Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2015

Les oublis et les contre-vérités de Monsieur Buchet

Vous allez me dire que c'est le rôle de tout opposant de critiquer lorsque ses adversaires sont aux affaires. Moi-même, je ne me suis pas privé de le faire sur ce blog, pendant des années. Mais j'ai veillé à être le plus objectif possible, par rapport à mes convictions et en fonction des événements.

Aujourd'hui, c'est Pascal Buchet qui est dans l'opposition. Dans ses angles d'attaque de la majorité municipale, il n'hésite pas à oublier certaines de ses propres actions ou à affirmer des contre-vérités avec un aplomb incroyable. Voici quelques exemples, extraits de son compte Facebook et des différents blogs d'opposition, mais je pourrais en citer beaucoup d'autres.

 

La droite censure sur le site officiel de la ville de Fontenay ce qu'était notre compte rendu a mi mandat faute d'avoir un bilan a présenté aux Fontenaisiens !
Premièrement, il n'y a aucune censure, mais simplement une mise à jour du site web de la ville en retirant une information obsolète concernant des assises de la démocratie locale qui remontaient à plusieurs années. Il est normal de ne plus afficher sur un site web une information concernant un événement aussi ancien, puisque ces assises se sont déroulées en novembre 2011. Ensuite, Pascal Buchet est bien inspiré de parler de censure, lui qui censurait les tribunes de son opposition dans le Fontenay Mag et ce à différentes reprises. Mais il l'a certainement oublié !
Lire la tribune libre de la droite et du centre censurée (novembre 2011) ou encore cet article censure de la tribune libre de l'opposition (janvier 2011).
Lire le compte rendu des assises de la démocratie locale de 2011.

 

Les marronniers de la place De Gaulle sont menacés par les projets immobiliers de la droite. Il faut d'ailleurs préciser que cet abattage est illégal car nous avions classé cette place en espace boisé. Une fois encore la municipalité ne respecte pas la loi.
Pascal Buchet, une nouvelle fois, affirme une contre vérité. La place De Gaulle est effectivement le seul espace boisé classé bitumé de France. Cela signifie que toute action concernant les arbres de cette place est soumise à une réglementation que la municipalité respecte. D'abord, le marronnier abattu était malade et condamné à court terme (rapport de l'ONF à l'appui). Ensuite, le projet immobilier dont parle l'ancien maire consiste à implanter sur cette place un kiosque presse (qui existait avant) et un kiosque pour un commerce de fleurs. Enfin, du fait que cette place est un espace boisé classé, la municipalité s'est engagée à remplacer chaque arbre abattu par un autre, afin de conserver l'équilibre et la particularité de cette place. Donc, il n'y a aucune menace qui pèse sur les arbres de la place De Gaulle.

 

Fontenay: la droite dépense toujours plus... pour financer des banderoles politiciennes payées par vos impôts locaux. Détournement de fonds publics ?
Un oubli de plus de l'ancien maire et une nouvelle contre-vérité. La banderole en question concerne la manifestation nationale des collectivités locales contre la baisse dramatique des dotations de l’État (19 septembre 2015). Cette action organisée par l'AMF (Association des maires de France) dépassait largement les clivages politiques puisque dans toute la France elle a réuni des élus de toutes tendances (gauche comme droite). Nous avons bien noté d'ailleurs l'absence de soutien à cette action de Pascal Buchet.
Par contre, je rappelle à Monsieur Buchet qu'il avait organisé une votation citoyenne pour le vote des étrangers (2010), opération aux couleurs de la ville de Fontenay-aux-Roses, financée par la commune et surtout illégale car ayant fait l'objet d'un recours en référé du préfet devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise pour faire annuler cette opération. Mais là encore, l'ancien maire a totalement oublié !
Lire la votation citoyenne pour le vote des étrangers , contestée par le préfet (décembre 2010).

 

La démocratie participative est mise à mal.
Lorsque l'on se souvient de la façon dont l'ancienne équipe municipale a fait de la démocratie participative pour des projets comme le conservatoire de musique, la fermeture de la crèche Sainte-Barbe ou encore dans la manière de gérer les conseils de quartier, on peut s'étonner une nouvelle fois de l'amnésie qui touche l'ancien maire de Fontenay-aux-Roses. Aujourd'hui, nous avons une façon bien différente de faire de la démocratie participative. Je prendrai un seul exemple, mais ô combien significatif. Nous sommes en train de passer au PLU. Une large concertation a été engagée par l'actuelle équipe municipale, avec une première réunion de la CEMUA (Commission Extra Municipale d'Urbanisme et d'Aménagement) sur ce sujet. Un forum citoyen sur le sujet s'est également tenu le 12 septembre, réunissant plus de 120 personnes issues des comités de quartiers, d'associations locales et de simples habitants. Une prochaine réunion publique se tiendra au début du mois d'octobre.
Je remarque juste que sur ces deux premières réunions, où les élus de l'opposition avaient toute leur place, il aurait été judicieux qu'ils soient présents et qu'ils participent (seule Madame Sommier était présente aux deux réunions). Ils ne sont pas venus ... dommage, ils auraient vu que la démocratie participative n'est pas un vain mot pour l'actuelle équipe municipale.

 

Les cabines téléphoniques partent de Fontenay. Dommage pour les Fontenaisiens qui n'ont pas de portable ...
Pascal Buchet sait très bien que le retrait des cabines téléphoniques n'est pas une décision de la ville, mais un phénomène général dans toutes les villes, décidé par Orange-France Télécom pour des raisons évidentes de rentabilité. Par contre, la municipalité a demandé à France Télécom de conserver deux cabines téléphoniques sur la commune (centre ville et gare), en des endroits de forts passages. Je ne ferai donc aucun commentaire quant à l'opportunité de cette critique de Monsieur Buchet qui démontre sa parfaite objectivité.

 

18/09/2015

J'aime ma commune

Le 19 septembre, comme dans beaucoup de communes françaises, les élus de Fontenay-aux-Roses seront sur le marché pour manifester leur mécontentement suite à la baisse des dotations de l’État.

La baisse des dotations de l’État impactent durement les budgets communaux. La chute devrait atteindre 11 Milliards d'euros en trois ans, si l'on prend en compte les communes, les départements et les régions. En réalité, selon les calculs de l'AMF (Association des Maires de France), il s'agirait même plutôt de 28 Milliards d'euros sur quatre ans.

Cette baisse des dotations de l’État aux collectivités locales va avoir des conséquences importantes, tant sur le plan économique que social. Savez-vous que 70% de l'investissement public est porté par les collectivités locales ? Dans beaucoup de communes, il sera plus difficile de préserver les services de proximité et d'éviter de nouvelles hausses de la fiscalité locale.

Pour Fontenay-aux-Roses, il s'agit de 3 millions d'euros qui vont manquer sur les deux prochaines années. C'est beaucoup pour une commune de notre taille.

C'est pour cette raison que je vous invite à signer la pétition nationale de l'AMF sur change.org et de soutenir notre action "J'aime ma Commune".

J'aime ma commune

04/09/2015

Communes, un patrimoine en danger

La baisse des dotations de l’État met les communes de France en danger. La décision de l'État risque d'entraîner de graves conséquences sur les investissements et les services publics locaux. Les élus de Fontenay-aux-Roses vous appellent à signer la pétition de l'AMF (Association des Maires de france). Vous trouverez ci-dessous le message du Maire de Fontenay-aux-Roses.

communes-en-danger.png

 

 

L'État a décidé de réduire de 30% les dotations, jusqu’à maintenant accordées aux communes et intercommunalités pour assurer leurs missions auprès des citoyens, y compris les plus vitales.

Quelle institution, même très bien gérée, pourrait survivre à une telle amputation ?

La vie quotidienne de 66 millions de Français, largement liée aux actions de la commune, peut-elle être considérée comme une variable d’ajustement ?

Si l’on en reste là, la décision de l'État entraînera de graves conséquences sur les investissements et les services publics locaux… Le risque est là et il concerne chaque habitant de chaque commune de France, sans exception.

Comme des dizaines de milliers de communes en France, de toutes tendances politiques, regroupées au sein de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), je refuse que les habitants de notre commune soient privés des services essentiels qui font leur quotidien et fondent notre lien social, notre «vivre ensemble».

C’est pourquoi notre municipalité s'associe pleinement au mouvement de protestation national du 19 septembre et votera une motion de soutien à l'action de l'AMF au conseil municipal du 30 septembre prochain.

Pour Fontenay-aux-Roses, c'est une amputation de 3 millions d'euros en 2 ans. Or les budgets municipaux sont très rigides du fait du statut de la fonction publique. Ainsi, le choix de supprimer un service à la population ne réduirait même pas les dépenses en proportion. À Fontenay-aux-Roses la masse salariale représente 70% du budget, réduisant considérablement les marges de manœuvre. Même avec un plan d'économie drastique, si le Gouvernement ne renonce pas à cette mesure injuste, nous ne pourrons pas équilibrer notre budget en 2017, sans augmenter les taux de la fiscalité. Ce diktat du Gouvernement est inacceptable.

Aidez-nous, en signant massivement sur Internet la pétition nationale de l'AMF sur le site change.org : "L'appel du 19 septembre pour les communes de France."

Nous sommes unis et déterminés pour défendre notre ville. Je compte sur votre soutien.

 

Laurent Vastel

Maire de Fontenay-aux-Roses

04/05/2015

Un numéro vert au service des Fontenaisiens

L'un de nos engagements lors des élections municipales de 2014 concernait l'amélioration du cadre de vie des Fontenaisiens. La ville met en place un numéro vert pour une intervention rapide et efficace sur le terrain.

Il s'agit essentiellement de résoudre rapidement des problèmes de voirie, de travaux, de stationnement, d'éclairage public, de déchets ou d'espaces verts. L'un de nos objectifs est de mettre fin, par exemple, à ces déchets abandonnés sur le trottoir et qui restent ainsi plusieurs jours.

Des déchets qui jonchent le trottoir ? Des branches d’arbre qui risquent de tomber ? Des tags sur un mur ? Signalez-le dès maintenant en appelant le numéro vert « Fontenay-aux-Roses à votre service » au 0801 80 00 92. Selon la nature du problème, un agent des services techniques interviendra directement sur place avec son véhicule électrique ou votre demande sera transmise au service compétent.

Ce service gratuit fonctionne du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 (16h30 le vendredi). En dehors de ces horaires, un répondeur enregistrera les demandes. L’appel est gratuit (coût des appels pris en charge par la Ville).

Ce dispositif se complète d'une équipe de cantonniers que nous avons mis en place et qui intervient sur le territoire communal pour répondre rapidement, là encore, à des besoins de Fontenaisiens.

cadre de vie,numéro vert,fontenay-aux-roses,voirie,déchets,services techniques,intervention,terrain,véhicule électrique