Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2012

Nouvelle augmentation des impôts locaux

Le prochain Conseil municipal se tiendra le 21 mars. A l'ordre du jour, le budget avec une augmentation des impôts locaux.

Il s'agit d'une importante augmentation des impôts locaux, pudiquement appelée "revalorisation de la fiscalité" lors du Débat d'Orientation Budgétaire du mois dernier, dont le montant représente 500.000 Euros supplémentaires prélevés sur les ménages fontenaisiens.

Cette augmentation représente environ une hausse de 5% de la fiscalité locale. C'est bien au-delà de l'inflation. En période de crise, augmenter la pression fiscale est difficilement compréhensible. Des efforts importants doivent être faits dans l'action sociale et l'aide aux personnes en difficultés sur notre commune. Les grands projets coûteux doivent être mis de côté provisoirement et les investissements doivent être mieux utilisés pour se concentrer sur l'essentiel : l'entretien de nos rues, la création de places de crèches, une gestion plus humaine et plus efficace des personnels municipaux, un meilleur service public rendu aux Fontenaisiens ...

A l'heure où l'ensemble des institutions optimisent leurs budgets et les investissements, Fontenay-aux-Roses continuent de se différencier. Pour exemple, le Conseil général des Hauts-de-Seine a bâti un budget sans augmentation d'impôts, tout en privilégiant des investissements et surtout la solidarité. 60% du budget du département est consacré à la solidarité et à l'action sociale. Mais les investissements sont également une priorité, non pas dans des projets excessifs, mais dans des actions orientées vers l'amélioration des transports, la rénovation de la voirie ou la construction de collèges.

En période de crise, il serait souhaitable de construire un budget qui tienne compte des réalités sociales des Fontenaisiens. Au lieu d'aggraver la situation personnelle de chaque foyer fontenaisien, ne serait-il pas possible de réduire les dépenses, ou bien de dépenser mieux ? Il ne s'agit pas de bloquer tous les investissements (ce ne serait pas raisonnable), mais de définir ce qui est prioritaire pour les Fontenaisiens aujourd'hui, ce qui l'est moins et qui peut attendre un peu. Une autre solution serait aussi de recourir à l'emprunt, quitte à augmenter la dette de la commune pour limiter la pression fiscale à court terme.

Différentes pistes existent, mais la priorité aujourd'hui est bien de ne pas pénaliser les Fontenaisiens par une pression fiscale alourdie.

Commentaires

Plusieurs approches sont possibles dans la gestion des budgets des mairies : soit augmentation des impôts (ce sont les citoyens qui trinquent), soit une augmentation de l'emprunt (donc aggravation de la dette qui quelque part sera payée par les citoyens), soit enfin dépenser mieux et à bon escient. Ce dernier point est intéressant en période de crise et l'exemple du département que vous mettez en avant est une excellente démonstration que cela est possible sans arrêter les investissements.
J'ajouterai que les choix de l'actuelle équipe sont discutables quant à leur taille et leur coût pour une commune comme la notre : l'exemple du marché et de ses 8 millions d'euros en est l'illustration type. Le choix de la cuisine centrale en est un autre quant au coût annuel pour la ville. Enfin, différé un projet comme l'école de musique est-il irrationnel, alors qu'en parallèle nos rues sont dans un état lamentable ...

Écrit par : Touitou | 20/03/2012

On se fout du monde à fontenay avec leur sois-disant démocratie locale participative.
Il ferait mieux de s'occuper des ressources humaines qui n'ont rien d'humaine avant qu'il y ai un nouveau suicide à la mairie.
Et où sont passés les 16M du CEA?est ce que la commune les a reçu?

Écrit par : Daniel | 22/03/2012

Sur le contentieux avec l État -CEA, le Tribunal administratif n a pas encore rendu son jugement. Alors qu il était sur le point de le faire l an dernier, les avocats de l État et du CEA étaient intervenus pour apporter des éléments complémentaires.

Écrit par : Gilles Mergy | 24/03/2012

Les commentaires sont fermés.