Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2014

Réponses à Jean-François Dumas quant à la gestion des espaces verts

Monsieur Jean-François Dumas a écrit un article sur son blog, intitulé "incertitudes sur la politique d'entretien des espaces publics". Voici ci-dessous les réponses que je lui apporte !

Cet article expose un certain nombre de craintes quant à la façon dont la nouvelle municipalité entend gérer l'entretien des espaces publics, les espaces verts et la voirie de Fontenay-aux-Roses. En quelques mots, je suis présenté comme étant "l’ennemi déclaré des herbes folles ... Monsieur Chambon veut les éliminer pour faire place nette, car comme de juste, pour lui la Nature est sale". Et de conclure : "Ce n’est pas un procès d’intention que j’instruis là. Des espaces publics « bien entretenus » au sens où l’entend Monsieur Chambon, ce sont des espaces où il n’y a plus aucune herbe sauvage".

Alors Monsieur Dumas, je vais vous apporter quelques éléments de réponses.

Tout d'abord, je ne suis pas un idéologue de l'écologie ou de la biodiversité. Je fais partie d'une nouvelle équipe élue par les Fontenaisiens. Ces derniers, tout au long de la campagne électorale, ont clairement exprimé leur volonté d'avoir des rues belles, propres et agréables, qui marient plaisir des yeux et cadre de vie environnemental tenant compte, je vous l'accorde, de la biodiversité et d'une certaine écologie. Ma mission est de rendre à nos espaces verts et à nos rues un entretien digne de ce nom qui est effectivement en rupture avec l'abandon de l'équipe précédente.

Pour moi la nature n'est pas sale et je ne souhaite pas éliminer les espaces naturels pour faire place nette, comme vous me soupçonnez de vouloir le faire. Par contre, je suis opposé à ce que dans les caniveaux des petits arbres poussent (ce n'est pas leur place), que les trottoirs et les rues soient parsemés de plantes pouvant atteindre jusqu'à 50 cm de haut (profitant de trous et nids de poules dans la voirie que vous avez laissé se former depuis des années), que des espaces réservés aux plantations de fleurs soient envahis par chardons et liserons.

Voici en quelques mots les actions principales que j'ai commencé à mener :

  • Remise en état de l'ensemble de la voirie sur la ville : le nombre de trous et de nids de poule à combler est important ; ils ont été identifiés et des travaux vont commencer prochainement.
  • Mise en place d'actions de propreté de nos rues : des efforts particuliers ont commencé à se mettre en place et vont s'intensifier prochainement.
  • Entretien des pieds d'arbres et des espaces réservés aux plantations : ces actions vont débuter dans quelques jours, par l'utilisation des mêmes produits herbicides qu'avant, en attendant une évaluation précise de leur efficacité. Mais il n'est pas question d'utiliser des produits phytosanitaires de synthèse.

Mais plus particulièrement, je souhaite rétablir quelques vérités.

Il est faux de dire que nous allons supprimer les prairies fleuries : je suis partisan de les maintenir, voire d'en créer de nouvelles selon les lieux.

Il est faux de dire que nous allons supprimer le verger conservatoire et la petite zone humide associée (avenue Lombart).

Il est faux de dire que nous remettrons en cause le devenir du parc Boris Vildé, dont un projet de valorisation (préparé par l'ancienne équipe) sera prochainement validé par Michel Faye et moi-même, sans remettre en cause les principes de biodiversité exemplaires pour ce site particulier.

Enfin, je tiens à rassurer Monsieur Dumas : Michel Faye et moi faisons très bon ménage. Nous ne sommes pas toujours du même avis, mais nous dialoguons et nous échangeons nos arguments. La ligne définie par la nouvelle majorité municipale est de toute façon largement partagée entre nous, mais aussi avec un grand nombre de Fontenaisiens.

 

environnement,espaces verts,jean-françois dumas,fontenay-aux-roses,herbicides,phytosanitaire

 

Commentaires

Monsieur Chambon, je préfère nettement la photo des roses que vous avez mise pour illustrer votre propos que les liserons et autres chardons, mauvaises herbes que nous voyons partout. Quant aux pissenlits, non seulement ils poussent dans les rues, caniveaux et autres trottoirs, mais il y en a aussi partout sur les pelouses, dans les jardins privés. C'est l'invasion.

Notre ville s'appelle Fontenay-aux-Roses, il serait quand même bien d'avoir de jolies fleurs dans nos rues, avec des trottoirs propres : n'en déplaise à Monsieur Dumas. NOUS VOULONS UNE BELLE VILLE !

Écrit par : Clara | 16/05/2014

Il me semble important de pouvoir laisser en place certaines « herbes folles », tant elles possèdent de nombreux avantages écologiques, et peuvent donner un cachet, une image d'une ville verte et naturelle. En revanche, il est vrai qu'elles ne doivent pas s'apparenter à une obstruction de passage sur les trottoirs, surtout pour les personnes en fauteuil roulant qui n'ont aujourd'hui pas toujours suffisamment d'espace, ou boucher la circulation des eaux de pluie vers les caniveaux.
Si la volonté est de laisser libre court à la nature, tout en planifiant les zones où elle doit être présente, dans le cadre d'une rénovation des voiries, pourquoi ne pas s'inspirer de modèles mis en place dans certaines communes, où les trottoirs sont légèrement élargis, pour laisser place sur la lignée extérieure, à une longue parcelle composée de fleurs, d' « herbes folles » et de plantes dépolluantes, le tout, protégé par des barrières empêchant les automobilistes de stationner sur les trottoirs, et de sécuriser la mobilité piétonne ? Ces modèles arrivent de plus en plus en région parisienne. Certes, je reconnais que le coût engendré n'est pas négligeable, mais il mettrait d'accord l'ensemble des acteurs concernés par ces questions.

Écrit par : Olivier | 20/05/2014

Une fois n'est pas coutume, vous divaguez cher Olivier !

Écrit par : Philippe | 21/05/2014

Pourrais-je savoir en quoi les propos tenus ne sont que divagation ? Pourquoi ne pas proposer à votre tour une vision sur cette thématique, ce qui serait ô combien plus constructif ?

Écrit par : Olivier | 22/05/2014

La jeunesse tient l'avenir serré dans ses mains fines ! Et elle le déclare sur :

http://www.fontenaydurable.fr

Écrit par : Victor L. | 22/05/2014

Quel est le principe de fontenay durable? Est-ce la suite de l'UPF?
J'ai vu vos affiches dans la rue. En tout cas bravo à vous de vouloir fonder un mouvement apolitique qui rassemble!
Bise !

Écrit par : Herbert Powell | 30/05/2014

Bonjour Monsieur Chambon,
Je vous remercie de cette réponse détaillée à mon article. Elle lève bien des inquiétudes que j’avais concernant la politique des espaces verts et naturels que vous allez mener. Il reste cependant que dans votre mission d’entretien de ces espaces telle que vous la concevez, vous n’accordez pas beaucoup de place à une libre expression de la Nature en ville.
C’est là notre principal point de divergence qui se concrétise à propos du traitement des pieds des arbres d’alignement.
Je laisse de côté la question de la réfection de la voirie qui avait souffert des conditions météos de ces derniers hivers. Ce n’était pas de mon domaine de compétence et je ne doute pas que vous ferez pour le mieux avec les crédits budgétaires qui vous seront alloués.
Mais je ne veux pas encombrer votre blog d’un trop long commentaire. Vous trouverez une réponse plus développée à votre réponse sur mon blog avec le lien suivant :
http://www.jfdumas.fr/Bon-courage-Monsieur-Chambon--Tous-mes-voeux-de-reussite_a263.html
Bon courage et tous mes vœux de réussite,
JF DUMAS

Écrit par : Jean-François DUMAS | 07/06/2014

Les commentaires sont fermés.