Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2010

Les Blagis : une véritable attente et un espoir de changements

Après un premier semestre animé dans le quartier des Blagis, notamment au travers des différentes opérations de police et dégradations diverses, samedi se tenait la fête des Blagis.

fete-des-blagis-01_juin2010.JPGCet événement était organisé par les habitants et les associations des Blagis et, malgré les aspects festifs et bien sympathiques qui prévalaient en cette belle journée, beaucoup de personnes et d'associations m'ont fait part de leurs préoccupations concernant la vie du quartier. Les événements violents qui se sont déroulés depuis le début de l'année (lire par exemple les articles suivants : "Tirs de mortiers de feux d'artifice sur une voiture de police", "Effraction à la Maison de Quartier des Blagis"), la fermeture du centre socio-culturel des Blagis (vaguement remplacés par la Maison de Quartier), ainsi que les problèmes de dialogues entre les communautés, ou encore la fragilité des quelques commerces qui tentent de survivre, ont été les points les plus souvent évoqués lors des entretiens que j'ai pu avoir avec les associations et les habitants.

Un autre point, souvent évoqué, est l'absence d'une véritable mixité sociale. Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils avaient le sentiment que n'étaient regroupées dans ce quartier uniquement des personnes de mêmes catégories sociales et qu'ils souhaiteraient beaucoup plus de différences et de diversités.

Pour terminer, un point satisfaisant : la venue de personnes de l'opposition municipale, opposition à Pascal Buchet, a été fortement appréciée. Trop souvent, les habitants considèrent que les politiques ne viennent qu'à la veille des élections, et cette remarque je l'ai entendue plusieurs fois samedi. Aussi, l'intérêt que nous pouvons porter aux problèmes de ce quartier et les solutions que nous pouvons proposer constituent une véritable attente et un espoir de changement pour ce quartier.

fete-des-blagis-02_juin2010.JPG

06/12/2009

Sauvons l'Escale

"Sauvons l'Escale" : il s'agit du titre d'un tract distribué samedi matin, sur le marché, par les habitants du quartier des Blagis. Car l'association est définitivement fermée, c'est maintenant officiel.

Les financements et les subventions ne seront plus versés à partir de janvier 2010. Tous les salariés de l'association sont licenciés, soit 10 personnes à temps plein et au total une quinzaine de personnes qui intervenaient dans cette association. La mairie a déjà annoncé qu'elle reprenait la gestion des locaux, et ce dès le 1er janvier 2010. La liquidation est donc bien définitive.

Les inquiétudes des familles sont très fortes. Ainsi, aux mamans dont les enfants suivent par exemple un accompagnement à la scolarité, il a été répondu que la télévision pourrait remplir parfaitement ce rôle. Quant aux activités socioculturelles de l'association, à destination des jeunes et des personnes agées, aucune solution de remplacement n'est proposée actuellement. Samedi matin, lors de la manisfestation des habitants du quartier des Blagis devant la mairie, les familles m'ont fait part de leur sentiment d'abandon, d'impuissance et de colère vis-à-vis de l'équipe municipale.

Il s'agit d'une faute politique grave de Pascal Buchet et de son équipe qui, contrairement aux affirmations du mois de septembre dernier (cf. mon article du 29 novembre dernier), n'a pas tenu sa promesse de sauver l'Escale. Le rôle de cette association est pourtant essentiel pour le quartier et ses habitants, mais aussi pour les autres quartiers dont certains habitants étaient également inscrits aux activités. Il est donc urgent, dès maintenant, de mettre en place une solution alternative, d'écouter les inquiétudes des habitants du quartier, de les soutenir et de demander au maire de prendre ses responsabilités.

29/11/2009

L'avenir de l'Escale est de plus en plus incertain

L'avenir de l'association socioculturelle de l'Escale, est de plus en plus incertain. En effet, une réunion s'est tenue vendredi dernier et a abouti à la décision de fermer l'Escale à partir du 18 décembre. Une ré-ouverture de l'association est envisagée pour le mois de janvier 2010, mais avec une très forte incertitude.

De quoi s'agit-il ? L'Escale est un centre socioculturel implanté dans le quartier des Blagis dont le rôle est indispensable à la vie de ce quartier et qui rend des services importants à ses habitants. En effet, le centre assure des activités pour les enfants et les jeunes (accompagnement à la scolarité, loisirs, danse, théatre ... ), mais aussi pour les adultes (loisirs, club des aînés, informatique, anglais, apprentissage du français et alphabétisation ... ), complétées par des permanences et des services (assistante sociale, la Caisse d'Allocations Familiales). Autant dire qu'il s'agit d'un point d'ancrage essentiel de ce quartier à la vie sociale et culturelle de notre ville, contre l'isolement et l'abandon.

Que se passe-t'il ? Depuis plusieurs mois, de graves dysfonctionnements sont mis en évidence et des conflits internes au sein de l'association se sont fortement développés. Pendant l'été dernier, la Fédération des Centres Sociaux des Hauts-de-Seine et les membres du Conseil d'administration ont alerté la mairie sur les inquiétudes et les risques de fermeture de l'association. Plus grave, devant ces dysfonctionnements, l'Etat, le Département des Hauts-de-Seine et la CAF, ont émis d'importantes réserves en remettant en cause les subventions versées à l'association.

Dans le Fontenay Magazine d'octobre, en réaction à cette problématique, Pascal Buchet prend simplement position en insistant sur « les activités appréciées et qui doivent se développer » tout en faisant « confiance à l'association et à sa présidente pour s'en sortir ». Autrement dit, le maire, une nouvelle fois ne prend pas ses responsabilités face à cette grave situation et il attend que d'autres résolvent les problèmes à sa place. Car il faut le rappeler, l'Escale est à l'origine une création de la municipalité (certe d'une équipe qui n'était pas celle en place aujourd'hui), subventionnée de façon importante par la mairie. Il serait donc normal que le maire s'empare sérieusement de ce dossier.

Le résultat est maintenant bien là. Les mères de familles du quartier ne veulent pas en rester là et veulent sauver à tout prix l'Escale, car elles savent quel rôle essentiel assure le centre pour les enfants. Un quartier entier est inquiet de perdre l'un des derniers ponts de stabilités sociales et culturelles qui peuvent être apportés aux Blagis.

Pour notre part, à l'UMP Fontenay, nous mettons en place, dès maintenant, un groupe de réflexion, auquel il vous est possible de participer, afin d'apporter, à notre niveau, des solutions et une aide pour sauver le centre de l'Escale.