Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2007

Nicolas Sarkozy est élu nettement avec 53,1%

Nicolas Sarkozy est élu nettement avec 53,1% des suffrages. Avec une forte participation, l'élection du nouveau Président de la République, qui vient parachever une campagne électorale où il a toujours paru dominer son adversaire directe, est nette. Avec 46,9% des suffrages, Ségolène Royal réalise un score plutôt faible et ne parvient pas combler son retard du premier tour.

medium_531.4.jpgNicolas Sarkozy se retrouve dans une situation politiquement confortable. Tous ceux qui avaient voulu ces dernières années contrer son ascension ont échoué. Le candidat a pu s'appuyer sur notre mouvement, l'UMP unanime, alors que sa concurrente ne pouvait faire taire les divergences plus ou moins fortes venus du parti socialiste et du reste de la gauche. Dans les dernières semaines, Nicolas Sarkozy s'est employé avec un indéniable succès à rassembler les élus appartenant à l'UDF de François Bayrou. Ils sont nombreux à avoir rejoint le candidat de l'UMP avant le 6 mai et, ainsi, à appartenir désormais à la majorité présidentielle.

La compétence de Nicolas Sarkosy a été reconnu par le vote des français. Sa victoire ne doit rien au hasard ou à l'opportunisme mais a été murement construite grâce à un projet politique, économique et social cohérent et juste. Qu'une partie de la Gauche espère des mouvements sociaux pour contrecarrer l'action du futur gouvernement est pitoyale. Nicolas Sarkosy a dit ce qu'il ferait et il fera ce qu'il a dit. Les français connaissent son programme et ont voté pour ça. Dès maintenant, nous devons donc nous rassembler, pour donner à Nicolas Sarkosy la majorité parlementaire dont il aura besoin pour réformer notre pays et mettre en application son programme.

24/04/2007

Avec force, je continue à soutenir nos candidats

Lorsque j'ai ouvert ce blog en mars 2006, j'ai pris clairement position pour un soutien sans faille de notre candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy ; ainsi qu'au député de notre circonscription, Philippe Pemezec.

Depuis mon élection au poste de délégué de ville (par près de 52% des militants), toute mon action au sein de l'UMP a consisté à promouvoir nos différents candidats, avec enthousiasme, parce qu'ils représentent les convictions que je partage avec beaucoup d'entre vous.

Cet enthousiasme nous a permis de mener un certain nombre d'actions, de créer un mouvement sur notre ville. Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, la mobilisation de tous est absolument nécessaire pour continuer notre action et parvenir à la victoire.

Depuis de nombreux mois, avec vous, j'ai assuré l'organisation de notre présence sur le marché tous les samedis matin, j'ai participé à la distribution des tracts pour Nicolas Sarkozy et de la lettre du député Philippe Pemezec dans les boites aux lettres, devant les magasins, au RER le matin. Ensemble, nous avons été aussi aux différentes réunions publiques et internes de notre mouvement, ou bien à la permanence mobile de notre député, ou encore lors des visites d'immeubles (avec Philippe Pemezec, Muriel Guilleminot et Marc Le Dorh). J'ai organisé le collage des affiches de nos candidats ... Dans toutes ces actions, nous avons pris un chemin, avec nos convictions et notre enthousiasme. Aujourd'hui, il nous appartient de continuer dans le même sens.

Avec force, je continue à soutenir nos candidats Nicolas Sarkozy et Philippe Pemezec pour ces échéances très proches. Et je vous appelle à vous mobiliser le plus nettement possible pour le second tour de l'élection présidentielle, pour que Nicolas Sarkozy devienne notre prochain président de la République et pour que Philippe Pemezec conserve notre circonscription.

23/04/2007

Nicolas Sarkozy largement en tête

medium_22042207.jpg



Grand vainqueur du premier tour, Nicolas Sarkozy a réalisé un score (31,18%) jamais vu par un candidat de droite depuis 30 ans. Le pari de Nicolas Sarkozy était de faire le score le plus élevé possible, et de distancer Ségolène Royal pour qu'elle ne bénéficie d'aucune dynamique pour le second tour. La première partie du pari est largement gagné et il part favorit pour le second tour. En effet, paradoxe des résultats, la candidate du PS aura réussi à chasser les vieux démons du 21 avril 2002 et pourtant sa qualification pour le deuxième tour a un goût d'inachevé. Avec 25,84% des voix, Ségolène Royal enregistre un retard de plus de 5 points sur Nicolas Sarkozy.
A Fontenay, toute l'UMP va donc maintenant se mobiliser pour mener une campagne de second tour forte et convaincante.

Concernant les résultats sur notre ville de Fontenay-aux-Roses, la poussée de Nicolas Sarkozy est également très nette. Avec 3943 voix, il obtient 30,13% des suffrages à 84 voix derrière Ségolène Royal (4027 voix, soit 30,78% des suffrages).

21/11/2006

Le contrast est saisissant

Ces derniers mois, le parti socialiste nous a démontré à la fois comment il était divisé entre les 3 candidats à la candidature et, aussi, comment il avait cette capacité à débattre et à faire jouer la démocratie en interne. En parallèle, l'UMP était doublement au travail : le mouvement préparait (dans le cadre des conventions de l'UMP) le projet que nous allons défendre et en même temps, notre président, également ministre d'Etat, travaillait efficacement au gouvernement. Le PS était divisé, l'UMP était dans l'action.

Depuis le choix de Ségolène Royal par les adhérents socialistes comme candidate à l'élection présidentielle, l'image s'est inversée en moins d'une semaine. Le PS a retrouvé son unité derrière sa candidate, le projet socialiste s'est transformé en "campagne participative" et le PS serait devenu un modèle de démocratie interne. L'UMP, au même moment, serait devenu un parti divisé, avec des différences profondes entre les idées pour le projet et des oppositions liées aux ambitions de quelques personnalités. Tout cela est mis devant l'opinion publique. Ségolène Royal, elle-même, en est à espérer que l'UMP deviennent un parti politique tout aussi démocratique que le PS (sur TF1 hier soir) ...

La réalité est la suivante. L'UMP est un mouvement démocratique. A tous les niveaux de fonctionnement du parti, les adhérents et les militants sont consultés et sont amenés à se prononcer. Notre projet pour les élections législatives a été préparé et travaillé lors des Conventions thématiques de l'UMP. Ce projet est actuellement soumis au vote des adhérents de notre mouvement. Cette volonté de nous faire tous participer va jusqu'à s'appliquer au président de l'UMP. En effet, au mois de janvier 2007, comme celà est prévu de longue date, nous aurons nous-aussi la possibilité de choisir notre candidat à l'élection présidentielle. A cette occasion, il y aura bien entendu des débats entre les différentes personnalités qui souhaitent se présenter.

Et c'est ça qui est important. Cet élan de débat, cet échange d'idées et cette démocratie interne.

Vous le savez, je suis partisant de cette participation et de cette consultation de tous dans l'action politique, que cette dernière soit nationale ou locale. Je suis et resterai fidèle à mes engagements pour que la démocratie interne de notre mouvement soit respectée.