Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2010

Nouveaux exemples de la démocratie locale vue par Pascal Buchet

Une nouvelle fois, Pascal Buchet illustre sa conception de la démocratie locale à Fontenay-aux-Roses.

D'abord en modifiant le fonctionnement des conseils de quartier. Jusqu'à présent, ceux-ci permettaient la réunion des habitants de chaque quartier et la rencontre avec les élus de la municipalité. A cette occasion, le maire Pascal Buchet présentait ses projets ou ses décisions et pouvait ensuite dialoguer avec les Fontenaisiens. Souvent, d'ailleurs, il s'agissait pour les mécontents ou bien les opposants à un projet particulier de faire remonter leurs avis et opinions à l'équipe municipale.

Mais les débats d'opinions n'étant pas la priorité du maire, les conseils de quartier vont maintenant adopter une nouvelle forme. Dorénavant, les participants formeront des tables rondes avec un rapporteur. Le Maire interviendra plus tard et dialoguera uniquement avec les rapporteurs.
Nous sommes bien loin de la démocratie participative et nous entrons dans une nouvelle forme de démocratie locale : la démocratie sélective. En effet, sans douter de l'impartialité du rapporteur, cette nouvelle forme des conseils de quartier empêchera purement et simplement les Fontenaisiens de relancer le débat directement avec le maire.

 

affiche-elus.jpgEnsuite, depuis quelques mois, vous avez sans doute remarqué que sur les panneaux officiels de la mairie, là où se trouvent les affiches présentant les élus au Conseil municipal, les photos des élus de l'opposition, ainsi que la photo de Jean-Pierre Schosteck (notre député), ont été purement et simplement retirées. Sur ces panneaux ne reste que la liste des élus de la majorité municipale.
Peut-être que Pascal Buchet se souvient-il avec nostalgie de l'époque où, sur la circonscription, il avait été le seul à s'opposer à l'affichage des affiches du député précédent, Philippe Pemezec ?

22/02/2010

Effraction à la maison de quartier des Blagis

En plein jour, la maison de quartier des Blagis (anciennement l'Escale) a été victime d'une effraction.

Samedi, en milieu de journée, la porte principale de l'Escale a été forcée, puis les vitres ont été cassées. Les alarmes se sont déclenchées mettant en fuite les intrus, car rien n'a été dérobé. La police nationale est intervenue pour constater les faits, mais personne ne semble avoir remarqué quoique ce soit.

D'après certaines personnes du quartier, cette agression contre le bâtiment municipal serait une représaille à l'intervention policière du 16 février.

DSC00453.JPG   DSC00455.JPG

Je pense que nous devons être vigilants et exigeants pour que le calme soit assuré dans tous les quartiers de Fontenay-aux-Roses. Nous avons eu connaissance, ces derniers temps, de plusieurs méfaits sur la ville : voitures aux vitres cassées la nuit, cambriolages en augmentation et agressions dans les rues. Et je rappelle que Pascal Buchet, en tant que maire de notre commune, est le premier représentant de la République et qu'à ce titre, il est responsable de la sécurité.

20/02/2010

5 bonnes raisons de voter pour Valérie Pécresse

Comme tous les samedis matin, nous étions aujourd'hui sur le marché de Fontenay-aux-Roses. Nous avons distribué un nouveau tract pour les Elections Régionales dans le cadre de la campagne de Valérie Pécresse.

DSCN8506-1.JPGLes élections régionales sont importantes. Elles concernent notre vie quotidienne et touchent à des sujets aussi sensibles que les transports, le logement, la formation, le développement économique ou l'environnement. Depuis 12 ans, Jean-Paul Huchon et ses alliés communistes et verts n'ont rien fait si ce n'est laisser les transports franciliens à la dérive avec les galères que vous connaissez tous (notamment sur notre ligne du RER B) ou bien augmenter les impôts de 46% pour aller gaspiller ensuite ces sommes à l'autre bout du monde, sans aucun bénéfice pour les habitants de l'Ile-de-France.

Il y a 5 bonnes raisons de voter pour Valérie Pécresse :
- Valérie Pécresse veut faire bouger l'Ile-de-France après 12 années d'immobilisme ;
- dans son projet, elle propose une véritable révolution des transports pour mettre fin à la galère de tous les jours ;
- elle a construit son projet dans une perspective au service de notre vie quotidienne ;
- alors que la crise économique touche de nombreux Franciliens et que la Région de Huchon est absente de toute action à destination des plus fragiles, Valérie Pécresse propose la mise en place d'un véritable plan de sortie de crise pour tous ;
- notre candidate prend un engagement ferme : pas d'augmentation des impôts et une gestion qui évite le gaspillage des deniers de la Région.

DSCN8510-1.JPGCe matin, nous avons rencontré Philippe Kaltenback (maire socialiste de Clamart et candidat tête de liste dans les Hauts-de-Seine) et Pascal Buchet. Ce fut pour nous l'occasion de lui affirmer clairement notre détermination de changer l'Ile-de-France, notre volonté de tourner la page d'une gestion sans avenir.

Je vous invite à télécharger le projet de Valérie Pécresse. Faites-vous votre propre opinion et faites mentir les sondages !

DSCN8509-1.JPG   DSCN8511-1.JPG

19/02/2010

Un lapsus révélateur de la prochaine hausse des impôts

Hier soir, lors du Conseil municipal, le Débat d'Orientation Budgétaire nous a permis de savoir à quelle sauce fiscale les Fontenaisiens allaient être mangés pour 2010. Un lapsus de Gilles Mergy (maire adjoint socialiste chargé des finances) ne nous laisse aucun doute.

Le Débat d'Orientation Budgétaire est une étape majeure dans la préparation du budget, puisqu'il s'agit de faire un bilan de l'année précédente et de présenter les principales orientations du budget que le Conseil municipal adoptera en mars prochain.

Bien entendu, Gilles Mergy nous a présenté une situation budgétaire difficile et incertaine de la commune, en insistant sur la responsabilité de l'Etat, "grand  responsable de la dégradation des finances publiques alors que les collectivités locales constituent un véritable bouclier social pour lutter contre la pauvreté".

Pour nous préparer à la véritable annonce qui sera faite en mars prochain, tout y est passé : l'austérité budgétaire imposé par l'Etat, la crise économique mondiale, la politique économique du Gouvernement (qualifiée par Gilles Mergy de brouillonne et d'inappropriée), les dépenses des collectivités locales qui augmentent plus vite alors que l'Etat verse moins, la suppression de la Taxe Professionnelle ... En bref, le discours traditionnel des collectivités de gauche qui cherchent une justification.

Mais ces arguments ne tiennent pas la route. Par exemple, la suppression de la Taxe Professionnelle est présentée comme une perte de ressources pour les communes. D'abord, il faut savoir que la Taxe Professionnelle bénéficie à la Communauté d'agglomération. Ensuite, le montant perçu par Sud de Seine était jusqu'à présent de 24,6 millions d'Euros. Enfin, suite à la suppression de la TP, la Contribution Economique Territoriale permet à la Communauté d'agglomération de recevoir 24,5 millions d'Euros, en remplacement.

Le maire adjoint aux Finances nous a ensuite présenté les pistes de ce que pourrait être le budget 2010 de Fontenay-aux-Roses.
- Au niveau du fonctionnement, on nous annonce la volonté de "maitriser la masse salariale, de stabiliser les charges à caractère général, d'optimiser la dette".
- Au niveau des investissements, on nous indique que "8 millions d'Euros seront destinés au développement commercial et aux aménagements urbains".
- Au niveau des recettes, l'équipe municipale entend utiliser l'autofinancement (1,6 millions d'Euros), le recours à l'emprunt, les subventions, l'ajustement de la politique tarifaire des prestations communales ... et bien évidemment est venu le moment de parler de la fiscalité locale.

Le discours de Gilles Mergy est principalement basé sur, je cite, "l'incertitude quant à l'augmentation éventuelle des impôts". Comme si la décision de jouer sur le "levier fiscal" n'était pas prise.
Pourtant, dans l'assemblée, nous avons été plusieurs à remarquer le lapsus qui confirme que nos impôts vont augmenter, puisque le maire adjoint, subitement, nous a dit à propos de la nécessité de cette hausse "on le fera" aussitôt repris par "on le ferait" !

Ce lapsus a été confirmé par Ludovic Zanolin qui pour les Communistes a précisé que la hausse des impôts locaux à Fontenay-aux-Roses était "une décision pénible mais nécessaire". Quant à Jean-François Dumas pour les Verts, il confirme sans ambiguité "qu'il faudra augmenter l'impôt au plus juste pour soulager la pression fiscale" (il faudra m'expliquer en quoi augmenter les impôts soulage la pression fiscale !!! ).

Maintenant, cette nouvelle hausse de la pression fiscale (+7,50% pour la taxe d'habitation et +9,57% pour la taxe foncière en 2009, soit 900.000 Euros supplémentaires prélevés sur les ménages Fontenaisiens) est-elle nécessaire ?
Si l'on regarde les résultats financiers de notre ville : l'autofinancement est à +1 millions d'Euros et le résultat de fonctionnement est à +1,6 millions d'Euros. Alors, pourquoi encore augmenter la pression fiscale sur les Fontenaisiens pour la seconde année consécutive, alors que nous sommes en période de difficultés pour l'ensemble de nos concitoyens ?