Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2012

Bilan du maire à mi-mandat

Il y a quelques mois, la mairie a distribué sur toute la ville un document d'autopromotion destiné à faire un compte-rendu de l'action de la municipalité, à mi-mandat. Ce document est à classer dans la propagande habituelle de la majorité municipale et il nous dépeint une ville idéale où tout va bien.

bilan mi-mandat,pascal buchet,fontenay-au-roses,opposition municipale,promesses non tenues,étude,la ville que l'on quitte quand on le peutCependant, la réalité est toute autre et il est bon de rappeler un article que j'avais écrit en mars 2011 et intitulé "Pascal Buchet ou les promesses non tenues" (13/03/2011). Je rappelais alors en quelques points les engagements de Pascal Buchet dans son programme de 2008 et la réalisation qui en avait été faite 3 ans plus tard, notamment en matière de crèches, de démocratie locale, de ville du respect, de commerces de proximités, d'actions associatives et sociales ...

La propagande du maire, est-elle marquée par le parti pris et un manque évident d'objectivité ?

C'est pour cette raison que je vous propose de lire une étude qui s'appelle "Fontenay-aux-Roses, la ville que l'on quitte quand on le peut" et qui constitue une réponse chiffrée et documentée au bilan de la municipalité. Cette étude a été réalisée avec des chiffres publiés par l’INSEE et, de manière extrêmement limitée, sur la base de données économiques d’organismes autres. Aucun chiffre ne provient d’un quelconque parti politique.

En quelques chiffres, cette petite étude présente une évolution en matière de déclin de la population, de logement et d'immobilier, d'économie locale, d'investissemnts municipaux, de la gestion des personnels ...

Jean-Michel Durand, son auteur, souhaite que ce document serve de base à des travaux plus approfondis quant à la situation réelle de notre ville et à la construction d'un projet d'avenir pour Fontenay-aux-Roses. C'est pour cette raison que je le diffuse au travers du blog "Dessinons un Avenir" et que je vous propose d'en débattre.

bilan mi-mandat,pascal buchet,fontenay-au-roses,opposition municipale,promesses non tenues,étude,la ville que l'on quitte quand on le peut

   » Fontenay-aux-Roses, la ville que l'on quitte quand on le peut

 

Commentaires

Bonjour,

je lis votre étude avec un peu d'étonnement. En effet, est-il cohérent de dire qu'on quitte Fontenay dès qu'on le peut ET de constater que les loyers ne cessent d’augmenter car la demande est supérieure à l'offre ?

Par ailleurs, vous annoncez que "la Région et l'Etat n'accepteront pas longtemps que Fontenay reste un petit ilot vivant avec des objectifs totalement opposés à ceux retenus centralement". Je pense que si tel est le cas, nous verrons Sceaux subir les foudres de la Région et de l'Etat bien avant Fontenay, donc je pense que vos lecteurs peuvent se rassurer sur ce point.

Peut-être pour certains, Fontenay est la ville que l'on quitte dès qu'on peut, pour moi, si je pars, ce sera parce que je ne peux y rester car les prix des maisons y est trop élevé (sûrement parce que personne ne veut y rester).

Je ne dis pas que tout est fantastique à Fontenay loin de là, mais ne pas vivre entassé les uns sur les autres, ne pas avoir le métro ou la N20 sous mes fenêtres est exactement ce que je cherchais en venant ici et si cela implique prendre ma voiture pour trouver un poissonnier (que je trouve au marché de toutes façons), je l'accepte bien volontiers !

Je vous félicite quand même de vous être autant impliqué dans la rédaction de cette étude bien intéressante.

Cordialement,

S. Lombard

Écrit par : sl | 03/04/2012

Ce que je constate en lisant cette étude (fort intéressante, comme le signale Lombard), c'est que effectivement Fontenay subit une situation un peu exceptionnelle. Certe Fontenay ressemble à une petite ville, ou un village, mais qui régresse peu à peu. Moins de commerces, moins d'entreprises, moins d'habitants, moins de services rendus aux Fontenaisiens ... Alors, on peu se consoler en se disant que Fontenay reste à taille humaine où les gens ne sont pas entassés les uns sur les autres. Mais c'est une illusion, il n'y a pas grand chose de positifs.

Les jeunes couples avec enfants ne viennent pas habiter sur Fontenay : il n'y a pas de logements nouveaux et adaptés pour les accueillir. Le pouvoir d'achat des habitants baisse et les commerces de proximité ne peuvent pas vivre.

A Fontenay, il y a un potentiel énorme pour en faire une ville agréable, sans densification oppressante. Ce que j'apprécie de cette analyse, c'est que c'est basé sur les chiffres de l'INSEE, donc politiquement neutre. C'est une photo de la ville depuis que Buchet est au pouvoir.

Enfin, juste une remarque à Lombard : Sceaux ne suit pas du tout la même évolution (comme Chatenay d'ailleurs). Regardez la transformation du quartier RER Robinson-les 4 Chemins.

Si les villes ne prennent pas leur destin en main, d'autres le feront à leur place (département, région, Etat).

Écrit par : Arwenn | 04/04/2012

Bien bien bien,il faut bon vivre à Fontenay tout de même...
Au fait,les impôts locaux augmentent,mais où sont les millions d'euro que la ville devait récupérer du cea?
et quid de l'avenir du Maire après le 5 avril?
coupable or not coupable?

Écrit par : minos | 05/04/2012

Les commentaires sont fermés.