Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2009

A propos du développement commercial à Fontenay

Dans le Fontenay Magazine de ce mois, la tribune du groupe socialiste nous explique que grâce à l'action dynamique de la majorité municipale, le développement commercial avance. Il convient de rétablir la vérité car celle-ci est fortement différente des propos du groupe socialiste.

En effet, vous le constatez régulièrement en parcourant les rues de notre ville. Les commerces ont tendance à fermer et ne sont pas remplacés. Quelques exemples simples :
- La boucherie de Scarron est fermée depuis plus de deux ans au public.
- La boucherie-charcuterie face à l'église (rue Boucicaut) est également fermée et contrairement à ce que dit Pascal Buchet, ce n'est pas parce que le boucher a fait fortune. Bien au contraire.
- Le marchand de chaussures, à proximité de la poste a fermé lui aussi, depuis trois ans.
- Le quincailler, en centre ville, est fermé depuis cinq ans.

Nous pourrions donner beaucoup d'autres exemples et je suis certain que vous connaissez tous au moins un commerçant qui a disparu ces dernières années et qui n'a pas été remplacé. Tout comme je suis certain que vous pouvez lister des commerces qui n'existent pas à Fontenay-aux-Roses (poissonnier, vêtements, matériaux, bricolages, électro-ménager ... ).

Les décisions prises par Pascal Buchet et son équipe pour dynamiser le commerce semblent inéfficaces et donnent des résultats bien éloignés du bilan annoncé.

D'abord, la mise en place du "Manager du Centre ville" : il faut savoir que le poste ne doit pas être enthousiasmant, puisque nous en sommes à la troisième personne l'occupant en trois ans. La fonction ne doit pas non plus être trop prenante, puisque le manager du centre ville partage son temps de travail auprès des commerces avec des fonctions purement administratives, à la mairie, qui n'ont rien à voir avec les commerces.

Ensuite, l'instauration d'un périmètre de sauvegarde du commerce : dans ce cadre, la mairie peut effectuer des préemptions sur des locaux commerciaux mis en vente afin d'assurer la pérénnité de l'activité commerçante. Il faut savoir que depuis l'adoption de cette mesure (3 ans), la mairie n'a préempté qu'un seul commerce (le marchand de chaussures qui se trouvait à côté de la Poste) et qu'à ce jour le restaurant qui devait ouvrir à la place n'est toujours pas ouvert.

Enfin, le groupe socialiste revendique la mise en place de "grands projets utiles et réalistes comme la construction du nouveau marché" : il suffit de nous rendre tous les samedis matin, sur le marché provisoire, place du Général de Gaulle. Il apparaît clairement que le dynamisme commercial du marché ne passe pas par le projet pharaonique de Pascal Buchet, mais plutôt par la mise en place d'un marché plus convivial et beaucoup plus dans l'esprit village de notre commune. Un marché est effectivement utile, mais pas surdimensionné et pas à n'importe quel prix.

Pour conclure, le dynamisme des commerces passe par une vision globale de l'évolution de notre ville qui touche à l'implantation d'entreprises,  de commerces et par l'implantation d'une véritable mixité sociologique des habitants, et donc des logements. Mais le maire n'a vraissemblablement pas cette vision d'avenir pour Fontenay-aux-Roses.