Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2013

Des potagers dans la ville

Toutes les initiatives apportant une réflexion sur l'écologie urbaine doivent être soutenues et approfondies. Une association de Fontenay-aux-roses tente de mener une expérience de création de jardins potagers en milieu urbain : je soutiens complétement cette démarche.

A quelques jours du Forum des Associations de notre ville, il est intéressant de constater le dynamisme du milieu associatif à Fontenay-aux-Roses. Diversité d'actions et de projets, richesse humaine et bénéfices pour les Fontenaisiens sont apportés par les quelques 150 associations référencées sur notre commune.

Sans titre 2.jpgIl y a une association que je soutiens particulièrement pour l'originalité de son action dans le domaine de l'écologie urbaine car elle répond à plusieurs objectifs que sont l'amélioration du cadre de vie, l'utilité sociale et urbaine des jardins collectifs. Cette association s'appelle "Cultures Partagées Carottes et ville".

Une première expérience a consisté à mettre en place des jardins potagers selon le principe des jardins urbains (principe datant du 19ème siècle). Ainsi, des petites parcelles sont mises à disposition des habitants qui le souhaitent pour cultiver légumes, salades et toutes plantes que l'on trouve habituellement dans les jardins potagers. Un premier site a été mis en place dans le quartier des Blagis après beaucoup de difficultés. Un second site a été mis en place derrière la cité universitaire (quartier Scarron).

carottes-ville_03.jpg

Ce genre d'expériences ne peut fonctionner qu'avec le soutien des institutions : bailleurs sociaux, région, département et ville.  Cela nécessite des investissements, des conventions juridiques, des engagements et des soutiens. On aurait pu attendre de la part de la mairie de Fontenay-aux-Roses une aide logistique, financière et un appui personnel de la part du maire. Et c'est tout le contraire qui s'est passé : la mairie a mis des bâtons dans les roues de cette association, à tel point que le site du quartier des Blagis risque d'être fermé, alors que les jardiniers amateurs qui y participent reconnaissent le succès de cette opération.

Le tissu associatif de Fontenay-aux-Roses est riche d'idées et d'actions. Il appartient à la municipalité d'encourager et d'aider les initiatives, le bénévolat et le rôle de ces associations.

 

carottes-ville_02.jpgcarottes-ville_01.jpg

19/12/2010

Création de deux nouvelles associations en réaction à des projets de la municipalité

En une semaine, deux associations se créent à Fontenay-aux-Roses avec pour objectif d'établir une concertation avec la municipalité. A chaque fois, le constat est le même : il y a un manque d'information et de dialogue avec les habitants qui découvrent des projets aux conséquences importantes pour notre ville.

18-12-2010_asso-berceaux.jpgL'association Les Berceaux de Fontenay-aux-Roses regroupe des parents qui demandent l'instauration d'un véritable dialogue citoyen entre les parents d'enfants et la municipalité. Ce matin ils distribuaient un tract sur le marché.

Cette association est préoccupée par les questions liées à la garde des enfants et souhaite en priorité le maintien des places de crèche dans notre ville. Car les parents sont très inquiets de la fermeture de 45 places de crèche municipale (crèche Sainte-Barbe) qui ramènerait le nombre de petits Fontenaisiens bénéficiant d'une place en crèche publique de 40% en 2008 à 30% à la rentrée 2011.

En effet, la municipalité souhaite installer une partie des activités du CCJL au Château Sainte-Barbe. La crèche se trouvant dans ces locaux ne peut donc pas être maintenue. Pourtant, dans le Fontenay Magazine de décembre, on nous explique qu'il s'agit d'un simple transfert suite à la municipalisation de 120 places de deux crèches départementales. Mais le compte n'y est pas : car ces 120 places de crèches ne sont pas nouvelles, elles existent et sont déjà occupées par des enfants.

18-12-2010_asso-soubise.jpgL'Association Conservatoire-Soubise s'intéresse, elle, au projet de transfert de l'école de musique et de danse au Château Laboissière. Le terrain de l'actuel conservatoire serait donc vendu à un promoteur immobilier. Ce terrain représente une surface de 1600m².

Les inquiétudes de cette association concernent :
- la destruction d'un établissement d'intérêt public qui s'intégre parfaitement dans le quartier Soubise,
- la construction d'immeubles avec un risque de forte densification dans ce quartier pavillonnaire (comme dans le quartier Boris Vildé),
- le déplacement de certaines activités du CCJL au Château Sainte-Barbe avec pour conséquence la fermeture de la crèche Sainte-Barbe,
- un projet lourd au niveau des coûts pour les travaux au Château Laboissière.

Ce qui est frappant, à chaque fois, c'est le manque de communication et de dialogue de la municipalité. Qu'il s'agisse des parents des enfants en crèche, ou bien des habitants du quartier Conservatoire-Soubise, ils prennent connaissance des décisions de la mairie en lisant le Fontenay Magazine. Je pense sincèrement qu'il est nécessaire, en amont, de dialoguer avec les habitants pour expliquer d'une part ces projets importants pour notre ville et, d'autre part, trouver les meilleures solutions avec tous les intervenants et les personnes concernées. Même si au final, le choix appartient à l'équipe municipale, il me paraît essentiel que les Fontenaisiens participent à ces projets.

26/09/2008

Les projets immobiliers à Fontenay : absence d'information et de concertation

Hier soir, se tenait la première réunion publique d'une nouvelle association de quartier (l'association Foch-Roue-Péri-Fauvettes) à la salle municipal du Parc. Je m'y suis rendu car les deux sujets principaux évoqués lors de cette soirée concernaient des projets immobiliers d'importance rue des Bénards et avenue Gabriel Péri.

D'abord, j'ai été surpris par le nombre de personnes présentes. La salle était remplie (environ une cinquantaine de personnes) au point qu'il y avait des gens qui ne pouvaient entrer et qui attendaient dans le couloir menant à la salle.

Ensuite, l'exposé qui a été fait des deux projets m'est apparu clair, détaillé et correspondant à une logique actuelle de la municipalité. En quelques mots, voici quelques réflexions sur ces projets d'importance.

1/ Deux projets de création de logements sociaux : le premier se situe à l'emplacement actuel de la sécurité sociale (rue des Bénards, des Fauvettes et des Saints-Sauveurs). Il s'agit de construire un immeuble et 4 maisons de ville sur ce terrain. Le projet est très avancé. Le second projet concerne le foyer des jeunes travailleurs (terrain de 8.000 m²) compris entre l'avenue Foch et l'avenue Gabriel Péri. Le foyer va être détruit et là aussi un projet de construction de logements sociaux est à l'étude. Ce second projet semble pour l'instant peu défini, ou dans tous les cas la mairie semble ne pas vouloir donner d'informations.

2/ La pertinence de ces projets dans ce quartier : si vous connaissez bien ce quartier, vous savez que la mixité sociale est une réalité, puisque il existe déjà un grand nombre de logements sociaux mixés avec des habitations privées (petits immeubles et pavillons). Alors pourquoi renforcer encore la présence de ce type de logements ? Je sais bien que les logements sociaux sont nécessaires, mais la mixité sociale signifie bien équilibre entre logements privés et logements sociaux. Celà risque de ne plus être le cas ici.

3/ La concertation et l'information organisée par la mairie : il n'y en a aucune. La démarche du maire et de son équipe est la même que pour d'autres projets équivalents sur la commune. Les habitants du quartier découvrent les choses lorsque les permis de démolir sont affichés sur les bâtiments. Aucune démarche d'information ou de concertation n'a été entreprise vis-à-vis des habitants du quartier. Pire, lorsque des rendez-vous sont pris avec la mairie, c'est pour s'entendre dire que les projets sont soit bouclés (donc on ne peut revenir en arrière), soit qu'ils sont en cours d'étude (donc on ne peut pour l'instant en parler). Et que dire de l'adjoint au maire en charge du dossier, Monsieur Fredouille, qui est venu hier soir à cette réunion, qui est resté moins de dix minutes et est reparti sans apporter d'explication ou d'argumentaire pour justifier ces deux projets immobiliers ?

La morale de cette histoire, c'est le non respect des engagements du candidat Pascal Buchet :
- il nous avait promis de ne pas densifier : après le projet de la rue Boris Vildé, ces deux nouveaux projets, ainsi que les futurs projets en centre ville, Pascal Buchet est bien en phase de densification intensive de notre ville.
- il nous avait promis concertation et information sur les grands projets de la ville : que ce soit sur le marché ou bien ces projets immobiliers, il impose aux habitants des décisions ficelées qu'il n'est plus possible de discuter.
- il nous avait promis de respecter la mixité sociale : mais à ne construire que des logements sociaux, la mixité sociale sera désiquilibrée dans notre ville.