, les structures de l'Etat, et en regardant les expériences menées dans d'autres villes. Il nous appartient donc d'en débattre tous ensemble et la prochaine élection municipale de mars 2014 en sera une excellente occasion !

 

Autres articles sur la question :
  » Un été à Fontenay-aux-Roses
  » Le Point Chaud victime d'une effraction
  » Nouveau braquage à Fontenay-aux-Roses
  » Sécurité : auto-satisfaction de Pascal Buchet
  » Tir de mortier sur une voiture de Police
  » Effraction à la Maison de quartier

Commentaires

Tout à fait d'accord avec toi Emmanuel, c'est un grand moment d'assister à ces réunions, d'ailleurs vous pouvez tous venir, les dates et lieux se trouvent dans l'agenda de la Mairie. Attention, si vous n'êtes pas du quartier concerné, impossible de poser une question, Monsieur le Maire ne veut pas, sauf lorsque la question lui permet de rebondir et de faire un prêche pour sa paroisse.
Dans les statistiques ce qui est interessant également c'est le nombre de vols à la tire, 11 par an, donc 1 en moyenne par mois, c'est très peu. Oui c'est ce qui est annoncé mais en cherchant bien, nous avons découvert qu'en fait cette statistique n'est précise que si il y a eu dépôt de plainte, hors dans la plupart des cas il est quasiment impossible puisque la police municipale ne prend pas de dépôt de plainte, pour en faire une il faut se déplacer à Chatenay. Donc ces statistiques sont fausses.
L'art et la manière de cacher la vérité
En fait il en est ainsi, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire !!!!
Pendant combien de temps encore va t-il nous berner ? Nous avons encore quelques mois pour y penser et regarder la vérité en face.
STOP à la manipulation et aux mensonges

Écrit par : marceau92 | 22/06/2013

A propos du rôle de la police municipale, je suis en total accord avec le maire (pour lequel je n'ai cependant jamais voté !!! )
Les policiers municipaux remplacent nos anciens gardes champêtres, ils n'ont pas la formation des agents de police nationale. Il serait absurde, voire dangereux, à la fois pour eux même et pour la population, de leur demander d'exercer une fonction bien au delà de leurs capacités. Ce ne sont effectivement pas des cowboys et je suis rassuré qu'ils ne soient pas armés !!!
Chaque fois qu'une police municipale a voulu jouer aux vrais "flics" cela s'est soldé par un drame.
Le commissariat de Châtenay se moque bien de ce qui peut se passer à Fontenay et c'est à ce niveau que le maire doit intervenir auprès de son homologue et opposant politique, monsieur Siffredi.

Écrit par : Lancelot | 29/06/2013

10 ANS DE POLICE MUNICIPALE DANS LA VILLE D A COTE ET PAS DE DRAME ET POURTANT ELLE EST ARMEE.
QUAND ON N'A PAS DE COURAGE ON AGITE LES PEURS.
ON VOIT AUSSI NOS RESULTATS EN TERME D INSECURITE.

Écrit par : Rémi | 29/06/2013

La question de l'armement de la police municipale est une question à se poser, mais n'est pas la principale. Je crois comprendre que ce que dit Emmanuel Chambon, c'est que d'abord les missions que le maire actuel confie à la police municipale ne sont pas appropriées. La déferlante de PV des samedis matin en est un exemple criant et visible.

Dire que les policiers municipaux sont nos actuels garde champêtres est à la fois vrai et faux. Les temps ont changé, le village est devenu une ville et la population a elle-aussi évolué. Les missions de l'époque ne peuvent être celles d'aujourd'hui. Si le garde champêtre était proche des gens je crois que la police municipale doit l'être également (d'où la notion de proximité), mais en tenant compte de la réalité d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas de faire de ces agents des cowboys, mais bien de leur confier des actions qui correspondent à la réalité de situations locales et aux failles d'un système qui fait que la police nationale ne peut plus être présente sur le terrain.

Écrit par : Benoît | 30/06/2013

Cambriolage raté à la poste à 4 heures du matin lundi 1er juillet. Deux hommes 21 et 35 ans forcent la porte de la poste, rue Boucicault, en plein centre-ville. L'alarme anti-intrusion se met à hurler et dans la foulée une équipe de police arrive sur place et interpelle les deux acolytes qui tentaient de fuir par la fenêtre. Ils avaient dans leurs poches deux trousseaux de clefs de véhicules de la poste. Impossible d'en apprendre plus, c'est normal il n'y a aucun incident sur Fontenay aux Roses. C'est la raison d'ailleurs pour laquelle un bijoutier cesse son activité après avoir subit un traumatisme important lors du dernier cambriolage qu'il a subit qui était très violent.
Oui les temps ont changé et nous sommes concernés.

Écrit par : marceau92 | 04/07/2013

que dire du quartier Scarron, totalement abandonné, squatté par des scotters qui se réservent les places pour leur voiture, parking gratuit garanti de cette façon, les autres débrouillez vous, sans parler des nouveaux réparateurs de véhicules, la rue est sale, pleine de papiers, d'huile etc...mais le secteur HLM n'intéresse pas la municipalité, pour qui j'ai voté jusqu'à maintenant, mais la désolation et la tristesse s'installe, donc réflexion pour 2014

Écrit par : durand | 06/07/2013

Benoît a très bien compris mes propos ainsi que ceux de Monsieur Chambon.
Rémi retournez donc dans la ville d'à côté.

Écrit par : Lancelot | 06/07/2013

A LANCELOT

Quand on prend un pseudo tel que LANCELOT il faut être héroïque comme lui. Quand on voit le dernier fait divers des commerçants de FONTENAY suivis et arrêtés dans le cadre d'un GO FAST, cela montre bien le délabrement que nous constatons et que décrit très bien DURAND.

Je suis d'accord avec REMI à FONTENAY AUX ROSES, il faudra bien un jour un maire courageux qui n'a pas peur d'armer une police municipale, de lui donner des missions précises, en collaboration avec la police nationale.

Quand j'apprend par des amis qui ont "émigré" au PLESSIS que maintenant cette ville crée un réseau de vidéosurveillance, manifestement ce maire se donne toujours les moyens d'avoir "un coup d'avance" pour contrer la délinquance.

PEMEZEC se donne les moyens, notre BUCHET pleure trouve des excuses.

Si seulement on pouvait sortir de ce cauchemar en 2014!!!

Je crois LANCELOT qu'il faut enlever vos œillères, et ne pas vilipender des gens tels que Rémi car ils montrent ce qui fonctionne à côté de FONTENAY.

Écrit par : armand | 14/07/2013

je suis effarée par la dégradation grandissante de la cité ...fortes nuisances sonores jusque tard dans la nuit....et faits bien plus graves ...les rodéos chaque fin d'après midi durant des heures sur les motos cross ...Ces jeunes roulent à vive allure à travers la cité des BLAGIS sans casque, dans un vacarme assourdissant au risque de tuer des enfants, des personnes âgées, voir eux même.....De très nombreux appels à la Police de CHATENAY MALABRY, Gendarmerie nationale de Nanterre, Police Municipale, et en dernier recours, une lettre adressée à Monsieur le Maire (j'attend d'ailleurs sa réponse !!) Rien n'y fait...Personne ne peut rien faire !!! EN fait nous devons tous attendre qu'il y ait la mort d'une ou de plusieurs personnes ........Dommage !! c'est une jolie petite cité, mais qu'on laisse s'enliser peu à peu !!!!! trop de choses à dire !!! et pourtant il y a des solutions !!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : bertrand | 07/08/2013

Bertrand

BUCHET sait très bien ou est son réservoir de voix au BLAGIS.
C'est la population de remplacement qui est très opportuniste touche des prestations, utilise tous les leviers de l'economie parallèle etc.....
C'est la FRANCE que veut la gauche pour confisquer démocratiquement le pouvoir::::

Écrit par : JEREMY | 16/08/2013

Hélas oui....les nuisances sonores , ainsi que les attroupements à l'arrêt de bus du 128 "sentier des lilas", jusqu'à des heures très tardives, les barbecues derrière ce même arrêt de bus sur le parking avec le défilé de voitures et trafic en tous genres, le ballet incessant des scooters entre l'avenue Marx Dormoy et le centre commercial Scarron de jour comme de nuit, la dégradation de l'environnement depuis que les immeubles sont passés HLM dû au changement de locataires qui n'hésitent pas à jeter sans aucun scrupule les ordures par les fenêtres..
Mais, il paraît que "rien n'a changé" qu'il faut "cesser d'être paranoïaque" !

Écrit par : Fanny | 27/08/2013

Bonjour,

Policier municipal vivant à Fontenay mais exerçant sur une autre ville du 92, je tenais à réagir à certains propos et apporter tout mon soutien aux collègues Fontenaisiens devant certaines attaques.
Même si j'ai mon opinion sur le sujet je ne tiens pas à rentrer dans le débat sur l'armement. Celui-ci est délivré par le préfet sur demande motivée du Maire.
Je ne partage pas votre analyse sur les missions de la PM qui sont dictées par le Maire, cela est totalement faux. Le maire, donne évidemment les directives, mais les missions sont tout simplement dictées par les nombreux textes qui régissent cette profession (code pénal, de procédure pénale, général des collectivités territoriales, de la route, etc...). Et je peux vous dire qu'à Fontenay, contrairement à certaines villes, le maire ne restreint pas sa PM qui agit dans tous les domaines de ses compétences
Il en est de même pour le matériel dont parle monsieur Chambon dans son article . Mis à part l'armement, je peux vous dire que la PM de Fontenay est bien enviée pour son matériel : Véhicule sérigraphié neuf, VTT à assistance électrique dernier cri, gilet pare balles avec plaques protégeant également contre les armes blanches, casque et bouclier de protection, éthylotest électronique, radar pro laser 3 dernier cri, tonfa, matraque, lacrymogène, réseau radio analogique tout neuf. Que voulez-vous leur donner de plus ?
Les propos de certains sur les bavures sont totalement déplacés et faux.
Concernant la ville d'à côté il y a bien eu un incident avec armes mais il serait parfaitement injuste de faire des amalgames.
Par contre je suis bien d'accord que le nombre d'agents et les horaires de la PM ne sont pas adaptés à cette ville et là nous sommes bien dans les choix du maire.
Que cela fasse plaisir ou non à certains, la PM de fontenay n'est certainement pas parfaite mais elle fait du bon travail avec ses moyens humains qui sont assez faibles. Demandez donc au commissariat de châtenay ce qu'ils en pensent et vous verrez .
Etrange aussi que personne n'ai parlé de cette très belle affaire faite grace à la PM.
Bonne soirée.

http://www.sdpm.net/article-la-pm-de-fontenay-aux-roses-permet-l-arrestation-de-6-trafiquants-et-de-60-kilos-de-drogue-119443626.html

Écrit par : tardieux | 03/09/2013

Tardieux merci pour votre article.

Pour en revenir à la création de la police municipale au plessis ceci a été dû à la volonté de Mr PEMEZEC de régler le supermarché de la drogue qui se situait au bout de l'avenue Léon Blum.
Cela se passait dans les années 2000 du temps de JOSPIN 1er ministre. Impossible de régler ce problème alors que ce bout du plessis était pris en main par des caids qui avaient neutralisés tout l'éclairage public sur leur territoire.
Le maire après consultation de sa population (information que cela coutait 1 % de plus de fiscalité) a créé sa police municipale encadrée et formée par un ancien de la police nationale, et lui a donné des moyens et des missions. La première couronnée de succès infiltration et renseignements de ce supermarché et un matin le quartier bouclé permet de trouver les fautifs les produits et même des armes de guerre. Ensuite sécurisation des accès d'immeubles pour qu'ils ne soient plus envahis!!.

Aujourd'hui face à la montée de la délinquance quand un maire n'est pas capable d'armer sa police il lui fait prendre des risques. Que fait un policier municipal sans arme, alors qu'on lui tire dessus à la kalachnikov.
Que ce maire arrête de faire de l'angélisme il sait très bien où sont les endroits difficiles de FONTENAY. C'es étonnant qu'il ait encore des électeurs, fait il la même politique que Sylvie ANDRIEU a fait à Marseille, acheter la paix sociale???
Signaler un véhicule c'est bien, mais aller au renseignement criminel cela permettrait de faire tomber des réseaux, ce serait plus efficace!!!

On ne peut plus appeler cela un maire mais un politicard qui n'est là que pour lui, je me sers!!!.

J'ai appris que le maire de Clamart ne se représentait pas, suite à ses déboires judiciaires. Et le notre qu'attend il pour faire pareil, la famille de Jenny SAUVAGNAC ses collègues, et amis apprécieraient.

Écrit par : emilie | 06/09/2013

Bonjour,

C'est en qualité de Président National du SDPM, ler syndicat de la police municipale que je viens ici redresser certaines erreurs, fondées sur des a priori.

Sur les drames :

Il y a malheureusement eu plus de drames dans les rangs de la Police Nationale que dans la Police Municipale armée. C'est une grossière erreur infondée, qui souffre d'exemples concrets. C'est par ailleurs, parfaitement diffamatoire.

Le drame 'Aurélie Fouquet' : Grâce à son armement, le collègue d'Aurélie a permis, grâce à son armement, de faire fuir des bandits sans foi ni loi, de sauver sa vie et celle de civils.

Sur la formation :

Les Policiers municipaux sont recrutés sur concours : le niveau du concours est aujourd'hui et ce depuis 1994 plus élevé qu'en Police Nationale (du fait du contenu même du concours, et du taux élevé de candidats). D'ailleurs, jusqu'à que le détachement existe, beaucoup d'OPJ de la PN ou de la GN échouaient au concours de la Police Municipale (car ils ne connaissaient pas précisemment les compétences de la Police Municipale qui sont très étendues. Les Pouvoirs de Police administrative du maire sont généralement inconnu de la PN et de la GN, ceux-ci n'agissant que dans le domaine judiciaire).

Depuis, le détachement existe et beaucoup de fonctionnaires de police d'état arrivent dans nos corps, mais malgré tout, subissent les mêmes formations, pour connaître les spécificités de nos emplois.

Les Policiers Municipaux sont nommés stagiaires pour un an et sont formés dans des CNFPT. Ils obtiennent un double agrément (Préfet et Procureur) et sont assermentés. Ces exigences de formation et de moralité sont bien plus importantes qu'en Police ou Gendarmerie Nationale.

Les moniteurs aux maniements des armes de la Police Municipale forment les Policiers Municipaux. Ces moniteurs sont formés par des "instructeurs" de la Police et de la Gendarmerie Nationales qui forment également le RAID, le GIPN ou d'autres services spécialisés. Donc, tout ceci sur la formation et les compétences ne sont qu’inepties.

Sur les Gardes Champêtres et la Police Municipale :

Encore une grossière erreur de dire que les GC seraient les ancêtres des Policiers Municipaux.

Avant 1941, la Police était municipale. Les villes possédaient une Police (municipale) et les villages des Gardes Champêtres couverts par la Gendarmerie compétente sur le canton.

La Loi Pétain-Darlan de 1941 étatisa la Police Municipale, en Police d'Etat pour les communes de plus de 10 000 habitants. Dans le but d'avoir une force armée unifiée sur le territoire national.

La responsabilité des Maires en matière de Police ne fut par ailleurs pas abolit. Depuis la révolution française, et ceci confirmé par la "commune" les Maires sont RESPONSABLES sur leur commune (excepté Paris à régime spécial) de : la prévention, de la surveillance du bon ordre, de la sécurité et de la salubrité publiques.

C'est une responsabilité dont ils ne peuvent se départir. Elle est partagée avec l'Etat central.

La sécurité est bien du rôle de l'Etat régalien. Mais comme, les Maires ne sont pas que des machines à subventions clientélistes, ils sont les REPRESENTANTS DE L'ETAT REPUBLICAIN dans la COMMUNE, en leur qualité d'Officier d'Etat Civil et d'Officier de Police Judiciaire.

C'est pour cela qu'ils possèdent ces responsabilités de Police.

Le rôle prioritaire de l'Etat central et d'assurer le bon ordre national et la répression de la grande délinquance.

Le rôle prioritaire du Maire est d'assurer la prévention et la sécurité publique.

Ces rôles sont à la fois complémentaires et partagés avec l'Etat central.

Il est donc faux et archi faux de dire que les PM descendent des gardes champêtres, qu'il ne faut pas les armer, qu'ils sont sous formés, que le Maire n'est pas responsable de la sécurité etc...

Tout ceci ne reflète ni le droit, ni la réalité des faits, mais une fiction bien encrée dans l'esprit de certaines personnes.

C.M.
Président National du SDPM
www.sdpm.net

1er syndicat national professionnel de la Police Municipale

Écrit par : MICHEL | 09/09/2013

Définition d'un "Go fast" à l'attention d'armand.... Je ne vois pas le rapport avec Fontenay aux Roses ou peut être que l'équipe de l'Union pour Fontenay est simplement trop âgée pour être au fait des nouvelles techniques des nouveaux truands ...
Le terme, un anglicisme, vient d'une technique appliquée par des embarcations très puissantes et rapides appelées go-fast boats aux États-Unis, souvent équipées de plusieurs moteurs, pour acheminer vite et discrètement la cocaïne d'Amérique du Sud vers les États-Unis (mer des Caraïbes)1.
La technique s'est aujourd'hui développée en Méditerranée pour acheminer vers l'Europe la résine de cannabis en provenance d'Afrique du Nord2, mais aussi des cigarettes de contrebande, voire du trafic d'êtres humains.
Le go fast routier[modifier le code]

En Europe, depuis le début des années 19903, cette pratique s'est développée sur route, avec des voitures de grosse cylindrée, souvent volées. Elle consiste à rallier un point à un autre avec deux véhicules, par l'autoroute, l'un servant à transporter les marchandises, l’autre servant d’« éclaireur ». La tactique ne consiste cependant pas à rouler le plus rapidement possible, comme pourrait le laisser présumer le nom. La vitesse joue un rôle primordial seulement en cas de problème avec les forces de l'ordre. Les trafiquants se doivent de rouler à vitesse modérée pour éveiller le moins de soupçons possible. Le but est de déjouer les tentatives d'interception des douaniers ou de trafiquants rivaux. La voiture « ouvreuse », qui précède la voiture transporteuse, la prévient des éventuels barrages ou contrôles. Parfois les convois comprennent une ou plusieurs voitures « suiveuses », prêtes à intervenir en cas de problème3.
Le pratiquant du « go fast » est appelé « gofasteur ». Ils sont parfois armés de manière à dissuader les poursuivants (grenades, AK-47,...).

Écrit par : Lancelot | 15/09/2013

@ Lancelot, tenez-vous au courant, l'information est exacte, il s'agit bien d'un go fast. Mais votre volonté de critiquer à tout va vous aveugle et vous fait écrire n'importe quoi. reportez-vous notamment aux articles du Parisien de cet été.

Il s'agissait en l'occurrence d'un go fast venant des pays Bas destiné à approvisionner la région parisienne : il y avait 2 voitures. Interceptée à Sceaux la voiture « porteuse », une BMW chargée à bloc de sacs de marijuana, avoisinant une soixantaine de kilos. La voiture « ouvreuse », celle qui roule en tête du convoi pour repérer policiers ou douaniers et prévenir ainsi la porteuse, a été interceptée sur un rond-point de Châtillon lors d’une arrestation houleuse, avec trois hommes à bord. La résine de cannabis peut aussi remonter en « go fast » du Maroc, en passant par l’Espagne et les autoroutes du sud de la France.

Ce que dit l'Union Pour Fontenay, notamment dans le journal Fontenay et Vous est exacte, juste et conforme, ne vous en déplaise.

Écrit par : Benoît | 15/09/2013

Les commentaires sont fermés.