Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2014

Réponses à Jean-François Dumas quant à la gestion des espaces verts

Monsieur Jean-François Dumas a écrit un article sur son blog, intitulé "incertitudes sur la politique d'entretien des espaces publics". Voici ci-dessous les réponses que je lui apporte !

Cet article expose un certain nombre de craintes quant à la façon dont la nouvelle municipalité entend gérer l'entretien des espaces publics, les espaces verts et la voirie de Fontenay-aux-Roses. En quelques mots, je suis présenté comme étant "l’ennemi déclaré des herbes folles ... Monsieur Chambon veut les éliminer pour faire place nette, car comme de juste, pour lui la Nature est sale". Et de conclure : "Ce n’est pas un procès d’intention que j’instruis là. Des espaces publics « bien entretenus » au sens où l’entend Monsieur Chambon, ce sont des espaces où il n’y a plus aucune herbe sauvage".

Alors Monsieur Dumas, je vais vous apporter quelques éléments de réponses.

Tout d'abord, je ne suis pas un idéologue de l'écologie ou de la biodiversité. Je fais partie d'une nouvelle équipe élue par les Fontenaisiens. Ces derniers, tout au long de la campagne électorale, ont clairement exprimé leur volonté d'avoir des rues belles, propres et agréables, qui marient plaisir des yeux et cadre de vie environnemental tenant compte, je vous l'accorde, de la biodiversité et d'une certaine écologie. Ma mission est de rendre à nos espaces verts et à nos rues un entretien digne de ce nom qui est effectivement en rupture avec l'abandon de l'équipe précédente.

Pour moi la nature n'est pas sale et je ne souhaite pas éliminer les espaces naturels pour faire place nette, comme vous me soupçonnez de vouloir le faire. Par contre, je suis opposé à ce que dans les caniveaux des petits arbres poussent (ce n'est pas leur place), que les trottoirs et les rues soient parsemés de plantes pouvant atteindre jusqu'à 50 cm de haut (profitant de trous et nids de poules dans la voirie que vous avez laissé se former depuis des années), que des espaces réservés aux plantations de fleurs soient envahis par chardons et liserons.

Voici en quelques mots les actions principales que j'ai commencé à mener :

  • Remise en état de l'ensemble de la voirie sur la ville : le nombre de trous et de nids de poule à combler est important ; ils ont été identifiés et des travaux vont commencer prochainement.
  • Mise en place d'actions de propreté de nos rues : des efforts particuliers ont commencé à se mettre en place et vont s'intensifier prochainement.
  • Entretien des pieds d'arbres et des espaces réservés aux plantations : ces actions vont débuter dans quelques jours, par l'utilisation des mêmes produits herbicides qu'avant, en attendant une évaluation précise de leur efficacité. Mais il n'est pas question d'utiliser des produits phytosanitaires de synthèse.

Mais plus particulièrement, je souhaite rétablir quelques vérités.

Il est faux de dire que nous allons supprimer les prairies fleuries : je suis partisan de les maintenir, voire d'en créer de nouvelles selon les lieux.

Il est faux de dire que nous allons supprimer le verger conservatoire et la petite zone humide associée (avenue Lombart).

Il est faux de dire que nous remettrons en cause le devenir du parc Boris Vildé, dont un projet de valorisation (préparé par l'ancienne équipe) sera prochainement validé par Michel Faye et moi-même, sans remettre en cause les principes de biodiversité exemplaires pour ce site particulier.

Enfin, je tiens à rassurer Monsieur Dumas : Michel Faye et moi faisons très bon ménage. Nous ne sommes pas toujours du même avis, mais nous dialoguons et nous échangeons nos arguments. La ligne définie par la nouvelle majorité municipale est de toute façon largement partagée entre nous, mais aussi avec un grand nombre de Fontenaisiens.

 

environnement,espaces verts,jean-françois dumas,fontenay-aux-roses,herbicides,phytosanitaire

 

17/05/2010

Fontenay-aux-Roses : ville fleurie, ville bien entretenue ?

Avec le printemps, les villes voisines de Fontenay-aux-Roses ont revêtue un aspect fleuri et agréable. A Fontenay-aux-Roses, la situation semble bien différente et en voici ci-dessous quelques exemples illustrés par des photos.

Avez-vous remarqué que la ville de Fontenay-aux-Roses n'affiche pas le label des villes fleuries à l'entrée de la commune ? Alors qu'autour de nous, différentes communes ont été primées (4 fleurs pour Meudon et Le Plessis-Robinson, 3 fleurs pour Bagneux, Malakoff et Montrouge, 2 fleurs pour Sceaux, Châtillon et Chatenay-Malabry, 1 fleur pour Clamart et Vanves), Fontenay-aux-Roses, malgré son nom prometteur, ne participe pas à l'obtention de ce label.

ville-fleurie01.jpg
ville-fleurie02.jpg

 Le label « Villes et Villages Fleuris » existe depuis 50 ans et il est devenu porteur d'un véritable phénomène tant auprès des élus qu'auprès du grand public. 12 000 communes présentent chaque année leur travail pour gagner des fleurs, le mieux étant 4 fleurs. Un jury vient apprécier et évaluer les réalisations de fleurissement et d'embellissement des villes à partir de plusieurs critères : le patrimoine paysager et végétal de la commune (arbres, arbustes, fleurs, couvres sols), les efforts faits par la commune pour améliorer le cadre de vie et l'engagement des actions de développement durable ...

Il est alors facile de comprendre pour quelle raison, notre commune n'a pas le label des Villes Fleuries, puisque si l'on regarde les quelques exemples ci-dessous, Fontenay-aux-Roses est loin d'être une ville au patrimoine paysager destiné à améliorer le cadre de vie des Fontenaisiens : bacs de plantes miséreuses ou tristes, herbes folles qui se développent dans les rues, massifs laissés à l'abandon, état des voies communales sans entretien et saleté des rues ...

 

ville-fleurie03.jpg   ville-fleurie04.jpg
ville-fleurie05.jpg   ville-fleurie06.jpg

Alors, effectivement, Pascal Buchet a raison de nous rappeler sans cesse que Fontenay-aux-Roses est une ville où il fait bon vivre !