Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2010

Pendant que le maire parade devant les caméras, les commerçants sont en colère

Ce matin, sur le marché de Fontenay-aux-Roses, plusieurs événements se sont produits. Ils démontrent combien est grand le décalage entre le maire Pascal Buchet et les préoccupations des Fontenaisiens.

D'un côté, les commerçants étaient très en colère ce matin, contre le maire Pascal Buchet. La police municipale a verbalisé leurs véhicules, garés rue des Pierrelais, pour stationnement gênant. Une amende d'un montant de 35 Euros que les commerçants ne digèrent pas. Cela fait des années qu'ils stationnent dans cette rue, sur les trottoirs et comme ils le peuvent. Même lorsque l'ancien marché était encore en activité, ils faisaient comme ça. Depuis le début des travaux pour le nouveau marché, le stationnement est certes encore plus difficile, mais jusqu'à présent la police municipale tolérait cette situation.

Ce que les commerçants auraient aimé, c'est que la municipalité les prévienne de la fin de cette tolérance et les informe de ce risque de verbalisation. Il n'en a rien était et ils ont le sentiment d'avoir été pris par surprise. Nous avons assisté ce matin à des altercations, fortes, entre commerçants et police municipale, sous le regard étonné des Fontenaisiens.

Ce premier événement démontre que le maire se préoccupe peu des commerçants qui viennent sur notre ville. En ne mettant pas en place les moyens nécessaires pour leur permettre d'effectuer leur travail dans de bonnes conditions, nous risquons tout simplement de les voir quitter définitivement le marché.

Pendant ce temps, à quelques mètres de là, Pascal Buchet paradait devant les caméras de France 3. En effet, le maire organise une consultation citoyenne sur le vote des étrangers aux élections locales, avec une urne et des bulletins de vote (oui ou non). Avec son écharpe tricolore, interviewé par les journalistes, Pascal Buchet ne s'occupait que de sa consultation citoyenne, dont le thème est une proposition du programme socialiste pour l'élection présidentielle de 2012.

Pascal Buchet est beaucoup plus préoccupé par sa candidature au Sénat et la nécessité d'avoir une couverture médiatique de son action politique (des élections internes au PS vont avoir lieu dans quelques jours pour les candidatures sénatoriales). Il démontre ainsi le peu de cas qu'il fait des problèmes fontenaisiens ...

09/07/2010

Réunion-débat sur les commerces : une soirée passionnante

Sur le thème du "développement des commerces en centre ville", j'ai eu le plaisir d'accueillir Jean-Loup Metton pour qu'il nous parle de son expérience du développement des commerces à Montrouge, ville dont il est maire, et ville souvent citée dans la presse ou sur internet pour son dynamisme de l'activité commerciale.

07-07-2010_01.jpgPourquoi le choix de ce thème ? Tout simplement parce que, à Fontenay-aux-Roses, nous connaissons ce que j'appelle un déclin tranquille avec notamment des commerces qui essayent de subsister, des commerces qui ferment et qui ne sont pas remplacés. Cette situation, nous en connaissons les causes : le choix de la municipalité conduite par Pascal Buchet de favoriser uniquement l'implantation de logements sociaux, avec une population fontenaisienne dont le pouvoir d'achat global se réduit peu à peu, un manque d'une véritable volonté d'implantation commerciale sur Fontenay-aux-Roses et, enfin, l'absence de dynamisation d'activités économiques permettant l'implantation d'entreprises et la venue de salariés qui en mi-journée pourraient consommer sur notre ville.

07-07-2010_03.jpgPourquoi prendre pour exemple Montrouge ? Parce que son maire, Jean-Loup Metton, administre cette ville depuis 1994 (comme Pascal Buchet administre Fontenay-aux-Roses depuis 1994). Le parallèle est donc intéressant. Mais aussi, parce que au travers de cette réunion, Jean-Loup Metton nous a fait partager cette expérience qui fait aujourd'hui de sa ville un exemple de vie commerciale et de dynanisme.

07-07-2010_05.jpgQuelles sont les actions menées à Montrouge pour obtenir un tel résultat ? D'abord, Jean-Loup Metton nous a rappelé que la ville de Montrouge, en 1994, subissait une baisse, un vieillissement et une paupérisation de la population. Les entreprises à caractère industriel avaient tendance à fermer ou à quitter le territoire de la ville. Pour que le commerce, en ville, fonctionne, il doit s'appuyer à la fois sur les résidents, ceux qui travaillent sur la commune et les personnes en transit. Donc il a fallu mettre en place une véritable politique volontariste touchant à la fois les logements, l'activité économique et les facilités permettant aux personnes en transit de profiter des commerces devant lesquels ils circulent.

Cette politique volontariste se traduit par des actions concrètes.

  • Une véritable politique immobilière permettant l'implantation de nouveaux logements, garantissant une véritable mixité sociale, puisqu'il s'agit de faire venir des habitants ayant des pouvoirs d'achats diverses. Avec 22% de logements sociaux, des programmes de construction et de rénovation équilibrés et diverses, la population offre des possibilités de consommation larges et potentiellement importantes. C'est tout le contraire de ce que fait Pascal Buchet à Fontenay-aux-Roses où il ne fait construire que du logement social.
     
  • Une véritable politique de dynamisation de l'activité économique, permettant l'implantation d'entreprises (à Montrouge, l'industriel a été peu à peu remplacé par des activités tertiaires). Les salariés qui viennent travailler sur la commune deviennent par exemple des consommateurs le midi ou en fin de journée. Là encore, c'est tout le contraire de ce que fait Pascal Buchet à Fontenay-aux-Roses, où le nombre d'entreprises n'a pas augmenté (voir a baissé, sources INSEE) depuis 1994.
     
  • Une véritable politique volontariste d'implantation de commerces, variés et correspondant aux besoins des habitants. A montrouge, au travers d'une société d'économie mixte, la municipalité est propriétaire de locaux commerciaux. Cela permet à la fois de faire une gestion économique rentable pour la ville et de faciliter le choix des commerçants. L'utilisation du "droit de préhemption renforcé" facilite également le choix du type de commerces à installer dans tel ou tel quartier pour tenir compte des besoins des habitants. Un "manager des commerces" joue également un rôle essentiel dans la recherche (démarchage) de nouveaux commerçants à faire venir sur la ville, met en place des outils de services facilitant l'activité commerciale (subventions pour un journal, site internet, service de livraison à domicile ... ) et participe à des salons professionnels lui permettant de rencontrer les commerçants. Une nouvelle fois, Pascal Buchet fait exactement l'inverse. Nous avons un manager du commerce, mais celui-ci ne travaille que très peu de temps pour les commerces de Fontenay-aux-Roses (puiqu'il assure d'autres fonctions administratives au sein de la mairie).
     
  • Enfin, il faut une véritable politique permettant de faciliter la consommation de transit. Cela signifie une optimisation du stationnement de surface et des parkings suffisants et accessibles. Il est également nécessaire de permettre la fluidification du stationnement pour faciliter la rotation des personnes en transit.

Vous le voyez, si l'on veut qu'à Fontenay-aux-Roses, nos commerces se développent, vivent et soient diversifiés, il faut une véritable politique volontariste ... exactement à l'inverse de ce que pratique Pascal Buchet depuis 1994 !

07-07-2010_04.jpg
Muriel Galante-Guilleminot - Jean-Loup Metton
Emmanuel Chambon - Thierry Guilmart

09/02/2010

Sondage : l'action de la municipalité concernant le développement commercial à Fontenay-aux-Roses est désapprouvée par plus de 60%

Sur le site web de l'UMP Fontenay (www.ump-fontenay.com), nous avons mis en place un système de sondage en ligne. Chaque mois, une nouvelle question à laquelle vous pouvez simplement répondre en un clic de souris.

Le sondage du mois de janvier portait sur la question suivante : "Approuvez-vous l'action de la municipalité concernant le développement commercial à Fontenay-aux-Roses ?". Vous avez été 206 à participer et à 60,68% vous avez répondu "NON".

Bien entendu, ce type de sondage en ligne ne prétend pas se substituer à une enquête effectuée par un institut de sondage officiel et n'aura certainement pas la même valeur. Mais le but de ce système est de faire émerger des opinions, des impressions et des sentiments sur des points particuliers de la vie de notre commune. Et lorsque l'on voit que certaines enquêtes organisées par Pascal Buchet (au titre de la fameuse démocratie locale) ne recueillent au mieux qu'une dizaine de réponses, nous n'avons pas à rougir d'avoir obtenu la participation de deux centaines d'internautes.

Le nouveau sondage du mois de février porte sur la question suivante : "Pensez-vous que les rues de Fontenay-aux-Roses sont propres et bien entretenues ?". Je vous invite donc à y répondre en nombre ...

En parlant de nombre, je souhaitais également vous indiquer que le site web de l'UMP Fontenay, chaque semaine, reçoit en moyenne la visite de 988 internautes et que 1.213 pages sont lues. Je vous remercie de la confiance que vous nous témoignez en venant consulter les différentes informations diffusées notre site.

04/12/2009

A propos du développement commercial à Fontenay

Dans le Fontenay Magazine de ce mois, la tribune du groupe socialiste nous explique que grâce à l'action dynamique de la majorité municipale, le développement commercial avance. Il convient de rétablir la vérité car celle-ci est fortement différente des propos du groupe socialiste.

En effet, vous le constatez régulièrement en parcourant les rues de notre ville. Les commerces ont tendance à fermer et ne sont pas remplacés. Quelques exemples simples :
- La boucherie de Scarron est fermée depuis plus de deux ans au public.
- La boucherie-charcuterie face à l'église (rue Boucicaut) est également fermée et contrairement à ce que dit Pascal Buchet, ce n'est pas parce que le boucher a fait fortune. Bien au contraire.
- Le marchand de chaussures, à proximité de la poste a fermé lui aussi, depuis trois ans.
- Le quincailler, en centre ville, est fermé depuis cinq ans.

Nous pourrions donner beaucoup d'autres exemples et je suis certain que vous connaissez tous au moins un commerçant qui a disparu ces dernières années et qui n'a pas été remplacé. Tout comme je suis certain que vous pouvez lister des commerces qui n'existent pas à Fontenay-aux-Roses (poissonnier, vêtements, matériaux, bricolages, électro-ménager ... ).

Les décisions prises par Pascal Buchet et son équipe pour dynamiser le commerce semblent inéfficaces et donnent des résultats bien éloignés du bilan annoncé.

D'abord, la mise en place du "Manager du Centre ville" : il faut savoir que le poste ne doit pas être enthousiasmant, puisque nous en sommes à la troisième personne l'occupant en trois ans. La fonction ne doit pas non plus être trop prenante, puisque le manager du centre ville partage son temps de travail auprès des commerces avec des fonctions purement administratives, à la mairie, qui n'ont rien à voir avec les commerces.

Ensuite, l'instauration d'un périmètre de sauvegarde du commerce : dans ce cadre, la mairie peut effectuer des préemptions sur des locaux commerciaux mis en vente afin d'assurer la pérénnité de l'activité commerçante. Il faut savoir que depuis l'adoption de cette mesure (3 ans), la mairie n'a préempté qu'un seul commerce (le marchand de chaussures qui se trouvait à côté de la Poste) et qu'à ce jour le restaurant qui devait ouvrir à la place n'est toujours pas ouvert.

Enfin, le groupe socialiste revendique la mise en place de "grands projets utiles et réalistes comme la construction du nouveau marché" : il suffit de nous rendre tous les samedis matin, sur le marché provisoire, place du Général de Gaulle. Il apparaît clairement que le dynamisme commercial du marché ne passe pas par le projet pharaonique de Pascal Buchet, mais plutôt par la mise en place d'un marché plus convivial et beaucoup plus dans l'esprit village de notre commune. Un marché est effectivement utile, mais pas surdimensionné et pas à n'importe quel prix.

Pour conclure, le dynamisme des commerces passe par une vision globale de l'évolution de notre ville qui touche à l'implantation d'entreprises,  de commerces et par l'implantation d'une véritable mixité sociologique des habitants, et donc des logements. Mais le maire n'a vraissemblablement pas cette vision d'avenir pour Fontenay-aux-Roses.