Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2010

Communiqué de Valérie Pécresse : la crise est là, la région regarde ailleurs

Valérie Pécresse, Présidente du groupe Majorité Présidentielle (MP) au Conseil régional Ile-de-France, dénonce le décalage entre la politique régionale et la réalité économique, et plaide pour une Région exemplaire.

La crise est là et la Région regarde ailleurs ! Alors que la situation actuelle impose une gestion rigoureuse de l’argent public et la concentration des moyens sur des priorités stratégiques, la Région refuse de réduire son train de vie et continue de mener une politique de saupoudrage tous azimuts.

Alors qu’elle propose d’augmenter de 3,9 % les tarifs des transports en commun pour les usagers (soit plus de deux fois l’inflation), la majorité régionale refuse de suivre la proposition du groupe Majorité Présidentielle de réduire de 5 % les dépenses de fonctionnement de la Région, suivant en cela l’exemple vertueux de réduction des déficits initié par le Gouvernement.

La Région multiplie les subventions, distribuées dans la plus grande opacité et sans la moindre évaluation, mais ne s’occupe pas des véritables préoccupations des Franciliens : l’emploi, le soutien aux entreprises en difficulté, la formation et la sécurité, en particulier dans les lycées. En pleine crise économique, le dispositif « aide régionale au sauvetage et à la restructuration des PME » n’a sauvé que 6 PME et 226 emplois sur les 12 derniers mois et ces objectifs sont même revus à la baisse pour les 12 mois à venir puisque le dispositif ne concernera plus que 2 entreprises et 66 emplois.

Le groupe MP est pour sa part déterminé à engager une réflexion approfondie sur les dépenses régionales et présentera d’ici l’automne un ensemble de propositions constructives pour mieux cibler les subventions de la Région et rééquilibrer les politiques régionales en faveur des dispositifs les plus stratégiques pour les Franciliens.

17/05/2010

Fontenay-aux-Roses : ville fleurie, ville bien entretenue ?

Avec le printemps, les villes voisines de Fontenay-aux-Roses ont revêtue un aspect fleuri et agréable. A Fontenay-aux-Roses, la situation semble bien différente et en voici ci-dessous quelques exemples illustrés par des photos.

Avez-vous remarqué que la ville de Fontenay-aux-Roses n'affiche pas le label des villes fleuries à l'entrée de la commune ? Alors qu'autour de nous, différentes communes ont été primées (4 fleurs pour Meudon et Le Plessis-Robinson, 3 fleurs pour Bagneux, Malakoff et Montrouge, 2 fleurs pour Sceaux, Châtillon et Chatenay-Malabry, 1 fleur pour Clamart et Vanves), Fontenay-aux-Roses, malgré son nom prometteur, ne participe pas à l'obtention de ce label.

ville-fleurie01.jpg
ville-fleurie02.jpg

 Le label « Villes et Villages Fleuris » existe depuis 50 ans et il est devenu porteur d'un véritable phénomène tant auprès des élus qu'auprès du grand public. 12 000 communes présentent chaque année leur travail pour gagner des fleurs, le mieux étant 4 fleurs. Un jury vient apprécier et évaluer les réalisations de fleurissement et d'embellissement des villes à partir de plusieurs critères : le patrimoine paysager et végétal de la commune (arbres, arbustes, fleurs, couvres sols), les efforts faits par la commune pour améliorer le cadre de vie et l'engagement des actions de développement durable ...

Il est alors facile de comprendre pour quelle raison, notre commune n'a pas le label des Villes Fleuries, puisque si l'on regarde les quelques exemples ci-dessous, Fontenay-aux-Roses est loin d'être une ville au patrimoine paysager destiné à améliorer le cadre de vie des Fontenaisiens : bacs de plantes miséreuses ou tristes, herbes folles qui se développent dans les rues, massifs laissés à l'abandon, état des voies communales sans entretien et saleté des rues ...

 

ville-fleurie03.jpg   ville-fleurie04.jpg
ville-fleurie05.jpg   ville-fleurie06.jpg

Alors, effectivement, Pascal Buchet a raison de nous rappeler sans cesse que Fontenay-aux-Roses est une ville où il fait bon vivre !

06/05/2010

"Laissons pousser" dans les rues de Fontenay-aux-Roses

Lors du Conseil de quartier "Parc - Centre ville" du 5 mai, les participants ont évoqué notamment les problèmes de propreté des rues de Fontenay-aux-Roses, et plus particulièrement la liberté laissée au développement anarchique de la végétation dans nos rues.

Concernant plus particulièrement la propreté des rues, les habitants du quartier ont signalé que les rues étaient sales et que certaines d'entre elles pouvaient rester plusieurs semaines sans intervention des équipes de nettoyage. Le maire, Pascal Buchet, a répondu que la fréquence de passage des équipes d'entretien variait selon les rues et les quartiers, entre l'intervention hebdomadaire et mensuelle. Ce qui explique que certaines rues sont sales pendant de longues périodes. Ce sentiment que notre ville est salle est d'ailleurs ressortie nettement dans l'un des sondages en ligne que nous vous avons proposé sur notre site de l'UMP Fontenay, puisque à 71% les Fontenaisiens pensent que les rues ne sont pas propres (sondage de février 2010) !

Hier soir, les habitants ont également signalé à Pascal Buchet que la végétation se développe de façon anarchique et intensive dans nos rues : trottoirs, caniveaux, milieu des rues. Pour mémoire, je vous invite à vous reporter à un article que j'avais écrit en septembre 2009 et comportant des photographies illustrant exactement les propos des Fontenaisiens. Neuf mois plus tard, la situation n'a pas changé !

Alors, quelle est la réponse de Pascal Buchet ? C'est volontaire car, non seulement, la mairie refuse d'utiliser des produits chimiques pour détruire cette végétation expansive dans nos rues, mais encore il y a la volonté de laisser pousser la biodiversité de Fontenay-aux-Roses, notamment au travers de l'opération "Laissons Pousser" !

L'objectif avoué (et largement commenté dans le Fontenay Mag) est, je cite, de remettre de la nature sauvage et de la biodiversité dans la ville. Il est demandé aux Fontenaisiens de venir chercher à la mairie un petit sachet de graines de fleurs sauvages, de choisir un pied d'arbre dans les rues ou tout autre espace public et de semer. Voici donc la réponse de Pascal Buchet ...

Cette opération "Laissons Pousser" est en réalité mise en place par la communauté d'agglomération Sud de Seine, dans le cadre de son adhésion à la Charte régionale de Biodiversité. Cette charte reconnait l'importance du patrimoine naturel de la Région et engage les adhérents à mettre en oeuvre une stratégie partagée de préservation de la biodiversité.
Ainsi, que l'on sensibilise, par exemple, les enfants des écoles maternelles de Fontenay à la biodiversité en leur permettant de semer ces graines de fleurs sauvages dans les potagers pédagogiques, c'est une bonne chose. Que les jardiniers municipaux sèment également des espaces verts (par exemple face au collège ou sur la pelouse devant le château Sainte-Barbe), c'est effectivement une initiative intéressante.

Par contre, utiliser cette opération pour dissimuler le fait que la végétation se développe de façon anarchique dans nos rues ne me semble pas correspondre aux attentes des Fontenaisiens. Ceux-ci veulent, certe une ville verte et s'intégrant dans un processus de sauvegarde de la biodiversité, mais surtout ils veulent une ville propre avec des rues bien entretenues !