Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2006

Guy Drut ou la politique de la terre brulée

Je pense ne pas être le seul à m'interroger su l'amnistie de Guy Drut !

D'abord les faits. Guy Drut, ex-champion, député UMP et grand ami de Jacques Chirac, est condamné à 15 mois de prison avec sursis dans une affaire d'emplois fictifs. Le Président de la République vient d'amnistier Guy Drut effaçant d'un coup le procès, les charges retenues contre l'ex-champion et la peine.

Dans ce nouvel épisode de notre vie politico-judiciaire, il y a deux aspects délicats.

Le premier réside dans la perception que peuvent avoir les Français d'une décision de justice balayée purement et simplement parce que le condamné est un ami du Président de la République. Le discrédit de la classe politique va une fois encore se renforcer. Que doivent penser nos concitoyens ? Une fois de plus, il y a deux poids et deux mesures. Le citoyen de base ne sera pas amnistié pour un excès de vitesse. Les jeunes des cités, à qui l'on veut donner des valeurs morales, ne comprendront pas cette injustice.

Le second point concerne l'après Jacques Chirac. La fin de règne est marquée par une série d'événements dont l'affaire Clearstream a été le sommet, l'amnistie de Guy Drut la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tout ces événements risquent, pour les prochaines échéances électorales, de favoriser le rejet de notre mouvement et de ses représentants dont en premier notre candidat à l'élection présidentielle. Serait-ce une application méthodique d'une politique de la terre brulée dont le seul objectif serait de ne pas permettre à certaines personnes de succéder à Jacques Chirac ? La question se pose, et je ne suis pas le seul à me la poser.

Les commentaires sont fermés.