Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2012

Conseil municipal du 27 juin

Hier soir se tenait le Conseil municipal de Fontenay-aux-Roses. Je ne souhaite pas revenir sur la forme qui s'apparente plus à une foire d'empoigne avec des conseillers municipaux qui ne se respectent pas, un maire incapable de faire respecter le réglement intérieur, des échanges verbaux où personne ne s'écoute, et des prises de paroles intempestives. Hier soir, le spectacle n'était pas à la hauteur de la démocratie locale que nous sommes en droit d'attendre.

Je préfére donc parler du fond. Quelques points à l'ordre du jour méritent que l'on s'y arrète un instant.

 

Délibération N°4 : Autorisation donnée au Maire pour déposer un permis de démolir en vue de l'agrandissement du square des Anciens Combattants. Il s'agit d'un terrain situé avenue Lombart, à proximité de la gare du RER et sur lequel se trouve une maison à l'abandon. Ce terrain a été acheté en 2006 par la ville, qui ne l'a pas entretenu et aujourd'hui le bâtiment risque de s'écrouler. L'objectif de la municipalité est donc de démolir cette maison, de transformer ce terrain en espace vert (notamment en y intégrant un verger conservatoire, avec une réserve de 400 m² au sol pour édification future d'une construction à vocation de service public) et d'agrandir ainsi le square des Anciens Combattants qui se trouve juste à côté.

Il aurait été cependant intéressant d'utiliser ce terrain pour y installer un bâtiment à vocation de service public, comme par exemple une crèche (pour compenser les 50 places de crèche supprimées il y a un an). La proximité de la gare de RER en fait notamment un espace privilégié pour y installer un service public.

 

Délibération N° 6 : Lancement d'un diagnostic urbain partagé. Fontenay-aux-Roses est encore aujourd'hui sous le régime d'un POS (Plan d'Occupation des Sols). La municipalité jusqu'à présent a défendu le POS pour notre ville sous prétexte d'éviter la densification et la protection des espaces verts, ce que nous a rappelé Monsieur Fredouille hier soir. Mais ce que le maire adjoint a oublié de nous rappeler, c'est que pour un grand projet de construction de logements sociaux (qui au passage a détruit une grande partie d'un parc magnifique), la mairie n'a pas hésité à modifier le POS pour densifier un quartier résidentiel.

Au-delà de cette remarque, il est vrai que le POS ne permet pas de faire évoluer facilement les régles d'urbanisme de notre ville. Car si l'on peut modifier partiellement un POS, il n'est pas possible de le réviser car nous passerions automatiquement en PLU (Plan Local d'Urbanisme). Et le fond de la question est là : devons-nous abandonner le POS au profit du PLU ?

Ce que propose la mairie c'est donc de lancer, dans le cadre de la Charte de Démocratie Participative, une consultation de la population. Il ne s'agit pas de référendum local, mais de recueillir l'avis de la population. Si la démarche semble intéressante, il faudra cependant s'assurer que tous les tenants et les aboutissants seront présentés en toute objectivité aux Fontenaisiens (forum, réunions publiques ... ). Cette question devra de toute façon être débattue au Conseil municipal. Ce sujet est capital pour le développement futur de notre commune.

 

Délibération N° 11 : Révision des tarifs municipaux au 1er septembre 2012. Cette révision concerne essentiellement les tarifs des repas servis dans les écoles et préparés dans la cuisine centrale municipale. Gilles Mergy nous a fait un exposé pour nous expliquer que par an, la cuisine centrale servait 388.000* repas et que le coût d'un repas revenait à 9,50 Euros. La revalorisation des tarifs devrait apporter à la ville une recette supplémentaire de l'ordre de 50.000 Euros et concernerait essentiellement les 200 familles aux revenus les plus élevés (tranche 13 du quotient familial).

Plusieurs questions me viennent à l'esprit.

- Le coût du repas estimé par la mairie, de 9,50 Euros, nous paraît sous-estimé. Une étude récente effectuée à partir des chiffres contenus dans le budget municipal, nous permet d'évaluer un coût de l'ordre du double. Dans le calcul de la mairie, toutes les charges ont-elles bien été prises en compte ?

- Enfin, le principe même d'avoir une cuisine centrale pour la seule ville de Fontenay-aux-Roses est-il opportun, surtout si l'on se place d'un point de vue économique ? D'autres formules existent, à des coûts moindres et à qualité équivalente. Notamment, ne pouvait-on pas mettre en place une cuisine centrale pour la communauté d'agglomération Sud de Seine, pour mutualiser les coûts et assurer encore un meilleur service public ?

 

* Le nombre total de repas livrés par la cuisine centrale se répartit de la façon suivante : environ 162.000 pour les écoles élémentaires, 116.000 pour les écoles maternelles et 110.000 pour les repas du CCAS, de la restauration adulte et des crèches.


Commentaires

Bonjour,

vous dites que "La revalorisation des tarifs devrait apporter à la ville une recette supplémentaire de 50.000 Euros et concernerait essentiellement les 200 familles aux revenus les plus élevés."

La Fiche de quotient familial de Fontenay-aux-Roses comprend 13 catégories : est-ce à dire que dans la 13ème (celle qui paie les tarifs les plus élevés), il n'y a que 200 familles ?

Par ailleurs, 50000 euros répartis sur 200 familles font 250 euros par famille : ce montant a-t-il été évoqué en séance pour bien mesurer l'impact d'une telle augmentation ?

Merci de votre réponse.

Cordialement,

SL

Écrit par : lombard | 28/06/2012

Bonjour,

En fait, il y a environ 200 familles qui ont fait calculer leur quotient familial et qui se trouvent aujourd'hui hui dans la tranche 13 mais en moyenne 450 à
460 repas sont facturés actuellement par jour sur la base du tarif de la tranche 13. Pour estimer le montant des recettes supplémentaires (48 k€ au maximum), nous avons suppose qu à la rentrée, ces 450 repas sont facturés au tarif maximal, ce qui ne devrait pas être le cas puisqu a priori les familles dont les revenus sont compris entre le plafond actuel et le nouveau plafond viendront faire calculer leur QF et ne paieront pas ce tarif maximal. Enfin, je rappelle que les tarifs des repas elementaires des tranches intermediaires vont baisser. A votre disposition pour de plus amples explications. Cordialement. Gilles Mergy, maire adjoint charge des finances.

Écrit par : Gilles Mergy | 29/06/2012

A savoir que cette fameuse catégorie 13 commence assez bas, puisque pour un couple gagnant à peine 3300 euros par mois et un enfant, nous avons le "privilège" de faire partie de ces fameuses 200 familles. Ca fait plaisir de se sentir riche...sans l'être...

Écrit par : Poucette | 29/06/2012

Je me permets simplement de vous dire qu'il s'agit d'équité : les riches doivent payer plus pour permettre aux pauvres de bénéficier des services municipaux. La cantine scolaire devrait être gratuite pour les petits revenus et donc la charge doit être supportée par ces familles aux revenus élevés.

@Poucette : 3.300 euros par mois, vous rendez-vous compte que la majorité des familles françaises ne gagnent pas ça ? Descendez de votre tour d'ivoire.

Écrit par : Lucie C. | 30/06/2012

Et pourquoi faudrait-il tirer tout le monde vers le bas? Le salaire moyen est estimé à plus ou moins 1600 euros nets par mois. Je considère être dans la moyenne, pas dans les tranches supérieures, c'était le sens de mon commentaire. Classe moyenne, pas d'aide au logement, pas d'allocations, je paie mes impôts, je donne à des associations, je reste attentive à ceux qui ont plus de besoins que moi, je ne pense pas être dans une tour d'ivoire.
Vous parlez des "riches", mais d'une région, d'un département, d'une ville à l'autre, le niveau de vie n'est pas le même. Et, hélas, de nos jours, on n'a pas toujours le choix de son lieu de vie.
Voilà qui met un terme à une expérience en tout cas: intervenir sur un blog expose à des jugements lapidaires et bien peu constructifs. On ne m'y reprendra pas. Mais continuez, Mr Chambon, à nous tenir informés des débats de notre petite ville. Pas toujours constructifs non plus, si j'ai bien compris...

Écrit par : Poucette | 30/06/2012

Poucette,

Vous avez raison : sous prétexte d'équité (comme le dit Lucie), ce sont toujours les mêmes à qui l'ont demande des efforts. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi la mairie augmente ces tarifs maintenant, pourquoi ne pas attendre la définition du budget ... en mars, normalement, je crois. Cela veut-il dire qu'il y a un trou financier dans le budget voté en mars 2012 ? Est-ce que ce système ne se révélerait-il pas très couteux pour notre commune ?

En vrai, il faut peut-être s'interroger sur la raison d'être de ce système de cuisine centrale où l'on prépare les repas (avantages, coûts, financement) alors que je connais beaucoup de communes qui se font livrer des repas tout prêts. Sur le financement, ne devrait-on pas faire appel à l'impôt ce qui signifierait que l'équité chère à Lucie, serait mieux répartie entre tous les fontenaisiens et non pas à la charge de 200 foyers !

Écrit par : B. telanga | 01/07/2012

Merci M. Mergy pour votre réponse.
Est-il possible de savoir combien de repas sont facturés dans chacune des catégories ? Et comment sont déterminées ces catégories ?
J’ai 3 enfants :
Au mieux, je paierai en plus 3*50000/450 = 330 euros / an ; Au pire, 3*50000/200 = 750 euros. Vous pensez vraiment que tous ceux qui sont en catégorie 13 peuvent supporter une telle augmentation des charges , sans impact sur d’autres postes de leur budget ? Dans mon cas, je donne généreusement à la coopérative scolaire, parce que je sais être plus aisée que d’autres, mais c’est clair que je ne peux pas « donner » à tout (cantine + coopérative, pour faire simple).
Jer dois dire que, me sentant financièrement ponctionnée de toutes parts, et ne voyant pas l’avenir financier de façon très positive, je surveille mes dépenses. Si la cantine doit me coûter 750 euros de plus, je me pose la question de sortir les enfants de la cantine : quand saura-t-on combien cela va coûter en plus aux parents de la catégorie 13 ?
Et effectivement, pour reprendre la question de B. telanga, pourquoi ne pas recourir à l’impôt ? Pourquoi les ménages sans enfants, avec plus de 3300 euros par mois, pour reprendre les revenus de Poucette, ne sont-ils pas eux soumis à cet effort ?
Merci encore.
Cordialement,
SL

Écrit par : SL | 01/07/2012

Bonsoir,

E. Chambon ayant la courtoisie républicaine d'accepter des commentaires de toutes tendances politiques, je vais essayer de vous apporter quelques précisions.
- Pourquoi revoir les tarifs maintenant : pour que la réforme puisse s'appliquer à la rentrée scolaire. Les autres tarifs municipaux évolueront au 1er janvier 2013. L'objectif de la réforme n'est pas tant d'accroitre les recettes pour la ville que de renforcer l'équité de la tarification tout en continuant à faire en sorte que des enfants de toutes les classes sociales déjeunent dans nos cantines.
- Pourquoi ne pas faire appel à l'impôt : sur la base d'un coût du repas tout compris pour la ville évalué à 9,50 € environ, le prix des repas de toutes les tranches même les plus élevées est subventionné par la ville, c'est à dire par l'impôt ou par les autres ressources financières que se procure la ville (dotations de l'Etat notamment). Pour les catégories les plus aisées, la subvention minimale de la ville atteindra 36% en élémentaire et 42% en maternelle.
- Le tarif maximal sera de 6,10 euros en élémentaire et 5,50 euros en maternelle. Par rapport au tarif maximal actuel en élémentaire, l'augmentation sera de 1,20 euro. Sur la base de 140 repas par an et trois enfants, le surcoût pour la famille SL sera donc d'environ 500 euros.
- Je précise qu'à Fontenay , en plus du repas à la cantine, les demi pensionnaires bénéficient d'activités sportives ou culturelles encadrées pendant la pause méridienne.
- Pourquoi une cuisine centrale : pour garantir la traçabilité et la qualité de la préparation des repas pour nos enfants. C'est en effet sans doute un peu plus coûteux que de commander des repas industriels tout prêts à une entreprise externe...
Bien cordialement

Gilles Mergy, Maire adjoint chargé des finances

Écrit par : Gilles Mergy | 01/07/2012

Bonjour,

Je souhaite apporter à mon tour quelques précisions suite au commentaire de Monsieur Gilles Mergy.

D'abord, je trouve que l'emploi du mot "réforme" pour désigner une simple augmentation des tarifs de la cantine municipale est un peu exagéré. Il faut remettre les termes à leur juste valeur.

Ensuite, s'agissant de la notion d'équité, il me semble que ce mot sert surtout à voiler une certaine réalité. Bien entendu, je suis d'accord pour permettre à tous les enfants de toutes les classes sociales de manger à la cantine scolaire. Cependant, je trouve anormal que les seules solutions trouvées par la municipalité consistent à faire supporter ces charges nouvelles sur une catégorie de familles fontenaisiennes. Je pense qu'il serait beaucoup plus souhaitable d'avoir une réflexion de fond sur quel type de cuisine centrale nous voulons pour nos enfants, et quels modes de financement nous pouvons mettre en place mais en tenant compte de toutes les contraintes économiques.

Je suis désolé également de redire que le coût estimé par le maire adjoint aux finances du repas à 9,50 Euros est sous-estimé. Je ne suis pas certain du tout que la municipalité tienne compte de toutes les charges liées à la cuisine centrale. Mais nous aurons certainement l'occasion d'y revenir dans le détail.

Ensuite, concernant le montant de l'augmentation : Monsieur Mergy nous indique que, par exemple en élémentaire, le coût maximal d'un repas sera de 6,10 euros (soit une augmentation de 1,20 euros). Cela représente une augmentation proche de 24,5%. C'est bien au-dessus de l'inflation. A part l'équité, quel argument la mairie peut-elle avancée pour justifier une telle hausse ?

Je conclurai en disant que le débat sur l'opportunité d'utiliser une cuisine centrale ne peut s'appuyer sur les seuls principes de traçabilité et de qualité des repas. Il existe en France une législation très précise concernant la restauration en collectivités, dont la restauration scolaire.
- La traçabilité existe dans les mêmes conditions quel que soit le système choisi de préparation des repas (préparation en cuisine centrale ou par des fournisseurs extérieurs).
- Quant à la qualité, dans la mesure où les matières premières sont livrées par des prestataires qui ont la capacité de préparer eux-mêmes les repas, que ces derniers soient cuisinés dans la cuisine centrale ou bien directement par les prestataires ne changent en rien la qualité. Seul change le coût pour les Fontenaisiens, au final ...

Cordialement

Écrit par : Emmanuel Chambon | 02/07/2012

Bonjour,

Chacun est libre d'avoir son avis sur l'utilité ou non d'une cuisine centrale pour une commune. Mais il me parait important de ne pas volontairement ou non induire en erreur les Fontenaisiens sur le coût de cet équipement. Pour estimer le coût du repas, nous avons notamment pris en compte le coût complet de la cuisine centrale à savoir ses frais de fonctionnement (eau, électricité, gaz, téléphone, entretien-nettoyage), les frais des agents municipaux qui y travaillent et le montant annuel des dotations aux amortissements (pour les non comptables : la sortie de trésorerie permettant de payer un bien d'équipement intervient l'année ou les années des travaux mais comme le bien sert plusieurs années, l'amortissement se fait sur sa durée de vie). Face à un travail d'analyse précis des coûts de la cuisine centrale, on nous rétorque arriver à un coût beaucoup plus élevé en compilant les données issues des documents budgétaires. Or, aussi précis soient ils, les documents budgétaires ne permettent pas de faire de la comptabilité analytique et d'évaluer le coût d'un service. Les données financières de cette étude du coût complet du repas à Fontenay aux Roses seront présentés à la commission des finances dans laquelle siègent pour les groupes d'opposition à titre de membres Mme VIDALENC, et M. CONSTANT et à titre d'invité permanent M. FAYE.
Cordialement
Gilles Mergy

Écrit par : usgigi | 02/07/2012

Bonsoir,

En ce qui me concerne, je n’ai pas d’avis sur la cuisine centrale. La mairie annonce un prix de revient de 9,50 euros, je m’en tiens là jusqu'à la présentation des données financières de l’étude du coût complet du repas.

Par contre, j’aimerais bien savoir combien de familles sont dans les catégories 1 à 12. Est-il possible de le savoir ?

Il me semble que si l’on choisit d’alourdir l ‘effort des « catégories 13 » pour atténuer celui des « catégories 1 à 12 », il ne faut pas qu’il y ait un ratio « nombre de personnes entre les catégories 1 à 12/nombre de personnes en catégorie 13 » trop élevé.

Cela me semble important, si l’on veut que l’effort supporté par la catégorie 13 reste plus ou moins consenti. Surtout par ceux dans la fourchette basse des revenus de cette catégorie.

La politique de Fontenay, qui est d’augmenter largement la proportion de la population à bas revenus, va se trouver devant une impasse, parce que l’effort demandé aux catégories 13 deviendra insoutenable, d’autant qu’il sera bientôt accompagné d’une demande similaire au niveau national.

Et là, l’augmentation des prix à payer pour la cantine et le prix en résultant sont insupportables. Si la politique de la ville continue ainsi, ce qui semble probable, elle ne fera qu’inciter les « 200 familles » à quitter Fontenay. Et ce seront les « catégories 1 à 12 » qui en subiront les conséquences, car les ressources financières de la ville en diminueront d’autant.

Si on veut faire une politique plus sociale envers les « catégories 1 à 12 », ce que je conçois, il faudrait peut-être faire venir plus de familles en « catégorie 13 ».

Cordialement,

SL

PS : est-il possible d’assister à la commission des finances où seront présentées les données financières de l’étude du coût complet du repas ?

Écrit par : SL | 02/07/2012

A Monsieur ou Madame SL,
Les réunions des commissions municipales ne sont pas publiques. Je suis en revanche à votre disposition pour vous recevoir en mairie pour poursuivre l échange. Cordialement. Gilles Mergy

Écrit par : Gilles Mergy | 03/07/2012

Bonjour,

Dernière précision. Au regard du mode de calcul du quotient familial à Fontenay, le tarif maximal pour une famille de trois enfants sera appliqué pour des familles gagnant plus de 8400 euros nets environ par mois (1 part par personne enfant ou adulte et une part supplémentaire pour une famille de 3 enfants, soit 6 parts au total à multiplier par 1402 euros).

bien cordialement
Gilles Mergy

Écrit par : Gilles Mergy | 03/07/2012

Bonsoir,
Les chiffres on leur fait dire ce que l'on veut aux chiffres si l'on sait les manipuler subtilemement en accompagnant le tout d'un tas de barratin.
L'essentiel d'après moi reste de ne pas monter les Fontenaisiens les uns contre les autres quelque soit leur classe sociale ou leurs revenus.
L'impôt sous toutes ses formes doit être juste et équitable même si je suis un peu mal placé pour en parler car je n'en paye pas beaucoup.lol
Bien à vous.

Écrit par : TEXIER Damien | 04/07/2012

Est ce le rôle d'une mairie de fabriquer des repas.
J'ai eu l'occasion de me pencher sur ce problème lors de la gestion d'un établissement privé important (2000 élèves dont 1000 repas jour) à l'époque où il fallait que l'on serre les coûts (période 81 à 85 guerre scolaire).
Nous nous étions très vite aperçus :
1 coût insufisamment maîtrisé (achats pas assez importants pour
obtenir des prix)
2 investissements redondants pour mise au norme (et celà ne s'est
pas arrangé)
3 Coulage récurrent
4 Repas pas toujours équilibrés car victimes du caractère de la
responsable

Nous nous sommes dirigés vers de la restauration collective et nous avons obtenu :
Menus équilibrés de qualité, plus à gérer le personnel repris par la
société de restauration
Un coût réduit de 15 % que nous avions répercuté aux familles.

Ce que ne vous dit pas M MERGY.
A qui profite ce choix de Cuisine centrale certainement pas aux FONTENAISIENS.
Celà fait partie d'une des pompes à finance du Parti Socialiste.
Pour vous en persuader il y a eu quelques livres très intéressants qui parlent des officines par lesquelles ils sucent le sang de nos impôts.
Pour les investissements bureaux d'études ou hommes liés au parti, on prétexte des arguments techniques ou de sécurité pour prendre toujours les mêmes (bonjour les rétrocommissions).
Dans les achats idem groupés même combat.
Parler de traçabilité il se moque est ce à une mairie de décider du choix des repas. Comment fait elle pour résister aux harcelements communautaristes.

Parler alors de coûts des repas est intéressant mais dérisoire quand l'on sait à qui profite ce racket.

Ce que j'ai appris dans le CR de Pierre Henri CONSTANT.
OSICA qui va bétonner la place général DE GAULLE avait acheté le terrain 405 000 € a obtenu 150 000 € de subvention de la ville de FONTENAY aux ROSES car elle ne veut pas payer de surcharge foncière ce qui ramène le prix du terrain à 255 000 € (- 35 %) sur lequel il va être construit 45 logements. (Est ce une rétrocommission).

45 logements avec une moyenne de 50 m2 = 2 250 m2 construits
si on se basait sur un prix moyen à la vente de 5 000 €/m2
Prix de vente 11 250 000 € en enlevant le coût du foncier de 255 000 €
Il reste 11 000 000 € pour qui ??????

Vraiment cette municipalité ne travaille pas pour nous les FONTENAISIENS.

ILS SE SERVENT AU LIEU DE NOUS SERVIR.

VIVEMENT QU'ON LES METTE DEHORS§§§

Écrit par : armand | 06/07/2012

Le vin blanc fait des ravages n'est-ce pas Armand?

Écrit par : JCP | 07/07/2012

A JCP un peu de correction , ce n'est pas parce que vous ne comprenez pas les arguments d'Armand qu'il faut l'insulter.

Écrit par : retenue | 07/07/2012

D'accord avec retenue la dérision politique politicienne n'apporte rien.
Il faut laisser barboter JCP dans son bassin de décantation!!!

Et je suis totalement en phase avec les arguments de Armand, qui doivent être complétés.
Car les slogans que nous avons entendus depuis 18 ans se dégonflent comme une baudruche. PAS DE DENSIFICATION!!!
A l'époque j'avais travaillé avec Alain MOISAN le projet du nouveau marché ainsi que de son parking était autrement mieux ficelé que ce j'ai découvert il y a quelque temps. D'un point de vue urbanistique le parking prévu sous la place Général de Gaulle permettait reliait mieux celui-ci avec les commerces de la rue BOUCICAUT.
La volonté de M MOISAN logique de chef d'entreprise, était de dynamiser le commerce du centre ville grâce à une implantation centrale de cet équipement public.
Pour bien harmoniser ce projet il était prévu de réduire dans un souci d'homogénéité la hauteur des HLM situés derrière, et bien sûr enlever les arbres pour en replanter d'autres une fois réalisation effectuée.
Et là entre en ligne l'excellent Michel FAYE en s'appuyant sur un tronc, passe le poing à travers il en ressort plein d'eau pourri et des perce-oreilles mais avec son aplomb il certifiait que c'était de la sève et qu'il ne fallait pas toucher aux arbres. Je l'ai revu en début d'année et il reconnait qu'il s'était opposé à ce projet cat il trouvait que A MOISAN allait trop vite et communiquait mal, mais que finalement que le projet était bien mieux ficelé que celui livré. Voilà pour le côté technique.

Sur le volet financier A MOISAN avait étudié avec le directeur de l'époque de la SOCIETE GENERALE un projet de la lease-back des Murs de la Poste.
Celle-ci restait toujours locataire et un accord de principe était acquis. La Poste était locataire des murs qui aurait été la propriété de SOGEFIMUR au lieu de la ville de FONTENAY.
(Avantage aussi plus de souci locatif en cas de redéploiement des activités de la poste si il y a des mètres carrés abandonnés le problème sera géré par l'organisme financier, et pas par la mairie dont ce n'est le coeur d'activité).
Par rapport au loyer payé celà permettait de dégager une enveloppe qui finançait la plus grande partie du projet parking et marché. Les cantonales et municipales anticipées ont tué le projet.

Une mairie n'a pas pour vocation de louer ad vitam aeternam des murs commerciaux qu'elle fasse éventuellement du portage pendant un temps limité pour dynamiser le commerce, mais prévoir au bout d'un délai assez court une sortie financière; revente.

J'ai eu connaissance de la diatribe de Mme LOURS vis à vis de M FAYE. Je suis totalementd'accord avec M CONSTANT c'est totalement indigne et la position du maire est du même jus car il aurait dû intervenir.

Pendant que l'on trouve des bouc émissaires, celà évite de parler des sujets qui fachent.
Dans les municipalités de gauche la politique locale se cale sur la politique nationale. Les "soldats" obéissent ou même prennent des initiatives exemple le référendum pour le droit de vote de M BUCHET.

Pendant un temps je pensais que l'on vivait mieux dans une ville gérée par la gauche, je déchante.

Quand je vois le boum économique et la qualité de vie du PLESSIS ROBINSON je suis bluffée. Je ne fais plus mes achats à FONTENAY faute d'offre commerciale intéresssante, de plus 30 mn de parking offert, au PLESSIS une heure. FONTENAY est donc devenue ma cité dortoir.
Je suis aussi bluffée par les HLM qui ont été rénovés et sécurisés, alors que c'est une ville qui vit dans une grande quiétude, c'est aussi de la prévention. La police municipale y est probablement pour quelque chose celà n'a rien avoir avec la notre stakanoviste du PV.

P BUCHET nous a fait avaler des orvets, maintenant nous en sommes aux couleuvres, à quand les anacondas.....

Écrit par : Béatrice | 08/07/2012

Bonjour,

Les propos de JCP ne sont pas acceptables, ceux d Armand accusant à mots plus ou moins couverts l équipe municipale de "corruption" ne l étaient pas plus.
Quant à la prise de position de Béatrice et son admiration pour le Plessis. Essayons d avoir une position équilibrée : Oui P. Pemezec a embelli sa ville, oui le commerce est dynamique et diversifié au Plessis, oui la voirie y est mieux entretenue. Mais les impôts et le dette sont beaucoup plus élevés qu à Fontenay et les services publics à la population sont de moins bonne qualité et moins nombreux. Nous sommes donc face à deux conceptions de l action publique qui semblent d ailleurs convenir tant aux électeurs de P. Pemezec et de P. Buchet puisqu ils sont tous les deux réveillèrent réélus.

Écrit par : Farandole | 08/07/2012

Sans faire d’idolâtrie pour le Plessis, bon nombre vont faire leurs courses au marché. Ce marché est bien plus attractif avec les prix pratiqués et son offre de stationnement , ce qui n'est pas le cas dans les villes limitrophes où la politique anti-voiture pousse les clients ailleurs. Il attire les clients et
les élus de gauche clamartois qui vomissent constamment sur le Plessis y font leurs courses c'est pour dire que quand il s'agit du porte monnaie les idéologies n'ont plus cure.
Montrouge n'est pas en reste avec le dynamisme commercial .

2 villes de droite, amusant !

Écrit par : Clamartois | 08/07/2012

Etant simplement contribuable mon seul engagement est auprès de la ligue des contribuables. Je me pose les bonnes questions, quelques affaires ayant terni un parti pour lequel j'avais voté me mettent des doutes que je fais partager et je n'ai pas comme vocation d'être grand accusateur.
Après c'est aux politiques à faire leur travail.
Le commentaire de Béatrice apporte un peu plus d'eau à mon moulin.
Pourquoi des choix couteux???
Pourquoi la municipalisation à outrance.
Nous s

Écrit par : armand | 08/07/2012

En effet, Béatrice, votre argumentation est splendide...
Alain Moizan, aura marqué Fontenay de son...heuu comment dire? On comprendra mieux pourquoi vous avez collaboré avec lui MDR!!!
Sinon, j'ai un bon ami travaillant dans une agence immo du Plessis, je peux peut-être vous rencarder avec lui pour qu'il vous trouve votre havre de paix et de bonheur, tellement vous semblez mal dans votre peau à Fontenay..J'espère aussi que Mr PEMEZEC pourra vous réserver une petit place sur sa prochaine liste de 2014...
Bon dimanche et ne barbotez pas trop vous non plus....

Écrit par : jcp | 08/07/2012

" Bon dimanche et ne barbotez pas trop vous non plus...." -
monsieur vous êtes d'une incorrection qui en dit long sur le personnage que vous devez être.Et si on vous retournait le propos, vos réactions sont peut être dues à un abus, celui dont vous gratifiez les autres.
Apprenez la démocratie, ce n'est pas parce que le citoyen n'est pas un béni oui oui qu'il doit déménager, c'est un argument niveau zéro !

Écrit par : retenue | 08/07/2012

Pourquoi tant d'antagonisme mesdames messieurs et toujours tout critiquer?
Même si l'on a pas les mêmes idées je pense que l'on peut échanger cordialement.
Après la gestion de la ville peut être critiquée tout comme les grands travaux et parfois l'immobilisme et la pseudo démocratie participative...
Cela changera peut-être lorsque l'on aura un nouveau Maire qui ne sera pas obnubilé par ses problèmes personnels et son hypothétique avenir politique.
Bref du changement en Mairie serait clairement souhaitable prochainement...

Écrit par : Minos | 12/07/2012

BOnsoir,

M. Mergy annonçait le 03/07/2012 que pour une famille avec 3 enfants, le tarif max serait appliqué pour des revenus de 6*1402=8412 euros nets par mois : j'en suis loin et pourtant on m'applique le tarif maximal.
Je dois dire que je suis perplexe.

Y a-t-il encore eu des changements depuis le 03/07 ?

Cordialement,
SL

Écrit par : sl | 12/09/2012

A SL, non pas de changement par rapport à la grille adoptée au conseil municipal. Je suis donc surpris que lors du calcul effectue en mairie, on vous ait appliqué le tarif maximal.
À votre disposition pour se voir en mairie afin qu on puisse dissiper ce mystère. Cordialement. Gilles Mergy

Écrit par : Gilles Mergy | 13/09/2012

Les commentaires sont fermés.