Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2015

Communes, un patrimoine en danger

La baisse des dotations de l’État met les communes de France en danger. La décision de l'État risque d'entraîner de graves conséquences sur les investissements et les services publics locaux. Les élus de Fontenay-aux-Roses vous appellent à signer la pétition de l'AMF (Association des Maires de france). Vous trouverez ci-dessous le message du Maire de Fontenay-aux-Roses.

communes-en-danger.png

 

 

L'État a décidé de réduire de 30% les dotations, jusqu’à maintenant accordées aux communes et intercommunalités pour assurer leurs missions auprès des citoyens, y compris les plus vitales.

Quelle institution, même très bien gérée, pourrait survivre à une telle amputation ?

La vie quotidienne de 66 millions de Français, largement liée aux actions de la commune, peut-elle être considérée comme une variable d’ajustement ?

Si l’on en reste là, la décision de l'État entraînera de graves conséquences sur les investissements et les services publics locaux… Le risque est là et il concerne chaque habitant de chaque commune de France, sans exception.

Comme des dizaines de milliers de communes en France, de toutes tendances politiques, regroupées au sein de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), je refuse que les habitants de notre commune soient privés des services essentiels qui font leur quotidien et fondent notre lien social, notre «vivre ensemble».

C’est pourquoi notre municipalité s'associe pleinement au mouvement de protestation national du 19 septembre et votera une motion de soutien à l'action de l'AMF au conseil municipal du 30 septembre prochain.

Pour Fontenay-aux-Roses, c'est une amputation de 3 millions d'euros en 2 ans. Or les budgets municipaux sont très rigides du fait du statut de la fonction publique. Ainsi, le choix de supprimer un service à la population ne réduirait même pas les dépenses en proportion. À Fontenay-aux-Roses la masse salariale représente 70% du budget, réduisant considérablement les marges de manœuvre. Même avec un plan d'économie drastique, si le Gouvernement ne renonce pas à cette mesure injuste, nous ne pourrons pas équilibrer notre budget en 2017, sans augmenter les taux de la fiscalité. Ce diktat du Gouvernement est inacceptable.

Aidez-nous, en signant massivement sur Internet la pétition nationale de l'AMF sur le site change.org : "L'appel du 19 septembre pour les communes de France."

Nous sommes unis et déterminés pour défendre notre ville. Je compte sur votre soutien.

 

Laurent Vastel

Maire de Fontenay-aux-Roses

Commentaires

Bonjour,

Je comprends la problématique de la mairie mais en même temps l'état français a plus de 2000 milliards d'euros de dette, ce qui représente une dette par habitant de plus 35000 euros !

Je ne veux pas laisser à mes enfants une telle situation. Il faut donc faire des économies à tous les niveaux (locaux et nationaux).

Cordialement.

Écrit par : Fraisse | 04/09/2015

@Fraisse

Il faut avoir une vision beaucoup plus lointaine que le seul endettement de l'état. Ce dernier a mal géré depuis 50 ans les finances publiques et c'est à lui de régler son endettement.

Si l'on regarde plus loin, la baisse des dotations aux collectivités locales va avoir des répercussions importantes dans le quotidien de chacun d'entre nous, petits citoyens que nous sommes. Moins de services seront rendus par les communes, certains à caractère social. L'exemple des tarifs de cantine qui ne pourront qu'augmenter en est un exemple criant. D'autres services de proximité devront purement et simplement disparaitre (et ce sont les personnes qui en auront le plus besoin qui en souffriront). L'augmentation importante de la fiscalité locale sera aussi inévitable pour tous. L'entretien des bâtiments, de la voirie, des équipements municipaux ... tout cela sera de plus en plus difficile.

Et puis, ne risque-t-on pas de voir une augmentation accentuée du chômage ? Les mairies ne feront plus travailler des petites entreprises locales (faute de budget) ou réduiront leur personnel (une des plus grosses charges du budget de fonctionnement). Là encore en pâtiront les plus fragiles ...

Là, ce que fait l'état, c'est reconnaitre qu'il est un mauvais gestionnaire, mais il fait porter sur les collectivités et les citoyens le coût de cette mauvaise gestion. Et cher Fraisse, ce sont nos enfants qui vont subir une situation globale encore plus dégradée.

Écrit par : Benoît | 04/09/2015

du coup il était peut être pas nécessaire de changer de logo, de planter des chrysanthèmes à tout va pour les donner ensuite et de vouloir changer pour 1 million d'euro la place de l'église, il y a peut être autre chose à faire avant quand je vois l'état des voiries dans certaines rues... mais bon on a bien compris que tout était de la faut de l'ancienne municipalité et d'Hollande en lisant l'édito du fontenay magazine ( qui a aussi changé pour quel coût?).
Vous passez votre temps à critiquer l'ancienne municipalité pour vous justifier c'est lassant et preuve d'impuissance.

Écrit par : Edouard | 04/09/2015

Edouard, soit vous n'êtes pas bien informé, soit vous désinformez. Comme moi, lisez le Fontenay Mag de ce mois-ci avec objectivité et, par exemple, vous sauriez que les travaux de la place de l’Église sont financés à 80% par des subventions. En plus, cette place est dans un état lamentable et menace de s'écrouler. Encore une chose que la nouvelle équipe municipale doit réparer suite à l'abandon de l'équipe Buchet depuis des années.
Toutes les mairies de France, de gauche comme de droite, se trouvent dans des situations difficiles à cause de la fin de ces aides de l’État. Arrêtez donc de dire que la nouvelle équipe gaspille, vous savez que c'est faux !

Écrit par : Fabrice | 08/09/2015

Fabrice, dire que ça ne coûte rien car c'est subventionné est du même acabit que Hollande qui affirme que ça ne coûte rien c'est l'Etat qui paie ! La place de l'Eglise n'est certainement pas dans un état lamentable, dîtes moi ce qui ne va pas sur cette place et qui justifie un investissement d'un million d'euro? ( qui sera sûrement dépassé comme tous les chantiers publics). Si elle menaçait de s'écrouler ça ferait longtemps qu'elle serait interdite au public ! Je ne dis pas que la nouvelle équipe gaspille je dis qu'elle investit juste dans le paraître et qu'elle se débine pour les investissements à longs termes, c'est sûr que changer le logo, mettre des fleurs qui ne durent pas et changer tout ce qui était fait avant juste pour le plaisir de mettre son grain ça fait avancer les choses...

Écrit par : Edouard | 09/09/2015

Si je comprends ce que dit Edouard, en fait il ne faut rien faire, ni rien changer, car ce que a fait Buchet pendant 20 ans était tellement magnifique il faut surtout le garder. Moi j'habite à la place de l'église et il est difficile de ne pas remarquer les dalles qui s'enfoncent, la mobilité du sol (rien n'est plat) et les fontaines d'eau dont les systèmes ne fonctionnent plus et dont les mosaïques partent en petits morceaux. En plus, bonjour l'accessibilité moi qui me déplace difficilement. Heureusement que il y a des fleurs magnifiques pour égayer un peu cet endroit ... ah oui, Edouard, désolé mais je pense que fleurir la ville n'est pas de l'agent gaspillé !!!!!

Écrit par : Mélanie M. | 09/09/2015

François Baroin, actuellement président de l’Association des maires de France assure que 25 % de la réduction du déficit allait tomber sur les épaules des collectivités. Selon lui, ces dernières ne sont responsables que de 9 % de la dette. Il y a donc quelque chose d'injuste, surtout si l'on considère que l’état a transféré de plus en plus de responsabilités aux collectivités locales tout en lui supprimant des moyens pour les mettre en œuvre, et que ce même état ne réduit pas ses propres déficits, tout au plus il ralentit la progression de ces derniers.

Les conséquences pour nos communes sont bien évidement importantes pour la vie quotidienne des administrés. Les cantines, les services rendus aux personnes âgées et aux jeunes, le développement économique et le maintien d'une politique sociale locale, la culture ... Ainsi, Marylise Lebranchu, en charge pour partie de la nouvelle organisation territoriale, n'hésite pas à suggérer que les bibliothèques et médiathèques ne sont plus des équipements d'actualité au 21ème siècle (Les Échos). Elle suggère que les collectivités locales ferment les médiathèques pour faire des économies et pour lutter contre les gabegies locales !!!!!!!

Que l’on ne s’y trompe pas : la baisse prévue des dotations de l’état aura des conséquences sur l’ensemble des actions des municipalités. Ce qui se passe est avec cette mesure est très très grave !

Écrit par : Arwenn T. | 22/09/2015

Les commentaires sont fermés.