Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2009

L'avenir de l'Escale est de plus en plus incertain

L'avenir de l'association socioculturelle de l'Escale, est de plus en plus incertain. En effet, une réunion s'est tenue vendredi dernier et a abouti à la décision de fermer l'Escale à partir du 18 décembre. Une ré-ouverture de l'association est envisagée pour le mois de janvier 2010, mais avec une très forte incertitude.

De quoi s'agit-il ? L'Escale est un centre socioculturel implanté dans le quartier des Blagis dont le rôle est indispensable à la vie de ce quartier et qui rend des services importants à ses habitants. En effet, le centre assure des activités pour les enfants et les jeunes (accompagnement à la scolarité, loisirs, danse, théatre ... ), mais aussi pour les adultes (loisirs, club des aînés, informatique, anglais, apprentissage du français et alphabétisation ... ), complétées par des permanences et des services (assistante sociale, la Caisse d'Allocations Familiales). Autant dire qu'il s'agit d'un point d'ancrage essentiel de ce quartier à la vie sociale et culturelle de notre ville, contre l'isolement et l'abandon.

Que se passe-t'il ? Depuis plusieurs mois, de graves dysfonctionnements sont mis en évidence et des conflits internes au sein de l'association se sont fortement développés. Pendant l'été dernier, la Fédération des Centres Sociaux des Hauts-de-Seine et les membres du Conseil d'administration ont alerté la mairie sur les inquiétudes et les risques de fermeture de l'association. Plus grave, devant ces dysfonctionnements, l'Etat, le Département des Hauts-de-Seine et la CAF, ont émis d'importantes réserves en remettant en cause les subventions versées à l'association.

Dans le Fontenay Magazine d'octobre, en réaction à cette problématique, Pascal Buchet prend simplement position en insistant sur « les activités appréciées et qui doivent se développer » tout en faisant « confiance à l'association et à sa présidente pour s'en sortir ». Autrement dit, le maire, une nouvelle fois ne prend pas ses responsabilités face à cette grave situation et il attend que d'autres résolvent les problèmes à sa place. Car il faut le rappeler, l'Escale est à l'origine une création de la municipalité (certe d'une équipe qui n'était pas celle en place aujourd'hui), subventionnée de façon importante par la mairie. Il serait donc normal que le maire s'empare sérieusement de ce dossier.

Le résultat est maintenant bien là. Les mères de familles du quartier ne veulent pas en rester là et veulent sauver à tout prix l'Escale, car elles savent quel rôle essentiel assure le centre pour les enfants. Un quartier entier est inquiet de perdre l'un des derniers ponts de stabilités sociales et culturelles qui peuvent être apportés aux Blagis.

Pour notre part, à l'UMP Fontenay, nous mettons en place, dès maintenant, un groupe de réflexion, auquel il vous est possible de participer, afin d'apporter, à notre niveau, des solutions et une aide pour sauver le centre de l'Escale.

13/11/2009

Un certain état d'esprit politique

Hier soir, à Fontenay, se tenait la réunion du Conseil communautaire de Sud de Seine, regroupant les élus des quatre villes constituant notre communauté d'agglomération : Bagneux, Clamart, Fontenay-aux-Roses, Malakoff. A cette occasion, le Président, Pascal Buchet, a une fois de plus fait la démonstration d'un certain état d'esprit qui illustre parfaitement sa conception de la démocratie. Conception dont nous avons eu un certain nombre d'exemples ces derniers temps.

 

D'abord au Conseil communautaire, la majorité de gauche se comporte exactement comme elle se comporte au Conseil municipal de Fontenay. Les positions démagogiques et politiques l'emportent sur les intérêts des habitants de nos quatre villes, positions largement affirmées par Pascal Buchet et Philippe Kaltenback. Notamment, ils ont tenté d'expliquer que, pour des raisons de mixité sociale, il fallait construire encore et toujours plus de logements sociaux. Alors que la réelle mixité réside aussi dans la construction de logements intermédiaires pour diversifier la population de nos quartiers.

Lors de ce Conseil communautaire, nous avons aussi assisté à un événement que nous connaissons bien à Fontenay : le vote des voeux. En effet, le groupe des verts à déposer un voeu relatif à la rencontre des Chefs d'Etat de Copenhague. Alors que tous les groupes étaient d'accord pour voter ce voeu, les communistes ont alors proposé des amendements intégrant des positions totalement idéologiques et sans rapport avec la sens initial de ce voeu. Ainsi ce texte a été  complétement dénaturé. Les élus UMP ont donc refusé de voter le nouveau texte et, devant les réactions offusquées de la majorité, les élus UMP-Nouveau Centre de Clamart ont décidé de quitter la salle. Au dernier Conseil municipal à Fontenay, nous avons vécu un moment similaire. En effet, un voeu déposé par le groupe associatif a été amendé de la même façon pour le vider purement et simplement de son contenu à tel point qu'il n'était plus nécessaire de le voter.

 

Ensuite, la commémoration du 11 novembre nous a démontré une nouvelle fois que Pascal Buchet a l'art de récupérer à des fins politiques et purement démagogiques un événement historique. En effet, alors que le 11 novembre est "la commémoration" reconnue par tous les combattants, alors que cet événement est le souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour notre patrie et aussi pour la paix, alors que à l'occasion de l'anniversaire de la chutte du mur de Berlin il s'agit aussi de souligner la grandeur du lien qui nous unit avec l'Allemagne et l'Europe, le maire a ramené le symbole de cette commémoration à un simple discours politique concernant la reconduite aux frontières de personnes en situation irrégulière dans notre pays. Un gand nombre de personnes présentes a été indigné, voir choqué par cette prise de position qui était alors hors sujet.

 

Enfin, l'hypocrisie de notre maire concernant la démocratie participative dans notre ville s'est une nouvelle fois illustrée. Je ne reviens pas sur les propos qu'il a tenu au mois d'octobre sur France Infos (cf. ma note du 08/10/2009). Non cette fois-ci, dans le Fontenay Magazine de ce mois, vous pouvez lire un article pompeusement appelé "Construisons ensemble notre charte de démocratie participative". L'objectif affiché de cette nouvelle démarche (dont au passage, les associations parlent depuis plus de deux ans, mais que la mairie a toujours refusée) est de "franchir une nouvelle étape dans la participation des habitants" à la vie de la commune. Mais en parrallèle, pour tous les grands projets qui engagent fortement notre ville, il n'y a ni concertation, ni dialogue. Pascal Buchet décide et impose aux Fontenaisiens. Il va même jusqu'à refuser le principe d'un référendum d'initiative populaire.