Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2010

Plus de 7 milliards de dette toxique dans les HLM

Des organismes de HLM ont été piégés par des produits financiers toxiques (de type "subprimes"). Quelles sont les risques pour la ville de Fontenay-aux-Roses, dont la municipalité a voté en juin dernier des garanties d'emprunts pour différents bailleurs sociaux ?

Les collectivités locales ne sont donc pas les seules à avoir eu recours aux emprunts toxiques. Les bailleurs sociaux se retrouvent également dans cette situation et, selon le journal Le Monde, la dette des organismes HLM qui ont souscrit ce genre d'emprunts auprès des banques atteint plus de 7 milliards d'euros (confirmé par un rapport de la Mission interministérielle d'inspection du logement social, la Miilos). La part de ces produits dans la masse globale de la dette des organismes HLM est très variable. Pour 15 organismes (sur 151), elle est inférieure à 5 % en 2009. Mais pour 12 d'entre eux, elle peut aller jusqu'à 50 %.

Quelles conséquences pour ces bailleurs sociaux ? Les établissements concernés vont devoir constituer des provisions pour assurer le remboursement de leur dette. Certains bailleurs sociaux ont décidé de porter plainte contre leur banque. Ils pourraient se retrouver dans des situations financières critiques s’ils n’obtiennent pas gain de cause. Car, lorsque les HLM sortent du cadre des prêts qui leur sont consentis par la Caisse des dépôts, ils ne peuvent plus continuer à bénéficier de la couverture de la Caisse de garantie du logement locatif social.

les-blagis.jpgQuelles conséquences pour la commune de Fontenay-aux-Roses ? La majorité de Pascal Buchet a voté, lors du Conseil municipal de juin dernier, une garantie d'emprunts d'un montant de 54 millions d'Euros pour différents bailleurs sociaux (Toits et Joie, Effidis ... ), qui viennent s'ajouter aux 36 millions d'Euros de garanties effectués fin 2009.

Celà signifie tout simplement que Fontenay-aux-Roses s'est engagée à hauteur de 90 millions d'euros en garantie d'emprunts pour ces bailleurs sociaux. Cette somme est énorme et jamais la ville ne pourra faire face à ses engagements si par malheur l'un ou l'autre de ces organismes faisait faillite.

Lors du Conseil municipal du mois de juin, nos élus ont interpellé l'équipe de la majorité municipale sur le risque à long terme de ce type de décisions. Mais Pascal Buchet reste sourd à nos craintes et dans une sorte d'irresponsabilité (ou bien d'une fuite en avant incontrolée) préfère privilégier une politique du "Tout Social" sans se préoccuper des conséquences financières pour les Fontenaisiens.

Commentaires

Vous ne pouvez pas non plus critiquer les efforts pour récupérer tous locaux Icade par des bailleurs sociaux MAIS;
Je suis moi même locataire à Sorrières, qui a été repris par l'Office des HLM du 92. A ma grande suprise, c'est le prix non conventionné qui a été appliqué, ce qui veut dire que je paye toujours autant. J'habite dans un HLM et je paye le double de mon voisin, ce n'est même pas légal. J'imagine que le prix au mètre carré devrait être appliqué à tous les locataires. Aucune enquête sociale a été effectuée pour le moment. Nous avons donc décidé avec mon épouse de quitter FOntenay dès qu'une occasion se présente. Entre la sous prefecture d'Antony (qui a plus de 6 mois de retard pour traiter les dossiers) et la mairie de Fontenay aux Roses qui promet des choses nous avons notre DOSE.

Écrit par : DIB | 03/09/2010

Inquiétant, car le budget de la commune est à mon avis bien inférieur au montant total de ces garanties d'emprunts. Cela veut-il dire que ce sera à la commune, donc aux Fontenaisiens, de payer au cas où ? C'est très très grave !

Écrit par : Grégoire | 03/09/2010

Les commentaires sont fermés.