Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2010

Conseil de quartier Scarron-Sorrières

Le 14 avril se tenait le Conseil de quartier Scarron - Sorrières. Les habitants sont venus en nombre faire part de leur mécontentement au maire, Pascal Buchet, et de leurs inquiétudes sur l'avenir du quartier.

Dès le démarrage de la réunion, une certaine tension était manifeste. En effet, lors de l'explication du nouveau déroulement des Conseil de quartier par Sylvie Lours (conseillère municipale déléguée à la démocratie locale), les personnes présentes ont exprimé leur mécontement. Comme je vous en parlais dans un article du 28/02/2010, les conseils de quartier se déroulent maintenant en deux temps, le maire n'étant présent et ne répondant aux questions que lors de la seconde partie de la réunion. Les habitants du quartier venaient avec des questions précises et ils souhaitaient les poser directement à Pascal Buchet pour obtenir rapidement des réponses précises.

Mais surtout, concernant le fond des sujets abordés, des sentiments d'inquiétude et d'abandon ont émergé rapidement. Les problèmes soulévés, les questions posées et la volonté des habitants d'obtenir des réponses claires démontrent qu'un malaise existe et que les difficultés de vivre dans ce quartier sont de plus en plus grandes.

 

Qu'ont dit les habitants des Sorrières et de Scarron ?

  • Inquiétude quant à l'évolution des loyers. Il s'agit des résidences que la société ICADE vend actuellement à des bailleurs sociaux et dont les appartements deviennent à cette occasion des logements sociaux (HLM). Sont concernées environ 800 familles qui n'ont strictement aucune information, qui ont le sentiment qu'il n'y aucune concertation ni avec la mairie, ni avec ICADE. Les seules informations dont disposent les habitants sont des rumeurs, "des bruits qui courent". La grande peur des habitants réside dans la menace de devoir payer des surloyers au titre du dépassement d'au moins 20% des plafonds de ressources pour l'attribution des logements sociaux (ce que l'on appelle le supplément de loyer de solidarité, le SLS). Certaines familles, de classe maoyenne, habitent dans ces logements depuis de très longues années, ont des revenus qui induiront probablement un SLS et craignent de ne pas pouvoir rester dans ces logements parce qu'elles ne pourront pas payer de tels montants de loyer. Les autres familles ont peur qu'il y ait de moins en moins de mixité sociale et que le quartier se transforme peu à peu en ghetto.

  • Inquiétude quant à la sécurité dans les résidences. Les habitants du quartier, essentiellement des Sorrières, ont fait part de l'augmentation des dégradations dans les immeubles (par exemple des ascenseurs), des incivilités, du commerce de la drogue, des cambriolages, des occupations des halls d'immeubles la nuit, ainsi que la présence de personnes extérieures aux résidences (voitures immatriculées dans d'autres départements). Un véritable sentiment d'insécurité se développe d'année en année. Les habitants ont expliqués qu'ils se sentent abandonnés et craignent que le quartier devienne peu à peu une zone de non-droit : absence de la police municipale et difficultés d'intervention de la police nationale.

  • Sentiment d'abandon de la vie commerciale et sociale du quartier. La fermeture de commerces, non remplacés, depuis plusieurs années (boucherie et marchand de journaux) et la fermeture de la Sécurité Sociale laissent un sentiment d'abandon aux habitants de Scarron. Ils ont l'impression que rien n'est fait pour dynamiser et garantir une vie sociale du quartier.

  • Sentiment d'isolement du quartier Scarron - Sorrières. Le quartier, loin du centre ville, peuplé à la fois d'actifs et de personnes agées, a le sentiment d'être très mal désservi par les transports en commun. Qu'il s'agisse des lignes de bus de la RATP (dont les horaires ne sont pas appropriés) ou du Petit Fontenaisien (dont le circuit et les fréquences sont insuffisants) ne permettent pas un déplacement vers le centre ville ou vers les villes alentours de Fontenay-aux-Roses dans de bonnes conditions.

On le voit, le quartier se trouve aujourd'hui confronter à de graves difficultés.

Ce qui est prioritaire, aujourd'hui, sur ce quartier, c'est à la fois de préserver la qualité de vie des habitants, la mixité sociale et le service rendu à toute la population. La qualité de vie c'est aussi bien la sécurité des biens et des personnes, une variété et un dynamisme des commerces, des transports utiles et fonctionnels, que une population diverse sur le plan social et qui sent son quartier s'épanouir et évoluer.

Alors les réponses de Pascal Buchet, à ce conseil de quartier, qui consistent à dire pour dissimuler son impuissance "c'est la faute du gouvernement, c'est la faute d'ICADE, c'est la faute de la CPAM, c'est la faute de la RATP ...", ou bien qui consistent à proposer des solutions miracles comme "une aide à l'achat de vélos électriques, la construction de 12 nouveaux logements sociaux à la place de la Sécurité Sociale, la communication dans le Fontenay Magazine pour aider les commerces de Scarron ... " paraissent bien loin des attentes des habitants du quartier.

22/02/2010

Effraction à la maison de quartier des Blagis

En plein jour, la maison de quartier des Blagis (anciennement l'Escale) a été victime d'une effraction.

Samedi, en milieu de journée, la porte principale de l'Escale a été forcée, puis les vitres ont été cassées. Les alarmes se sont déclenchées mettant en fuite les intrus, car rien n'a été dérobé. La police nationale est intervenue pour constater les faits, mais personne ne semble avoir remarqué quoique ce soit.

D'après certaines personnes du quartier, cette agression contre le bâtiment municipal serait une représaille à l'intervention policière du 16 février.

DSC00453.JPG   DSC00455.JPG

Je pense que nous devons être vigilants et exigeants pour que le calme soit assuré dans tous les quartiers de Fontenay-aux-Roses. Nous avons eu connaissance, ces derniers temps, de plusieurs méfaits sur la ville : voitures aux vitres cassées la nuit, cambriolages en augmentation et agressions dans les rues. Et je rappelle que Pascal Buchet, en tant que maire de notre commune, est le premier représentant de la République et qu'à ce titre, il est responsable de la sécurité.

20/12/2009

Fontenay-aux-Roses sous la neige

Une fois n'est pas coutume, la note que je vous écris ne concerne pas la politique de notre ville. La neige recouvre de son manteau blanc les rues et les jardins de Fontenay-aux-Roses et, avant les fêtes qui se rapprochent, je souhaitais vous faire partager ces quelques photos qui offrent à notre ville un visage différent (pour les voir agrandies, cliquer sur les photos).

 

  fontenay-neige-01.jpg   fontenay-neige-02.jpg  
Rue des Saints-Sauveurs       Square rue des Bénards 
   
fontenay-neige-03.jpg   fontenay-neige-04.jpg
Centre commercial Scarron    Mairie Square Pompidou
 
   fontenay-neige-05.jpg
     Le Parc

 

Je vous souhaite à tous de très Bonnes Fêtes !

 

15/12/2009

Réunion du Conseil municipal de Fontenay-aux-Roses

Ce soir, à 20H30, aura lieu le Conseil municipal. Lors de ce Conseil, deux sujets d'importance retiendront tout particulièrement mon attention.

Le premier concernera la modification du POS (Plan d'Occupation des Sols) de Fontenay-aux-Roses. Le Commissaire-Enquêteur a remis son rapport suite à l'enquête publique. Ce rapport indique notamment qu'il y a eu 234 observations portées sur les registres, que 20 personnes ont effectué leurs observations par oral et que 7 courriers ont été envoyés au Commissaire-Enquêteur pendant l'enquête. Il s'agit donc d'une participation très importante pour ce genre d'enquêtes publiques habituellement peu mobilisatrices. A 97%, les avis se prononcent contre la modification du POS, et plus précisémment concernant les modifications portant sur les zones UE. Cependant, les conclusions du Commissaire-Enquêteur donnent un avis favorable à cette modification du POS.

Cependant, le Commissaire-Enquêteur a fait plusieurs remarques :
- Concernant les parutions légales dans la presse : comme je l'avais déjà dénoncé sur ce blog, le Commissaire-Enquêteur souligne " ... que l'un des deux journaux, l'Echo d'Ile-de-France, ne se trouve pas en kiosque. Sa diffusion est confidentielle. De ce fait la parution de l'avis d'enquête dans ce support ne remplit pas son rôle".
- Concernant le bulletin municipal : " ... il a été particulièrement discret sur l'annonce de la présente enquête publique et le site internet de la ville n'en a pas fait état ... ".
- Concernant le Conseil municipal : là encore, le Commissaire-Enquêteur pointe le manque de communication de l'équipe municipale, puisque il relève que le " ... Conseil Municipal est un moyen d'information important de la population ... Or le Conseil Municipal de Fontenay-aux-Roses n'a pas débattu du projet de modification du POS. ".
Il est clair que le Maire a voulu que cette modification du POS se fasse dans la plus grande discrétion possible, avec l'information minimum et sans aucune concertation. Comme d'habitude, pour les dossiers qu'il souhaite faire passer à tout prix !

Le second point, concernera l'Escale. La mairie veut fermer ce centre socio-culturel qui joue un rôle majeur dans le quartier des Blagis. Au Conseil municipal de ce soir, l'ordre du jour comprend notamment le vote des acomptes de subventions attribués aux associations. L'Escale ne figure plus dans la liste des associations subventionnées et c'est en partie la raison qui conduit à la dissolution de cette association.

Je vous invite donc à venir nombreux ce soir, pour soutenir nos élus de l'opposition municipale.